Fanfiction Diablo II

Retour à la liste des Fanfiction

Diablonomicon

Par Gerakis
Les autres histoires de l'auteur

Chapitre 1 : Every Time I Die

Chapitre 2 : Cancer

Chapitre 3 : Kissing The Shadows

Chapitre 4 : Follow The Reaper

Chapitre 5 : Angel Don't Kill

Chapitre 6 : You're Better Of Death

Chapitre 7 : Faraway

Chapitre 8 : Way To Hell

Il avait promit d'y aller et c'est ce qu'il faisait. La pluie tombait drue sur Harrogath, le froid était glacial et pénétrant, même sous son épais manteau de cuir noir il frissonnait. Ses longs cheveux jais étaient collés à son visage par l'averse, cachant un peu son visage sombre et encore jeune. Au milieu de la foule excitée malgré le temps minable il avait tout l'air d'un loup solitaire. Il dévalait une zone piétonne à grandes enjambées, il aurait aimé mieux maîtriser la magie pour se passer de cette corvée... Ou être suffisamment riche et s'acheter une nouvelle voiture... Ayant laissée cette dernière à son frère qui s'était tué avec il y'a un mois. Il avait pleuré mais ce n'était pas le premier malheur ni le dernier qui lui arriverait, il fallait aller de l'avant car il avait toujours était un battant. Tout de noir vêtu les gens semblaient le craindre pour x raisons, pourtant il n'avait encore mangé personne.

Il passa devant une imposante et magnifique cathédrale gothique, ses courbes et ses pointes majestueuses s'accordaient parfaitement avec le gris du ciel. La croyance en la Grâce Suprême, aussi appelée Dieu, était une des choses qui était restée après la seconde guerre de Sanctuary, même après la disparition des démons et des anges. On attribuait la magie à la Grâce, même si elle était progressivement effacée par la technologie grandissante. Nous sommes en 2017 après la destruction de la pierre-monde et le peuple humain est resté aussi fou et imprévisible qu'avant... Aujourd'hui les « conservateurs » qui tiennent à la magie s'opposent aux libéraux qui prônent l'évolution technique. Une querelle sans importance en comparaison à ce qui était en train de se tramer dans leur dos, car même si Diablo était banni avec ses frères en enfer de sombres sectes priaient toujours son retour. Un espoir peut-être pas si vain...

Mais l'homme qui se frayait un passage au milieu de la foule ne se posait pas toutes ces questions, plutôt préoccupé à ne pas se faire écraser par la masse, ce qui n'était pas une mince à faire. Rapidement il quitta cette artère principale, toujours sous la pluie battante. Il prit une petit rue beaucoup plus calme, ou quelques personnes étaient en train de fumer une cigarette à l'abris sous le porche de leur maison. Il se serra sur le côté pour laisser passer une voiture bleue métallisée, un peu comme celle qu'il avait eut. Le type en noir n'était plus très loin de sa destination, il ralentit son pas pour finalement s'arrêter en face d'un bar, le Blakkäärd. Un balcon au second étage protégeait l'entrée de la pluie, devant la porte de bois aux motifs anciens un homme bâti comme une armoire à glace se tenait droit malgré le vent et les intempéries. Ses bras à nus étaient couverts de tatouages d'anges, son pantalon noir se terminait par-dessus une paire de rangers parfaitement cirées.

« - Salut Kaad. »

Le videur au crâne chauve hocha la tête, à travers sa barbe soigneusement taillée un sourire s'étira. Il fit un signe de main et répondit d'un ton égal :

« - Salut Balder. Tu peux entrer, le concert ne va pas tarder... »

Le colosse s'écarta et ouvrit la porte devant le jeune homme aux cheveux noirs qui s'empressa de passer. L'intérieur était beaucoup plus chaud et vivant que le temps pourri qui persistait à l'extérieur. Le bar était plein à craquer, la salle principale ne laissait que peu de place tant les gens étaient entassés autours d'un bon verre. Au fond de la pièce une estrade avait été dressée, des musiciens étaient en train de brancher leurs emplis et accorder leurs instruments. Ils étaient cinq au total. La décoration était sombre et moyenâgeuse, on se serait cru dans une taverne des temps anciens de Sanctuary. Mais aujourd'hui c'était un bar gothique ou l'on était sûr d'avoir la paix tant que l'on ne venait pas y foutre la merde, un endroit que Balder appréciait. Il se fraya un passage au milieu des tables surchargées, croisant par la même occasion une serveuse vêtue d'un ensemble de dentelle noire magnifique. Ses cheveux aux reflets dorés flottaient à chacun de ses déplacements, elle tourna ses yeux bleus vers le nouvel arrivant, un large sourire se dessina sur son visage à la beauté envoûtante.

« - Oh mon amour qu'est que je te sers ? »

Sa voix mélodieuse avait traversée le brouhaha sans aucuns problèmes. Un plateau chargé de choppes dans sa main droite elle s'arrêta juste devant Balder et l'attrapa par la nuque de l'autre pour l'embrasser avec passion. Lorsque les amants se détachèrent l'homme déclara amusé :

« - Toi...
La fille répliqua avec un air faussement énervé :
- Pas maintenant vilain garçon !
- Bon très bien Lillya... Une bière alors ?
- Tout de suite ! »

La jeune femme s'éloigna aussi vite qu'elle était venue, fendant la foule avec une grâce de danseuse. Enfin, c'était une danseuse après tout... Balder se dirigea vers la scène improvisée, il était venu pour eux, comme toujours. C'était tous de vieux amis. Déjà des fans du groupe avaient squattés la première ligne, attendant avec impatience le début du concert. Il monta sur l'estrade et immédiatement l'un des guitaristes le salua :

« - Sörg Balder... Voilà qui est pour le moins... Attendu.
- Si prévisible que ça, Duncan ?
- Hé bien... Oui. Mais c'est ça qui te rend si adorable je pense. »

Le musicien avait une voix grave et sombre, habillé de noir des pieds à la tête il paraissait encore plus ténébreux que tout le reste de l'assemblée réunie, même son visage pourtant pâle comme la mort était terni par des ombres invisibles. Peu connaissait l'histoire de ce guitariste pourtant mythique sur la scène underground du moment, aucune date de naissance, aucun parents connus, même pas un orphelinat, rien. Pourquoi autant de mystère ? Même Balder ne le savait pas alors qu'il « connaissait » Duncan depuis bien une dizaine d'années. Trois autres membres du groupe vinrent serrer la main de Sörg qui allait dire quelque chose lorsqu'une main se posa sur son épaule, derrière lui. Lillya lui tendit une choppe et l'embrassa rapidement avant de repartir au travail, la soirée allait être harassante pour elle. Duncan déclara avec sa mine sombre habituelle :

« - Elle va toujours bien ta fiancée, tu as de la chance...
Balder eut un air gêné et osa répondre :
- Oui j'ai de la chance... Comment va Stella ? Je peux la... voir ?
- Elle va comme d'habitude avant un concert, il n'y a plus que ça qui la fait planer de toute manière. Oui tu peux la voir, c'est bien parce que tu es son plus proche ami... Elle est derrière l'estrade. »

Sörg remercia Duncan et passa au milieu des câbles et des emplis, contournant ensuite la batterie. Stella était une chanteuse à la voix adorée par ses nombreux fans qui la surnommait : « L'ange Rasoir ». C'était une fille assez jeune au physique digne d'une déesse. Son passé était assez flou, Balder l'avait rencontré dans un bar louche ou elle chantait d'une manière divine pour un groupe médiocre. Il avait tout de suite remarqué car son meilleur ami Duncan Sversson recherchait une chanteuse pour sa bande. De là était né un étrange lien au dessus de la fraternité. Ayant eut un passé très tourmenté la jeune femme s'était souvent réfugiée dans les bras de Sörg pour trouver le réconfort d'un frère qu'elle disait avoir perdu il y'a longtemps de ça. Malgré tout il n'avait jamais vraiment réussit à savoir ce qui s'était passé, car elle buvait beaucoup et se droguait souvent pour échapper à la réalité. Duncan l'avait aussi prit sous son aile et avait noué une relation amoureuse avec elle, depuis les choses s'étaient améliorée mais elle restait toujours très perturbée.

Balder sauta de l'autre côté de l'estrade et s'assit juste à côté d'elle. « L'Ange » tourna la tête vers son camarade, un pâle sourire se dessina sur son visage laiteux, sa chair ressemblait à celle de la lune. Ses cheveux blonds et bouclés avaient été teints en noir et lissés. Une de ses mains fines tenait une bouteille de vodka à moitié vide, elle en bu une longue gorgée. Sa voix restée douce malgré ses dures années passées entama la conversation :

« - Ca me fait plaisir de te voir mon frère. J'ai composé en pensant à toi... Et à Duncan bien sûr... Dans quelques minutes ça va commencer, enfin... »

Elle balança la tête d'avant en arrière, puis se blottit contre Balder, des larmes rendues noires par son maquillage coulèrent le long de ses joues. Comme toujours avant ses concerts elle repensait à un évènement particulier qui la faisait pleurer, personne n'était sûr de quoi il s'agissait. Il la serra tendrement dans ses bras, comme avant chaque concert... Les premières notes se répercutèrent dans toute la salle, appelant les cris de satisfaction du publique. C'était imminent. « L'ange » se leva et lança un demi-sourire baigné de larme à Sörg, puis grimpa sur l'estrade. La batterie se mit en branle à se moment là, la salle exulta à la vue de la chanteuse aux « milles rasoirs ». Allez savoir s'ou venait ce surnom...

Le rythme se mit en place, une mélodie parfaitement maîtrisée, Balder avala une gorgée de bière, le tonnerre commença. Une reprise mythique allait être jouée par le groupe « Black Out », autant dire que la foule s'enflamma. Les guitares hurlèrent, alternant sons graves et aigus à une vitesse hallucinante. Prit dans cette folie musicale Stella compta les temps dans sa tête, puis d'une voix à faire frémir l'outre-tombe chanta :

"The faint blaze of the candle of my life
Slowly dying like a fire in a pouring rain
No sparks of hope inside
No shooting stars on my sky
On broken wings, no flying high..."


Dans une autre partie de la ville, quelque chose de dangereux circule dans les rues bondées. Un camion blindé noir escorté par deux voitures de la police, le chargement tant protégé semblait être d'une importance vitale, bien plus que de l'argent. Cela aurait dû rester entre de bonnes mains, mais qui est maître du destin ? Le convoi s'arrête au feu rouge, un policier s'allume une cigarette, tourne la tête, et vois un homme pointer un pistolet vers lui. Il a juste le temps de fumer une bouffée et sa tête explose comme un fruit trop mûr, sa cervelle s'étale sur le pare-brise noyé de sang.

"Another night, another demise...
Cadaverous wind blowing cold as ice...
I`ll let the wind blow out the light
Cause it gets more painful every time I die

Every time I die !"


Stella explose littéralement sur cette phrase, le publique s'agite encore plus, danse de façon frénétique au rythme de la musique survoltée. La chaleur devient presque étouffante, l'ardeur augmente encore et toujours plus. Duncan entre dans un solo de guitare à couper le souffle, s'acharnant sur son instrument avec une ferveur dépassant le fanatisme.

Un véhicule s'arrête en plein milieu de l'intersection, le convoi ne peut plus avancer. Il veut faire machine arrière mais les assaillants arrivent déjà de toutes parts, un homme vêtu de rouge incante à grand renfort d'arabesques bordeaux, sa voix rauque suffit à faire lever un vent de panique sur les défenseurs surpris et désorganisés. L'air crépite d'énergie et une terrible boule de feu file vers la voiture de queue, ses occupants hurlent en voyant la mort arriver de face, mais rapidement leurs cris sont couvert par le crépitement des flammes et l'explosion spectaculaire de leur véhicule en mille morceaux d'acier fondu. Un pneu retombe mollement à côté du sorcier qui sourit comme un damné. Les conducteurs du camion vident leurs chargeurs sur des boucliers magiques impossibles à percer, les balles s'arrêtent sur une vitre invisible. La riposte est terrible et ne se fait pas attendre, plusieurs hommes mitraillent à tout va avec des armes d'assaut... Les portières sont transformées en gruyère et les vitres se couvrent de sang.

"Out of strength to fight
I cannot take another night"


Un type agonise dans ses propres fluides, ses doigts engourdis laissent tomber son arme sur le sol. Le sorcier vêtu de rouge ordonne à ses hommes d'achever ce qui reste. Un canon froid comme la mort se pose sur la tempe du blessé, une détonation plus tard et son visage est éparpillé sur le tableau de bord.

"I cannot take it no more
Lust of light slips through my fingers
Like blood on my arms"


Les attaquants jettent leurs chargeurs par terre et en mettent d'autre dans une série de cliquetis métallique. Ils encerclent la ruine qu'est le convoi et font sauter la porte arrière du camion avec un sort. L'air sent le cramé et la seconde d'après un éclair fuse depuis l'intérieur du véhicule, percutant un des tueurs cagoulés. Gravement brûlé à la poitrine il n'a même pas le temps de laisser échapper un cri qu'il est déjà mort, gisant sur le goudron encore trempé par la pluie. Les rafales des braqueurs fracassent les portes entrouvertes et viennent s'écraser au fond du camion, mettant un terme à la vie d'un mage de la police, qui s'écroule le long de la cloison, son uniforme bleu marine ensanglanté laissant de longues traînées rouges derrière lui.

"Black candle wax has buried me...

EVERY TIME I DIE !"


Stella hurle dans son micro, ses joues creusées par ses larmes sombres, lui donnant un air inhumain. En fait elle méritait vraiment son surnom d'ange rasoir. Pliée en deux tant elle crie le feu qui lui brûle les veines, oubliant le monde autour d'elle, planant sur un autre plan d'existence. Le publique est déchaîné comme face à une véritable rockstar... Les musiciens enchaînent tous en coeur sur le dernier refrain.

"Another night, another demise...
Cadaverous wind blowing cold as ice...
I`ll let the wind blow out the light
Cause it gets more painful every time I die"


Plus aucune résistance en vue, l'homme en rouge monte dans le camion réduit à l'état d'une carcasse fumante, il enjambe les cadavres aux visages tordus par la douleur et attrape une valise blindée entre les jambes du mage assassiné. Il était venu pour ça, il avait eut ce qu'il voulait, maintenant il allait pouvoir passer à la seconde phase de son plan, tout le monde apprendra à le craindre. Les attaquants ne perdent pas une seconde de plus et détalent à toute blinde à bord de plusieurs voitures garées en travers de la route.

« Every Time I Die... »

Stella termine cette chanson, tout le monde applaudit ce spectacle explosif, c'était vraiment une artiste hors du commun et surdouée. Balder adorait la musique, il se sentait toujours portée par celle-ci, comme si il s'échappait, c'était une sensation grisante et agréable. La soirée allait être longue et animée, comme toujours...
La police était arrivée sur place quelques minutes après le massacre seulement, mais ce fut quelques minutes de trop. A présent on ne pouvait plus que décompter les morts. Tout ça pour un maudit bouquin ! L'inspecteur Jodan Stone n'en revenait toujours pas, il venait de perdre neuf hommes d'un coup ! Il bouillonnait de rage, si il mettait la main sur les salauds qui avaient fait ça il comptait bien leur faire passer le pire moment de leur vie ! Pour l'instant il ne pouvait que se défouler sur ses subalternes, qui évidemment, n'y étaient pour rien.

Il avait bouclé le périmètre pour éviter que la masse de badaud ne fasse n'importe quoi, les gens avaient vraiment une curiosité malsaine et cela ne fit qu'enrager encore plus l'inspecteur Stone. Il s'avança jusqu'au camion du convoi, réduit à présent à l'état d'un gruyère d'acier, du gros calibre avait été à l'oeuvre. C'était un travail de pro en tout cas, un seul braqueur y avait laissé sa peau. Jodan s'arrêta à côté de son lieutenant, qui était en train de noter les détails de la scène du crime, ou plutôt du massacre organisé. La voix lasse de l'inspecteur trancha la concentration du jeune officier :

« - Alors Frederik, ou en sommes nous ? »

Le type, assez fluet par rapport à Stone qui était assez imposant, sursauta légèrement. Il avait les cheveux bruns et bouclés, son visage était lisse avec quelques tâches de rousseur et ses yeux paraissaient vifs comme l'éclair.

« - Ils n'ont laissés aucuns survivants. Visiblement ils ont utilisés technologie et magie, le véhicule de queue ayant était carbonisé par un sort, de la magie noire d'après la signature énergétique. Les autres ont tous été tués par des armes à feu, ont à relevé six calibres différents et 345 impacts de balles...
Frederic soupira puis ajouta :
- Un véritable carnage... Et évidemment il n'y a plus une trace du Diablonomicon... »

Le Diablonomicon, un livre maudit par l'Eglise de la Grâce Suprême. C'était une légende jusqu'à ce qu'un archéologue célèbre tombe dessus lors de recherche dans la ville en ruine de Kurast. La légende racontait que ce grimoire renfermait un rituel capable d'invoquer Diablo depuis l'enfer et ainsi de déverser de nouveau l'apocalypse sur Sanctuary. Evidemment ce n'était qu'une légende... Mais nombreux étaient les cultes qui voulaient mettre la main dessus, pour voir si c'était vrai. Il devait être transféré en lieu sûr mais apparemment on avait doublé les autorités. Si les rumeurs étaient vraies des jours sombres se préparaient...

« - Cette saloperie n'a pas fini de nous causer des ennuis ! Mais nous avons au moins une piste : Le type qui est resté sur le carreau. Je tout ce que vous avez sur lui, peut-être que l'on pourra remonter à quelque chose. Evidemment prenez tout les témoignages des environs... »

L'officier acquiesça d'un mouvement de tête, la nuit allait être longue. Par chance les heures supplémentaires étaient payées, c'était un moindre mal. Il referma son carnet et fit le tour des lieux, espérant trouver un quelconque autre indice mais sans vraiment y croire...

* * *

Le concert continuait sans jamais s'essouffler, au contraire l'ambiance devenait de plus en plus survoltée. Fondu dans la masse Balder était plongé dans la musique, toujours aussi explosive. Stella marchait de long en large sur l'estrade, son regard noir défiant la foule, chantant dans son micro avec une énergie incroyable. Une silhouette gracieuse et sombre s'approcha dans le dos du jeune homme, absorbé par la mélodie agressive et majestueuse. A travers le vacarme des emplis il n'entendit rien arriver, une main se posa soudainement sur son épaule. Il sursauta et se retourna en pivotant sur un pied, se faisant soudainement embrasser par une bouche qu'il ne connaissait que trop bien. La magnifique dame passa ses bras de chaque côté de la tête de Balder, elle le fixa d'un regard malicieux.

« - Tu ne devais pas travailler ? demanda Sörg par-dessus le bruit.
- Tu n'as d'yeux que pour cette chanteuse... Je viens te surveiller un peu.
L'homme répondit avant de l'embrasser de nouveau :
- Surveille moi de plus près... »

A cet instant précis Black Out entama une autre reprise d'un groupe culte d'il y'a plusieurs années. Les deux amants qui s'étreignaient passionnément reconnurent immédiatement « Cancer ». Front contre front ils chantaient ensemble, n'arrivant même pas valoir un dixième de la puissance de Stella.

"Wasted time, a kind of crime
Another way to slowly die
I have so much regrets... The regrets...
Memories torn into pieces
When everythings becomes diseased
That couldn't be life... Life...
"

* * *

Eux ils s'en félicitaient encore, une victoire si brillante. Ils avaient le Diablonomicon, une avancée de géant pour leur plan. Depuis des années ils l'avaient recherchés et on l'avait trouvé pour eux, qu'elle ironie. Mais à présent Kendrak Obarskyr en tournait les pages avec contentement. Les gravures et les formules étaient d'une clarté de roche pour un mage confirmé comme lui. Il méprisait la nouvelle génération qui ne s'intéressait plus à la magie, préférant la facilité technologique aux longues années d'études. Un savoir qui se perdait et par la même occasion une puissance phénoménale, sans limites, bien au-delà des gadgets modernes. Il referma le livre d'un geste lent et posé, savourant d'avance la suite des opérations. Kendrak se redressa et s'adossa à son siège, une table de marbre noir de plusieurs mètres de long s'étendait devant lui, de part et d'autre de celle-ci huit autres hommes étaient assis. C'était son conseil privé, tous des sorciers chevronnés. Il ouvrit les bras et déclara avec un air satisfait :

« - L'opération s'est parfaitement déroulée, vous avez bien travaillés.
Il pointa du menton un homme en rouge sur sa droite :
- Arlock tu te débarrasseras des « technologistes » que tu as engagés pour le sale boulot, je ne veux pas de témoins potentiels...
Le type hocha la tête avec un sourire mauvais. Il avait vraiment l'air vicieux. Obarskyr continua avec une voix tonitruante :
- Maintenant vous savez ce qu'il vous reste à faire, il nous faut les composantes ! La première chose à récupérer sera du sang divin. »

Un murmure parcouru l'assemblée, Kendrak aimait bien son petit effet. Une grimace de ravissement se dessina sur son visage dur de quadragénaire. Il lissa sa barbichette en laissant ses associés discuter sur la situation. Finalement il leva une main d'une façon impériale, intimant le silence.

« - Nous n'aurons pas à tuer un Dieu, car un Ange suffira.
- Un Ange ? Mais n'ont-ils pas tous disparus après la guerre ? s'interrogea un mage habillé d'un smoking blanc.
- Il existe encore quelques anges déchus, condamnés à rester sur terre, ne pouvant jamais rejoindre leur maître.
Un jeune sorcier ricana :
- Après ils parlent de pardon !
- Oui très amusant petite merde mais ne m'interrompt plus de cette manière à l'avenir ! le type tressaillit et Obarskyr reprit : Je disais donc un ange déchu, il n'en reste hélas quasiment plus aussi. Mais j'ai fais des recherches et il se trouve qu'il y'en a un ici, à Harrogath ! »

Cette fois-ci tous les regards convergèrent vers Kendrak...

* * *

"The touch that I adored
This love that couldn't be ignored
You're hand in mine
A touch of heaven, heaven !

Stars also die...
The astral brightness stops shining
I hope you'll reach your paradise
Star why did you leave me?
The astral brightness stops shining
Tonight I cannot stop crying...
"

Les amants s'embrassèrent encore et encore, passionnément, avec fougue. Avec comme romantisme un concert déchaîné. La chanson touchait à sa fin, mais pas la nuit, qui allait sûrement être longue, très longue avec Lillya comme partenaire... Le lendemain c'était dimanche, alors autant en profiter...

* * *

« - Nous fera-tu l'honneur de nous dire de qui il s'agit, Obarskyr ? »

C'était le doyen de l'assemblée qui venait de parler, et sûrement un de ses sorciers les plus puissant aussi. C'était le seul avec qui Kendrak prenant des gants, car il avait tendance à s'énerver facilement et un élément de sa compétence n'était pas évident à remplacer. Le chef croisa ses mains, puis annonça d'un ton quasi-solennel :

« - Il s'agit de Stella Kadaran. »

* * *

L'ange rasoir dressa au milieu de la scène, son visage à la fois triste, mélancolique, rageur et haineux excitant la foule. Les musiciens se lancèrent dans une ultime joute, une dernière course, à la fois violente et belle. Elle était magnifique et à la fois presque terrifiante...

"Wasted times a kind of crime
Another way to slowly die
I so much regrets... The regrets...
Acid rain, tears inside
All consuming hungry monster
Love is a cancer... A cancer !
"

* * *

Les sectataires étaient tous penchés vers leur chef, ils étaient partagés entre la perplexité et la surprise. Le nom de Kadaran était connu de tous, c'était en partie à cause de cette lignée d'Archange que le grand Diablo avait été repoussé !

« - Si il faut le sang de cette catin nous l'aurons ! »

Kendrack hocha lentement la tête, mais il mit le holà lorsque le rassemblement commença à s'enflammer sur le moyen d'agir. D'un nouveau geste impérial il ordonna :

« - Nous ne pouvons prendre le risque d'agir nous même, directement. La police est sur le qui-vive, j'aurais besoin de vous tous pour le rituel et vous devez déjà commencer à vous préparer si nous voulons êtres dans les temps, l'alignement des planètes est favorable, nous ne pouvons pas prendre le risque d'attendre cent neuf nouvelles années ! »

Personne ne protesta, de toute manière personne n'avait le choix. Le doyen demanda alors, troublant le silence :

« - Comment allons nous faire alors ? Car même si c'est une ange déchue je doute qu'elle soit dénuée de pouvoir !
- En effet nous devons engager un expert pour ça, le Joker. »

La phrase d'Obarskyr tomba comme un couperet, vraiment il adorait faire ça : profiter des têtes béates et stupides de ses collègues. Se raclant la gorge il ajouta avec conviction :

« - Oui le Joker, nous parlons bien du tueur à gage professionnel. Même si c'est un technologiste il est l'homme qui nous faut, il n'y aura qu'à juste mettre le prix. »

L'assemblée acquiesça sans discuter, la décision était prise. L'humain que l'on appelait le Joker (Parce qu'il réglait tout les problèmes juste en le sortant de sa manche) aurait été capable d'assassiner le président sans laisser aucune traces derrière lui. Toutes les autorités étaient à ses trousses depuis des années, sans aucun succès !

La suite de la réunion se déroula sans vraiment rien d'intéressant, juste des rapports logistiques et autres évènements soporifiques, mais nécessaires, pour Obarskyr. La nuit fut interminable...

Le lendemain, 14h45...

Balder se réveilla la tête lourde, des cadavres de bouteilles à ses pieds. Livide, il n'osait pas encore bouger. Il avait vécu une soirée de folie, la tête « à l'envers ». Il ne se souvenant même plus avoir été emmené à l'étage dans une chambre du Blakkäärd... Enfin faire la fête de temps à autre avait du bon quand même ! Il grogna et s'étira, Lillya était nue, blottie contre lui. Son corps frêle se soulevait lentement au rythme de sa respiration. Balder jeta un coup d'oeil circulaire à la pièce, ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait là, c'était en fait la chambre que le bar avait gracieusement offert à son amie.

On frappa à la porte.

Sörg sursauta, réveillant par la même occasion Lillya. L'homme tira la couverture pour couvrir la jeune fille, puis d'une voix encore rauque et froide lança :

« - Entrez ! »

Un grincement plus tard et Duncan apparaissait dans l'encadrement de la porte, il était étonnant qu'il ne dorme pas après le concert déchaînait qu'il venait de faire ! Son visage blême semblait soucieux et inquiet, d'un ton sombre il déclara :

« - Stella a disparue... »

Flegmatique au possible il gardait un sang froid incroyable malgré la situation. Balder, lui, tressaillit. Se redressant de toute sa taille il haussa un sourcil interrogateur :

« - Disparue ? Tu ne sais même pas ou elle est allée après le concert ?
- Si. Le problème c'est qu'elle n'y est plus. Elle s'est endormie avec moi, mais ce matin elle n'était plus là.
- Merde... »

La perplexité régna un instant sur la pièce. Toutes les personnes présentes étaient figées dans une profonde réflexion, un lourd silence s'installa. Connaissant Stella elles savaient qu'elle pouvait être n'importe ou, et peut-être pas si loin que ça... Régulièrement elle était victime d'étranges visions, phénomènes qui s'était accentué depuis quelques temps. Sörg eut un frisson puis se leva d'un bond, ses jambes encore un peu engourdies il tangua dangereusement sur la droite. Mais rétablit son équilibre et s'habilla en vitesse alors que Duncan quittait la pièce à grandes enjambées.

« - Baldy qu'est qui se passe ?
Il répondit sans se retourner :
- L'Ange rasoir s'est envolée. »

La seconde d'après il franchissait le seuil de la porte. Il dévala ensuite un escalier pour rejoindre la salle commune ou Kaad, le videur, était en train de ranger le désordre du concert. Le colosse au crâne chauve salua Balder d'un geste de la main et se remit au travail. Un cri retentit soudainement dans le bar, surprenant tout le monde. Sörg avait immédiatement reconnu la sonorité, il s'agissait de celle de Stella. Inquiet il courut vers la source du hurlement de terreur qui se répercutait encore dans ses oreilles, il y'avait eut tellement de détresse dans la voix de la chanteuse que Balder en tremblait. Il passa devant une table ou le reste du groupe de Black Out s'était levé en sursaut, quelques grandes enjambées plus tard et il franchissait la porte des toilettes. D'un regard il scruta le carrelage blanc éclatant et parfaitement astiqué, une longue traînée sanglante sillonnait l'allée des waters. Toutes les portes claquèrent en même temps, faisant tressaillir Sörg de surprise. Un silence effrayant tomba sur les lieux, l'air sembla s'assombrir de lui-même, c'était irréel. Mais ou était passé Duncan ? Balder avança à pas lents, il y'avait quelque chose de pas du tout naturel la derrière... Le coeur battant il se dirigea vers le fond de la pièce en forme de L, là ou menait les traces sanglantes. Il allait tourner à droite quand un nouveau cri lui vrilla les tympans, beaucoup plus aigu et long que le précédent ! C'était si fort que le jeune homme tomba à genou, ses mains plaquées sur les oreilles. Il ferma les yeux espérant que cela cesse, c'était infernal ! Finalement ce fut le noir total et il s'écroula face contre terre, un froid inhumain s'empara de lui.

Il se réveilla en sursaut, la main de Duncan sur son épaule. Un frisson glacial le parcouru, le regard pénétrant de Sversson semblait sonder le plus profond de son âme. Si bien qu'il détourna la tête, ses tempes bourdonnaient de douleur, c'était encore pire que le réveil de ce matin... Le guitariste demanda de sa voix grave :

« - Ca va aller ?
- Heu... Oo... Oui je crois... »

Il jeta un coup d'oeil sur ma droite puis soupira. Se pinçant l'arrête du nez il expliqua :

« - Elle a encore fait une crise de vision. Ces derniers temps elle se voyait tout le temps mourir de façon atroce, dévorée vivante... Un truc vraiment pas cool... Non vraiment pas cool.

Balder resta un instant sans rien dire, la bouche entrouverte, l'air perdu. Il remarqua qu'il n'y avait plus de sang par terre, tout avait dû être épongé par Kaad pensa t-il. Secouant la tête il articula mollement :

« - Ce n'est pas ce qui est arrivé avec tout le sang qu'il y'avait ici ? Il y'aurait eut de quoi repeindre tout les murs de la pièce...
Duncan resta un instant interloqué, puis fronçant les sourcils s'interrogea :
- Mais quel sang ?
Sörg resta encore plus bête... Il rétorqua finalement :
- Le sang... Celui qu'il y'avait par terre.
- Je crois que ton atroce mal de tête t'a fait imaginé des choses mon pauvre ! A moins que cela ne soit un effet secondaire des visions de Stella, parfois des choses « surnaturelles » se déchaînes pendant ses moments de délires, c'est assez déstabilisant car ça m'est aussi arrivé quelques fois. »

Complètement coi Balder n'osa bouger, n'entendant plus que sa respiration. S'appuyant contre le mur derrière lui il se releva tant bien que mal, la journée commençait « bien » ! Il jeta un coup d'oeil à l'endroit ou se trouvait Stella : Elle était allongée par terre, parfaitement inconsciente, son visage tiré par la terreur. Le passé de cette fille avait vraiment dû être cruel pour qu'elle en vienne là.

« - Il va se passer quoi quand elle va revenir à elle ?
- Il faudra la tenir car elle risque d'être complètement paumée, expliqua calmement Duncan.
- Je vais chercher Kaad alors... »

Sans un mot de plus il tituba jusqu'à la sortie des toilettes, il avait l'impression d'être complètement saoul, cette expérience l'avait vraiment perturbé. S'appuyant sur l'encadrement de la porte il croisa les regards paniqués des autres membres du groupe, d'un mouvement de tête il leur signifia que tout allait bien. Se raclant la gorge il interpella le videur « à tout faire » du bar :

« - Kaad ! On a besoin de toi par ici !
Il reposa une chaise et se tourna :
- J'arrive ! »

En quelques de ses enjambées de géants il fut sur place. Duncan couvait du regard sa protégée, un spasme violent la parcourue, elle se tordit dans tout les sens. Le colosse se dépêcha de l'empoigner pour éviter qu'elle se fasse trop mal. Il peina à la maintenir, dans cet état là elle semblait avoir une force inhumaine ! Un filet de bave coula à la commissure des lèvres de Stella, sa bouche s'entrouvrit pour articuler d'une façon mécanique quelques mots :

« - Ils... Veulent... »

Sa crise s'accentua encore, elle se contorsionna dans tout les sens, c'était impressionnant à voir. Ses convulsions eurent comme un pic puis cessèrent subitement, la frêle jeune fille retomba mollement sur le carrelage froid. Elle souffla un dernier murmure :

« ... Me Tuer... »

A cet instant-ci elle rouvrit les yeux d'un coup. Complètement paniquée elle regard tout autour d'elle et se mit à pleurer à chaudes larmes, Duncan s'empressa de la prendre dans ses bras sous le regard effaré de Kaad. Se balançant dans les bras de son amant elle ne cessait de répéter :

« - Ils veulent mon sang... Ils veulent mon sang... »

Il y'avait quelque chose de terrifiant dans sa voix, peut-être parce que cela paraissait trop vrai ? Comme si l'on était sûr que ce fait allait arriver, comme si cette vision ce n'était pas un souvenir du passé mais plutôt un évènement du futur. Balder croisa le regard du colosse, les deux ne savait plus du tout quoi penser, ils prirent un peu de recul et laissèrent Sversson avec son amour. Un amour douloureux, rongé par une sorte de terrible cancer.
Même les ombres n'étaient pas aussi silencieuses que lui, c'était un courant d'air. Un regard exercé n'y aurait vu que du feu... Ses pas étaient légers, à croire que son corps tout entier ne pesait pas plus lourd qu'une plume ! Même le froissement de ses vêtements était purement inaudible, comme si l'homme avait été enfermé dans une bulle de silence. Il n'était pas étonnant qu'il soit le meilleur assassin de Sanctuary, capable de traquer et tuer sa proie sans peines, craint par tous les chefs d'états. Il était celui que l'on appelait le Joker, c'était la carte qui pouvait battre toute les autres ! C'était la première fois qu'on lui demandait de tuer une ange, chanteuse dans un groupe de hard metal en plus. Vu la quantité d'argent qu'on lui avait donné elle ne devait pas être dénuée de pouvoir, même si elle avait été déchue par ses cieux.

Il longeait les rues, noyé dans les ombres d'une nuit sans lune. Les quelques passants nocturnes ne soupçonnaient pas sa présence, il était bien trop adroit pour ça. Les rebouteux qui l'avaient engagé lui avaient dit que l'ange créchait dans un bar du nom de Blakkäärd. Il y serait dans peu de temps...

« - Cette nuit est bien sombre tu ne trouve pas ? »

Balder ne répondit pas tout de suite, perdu dans ses réflexions. Depuis « l'accident » de Stella il était resté très pensif. Il secoua la tête et tourna son regard vers Lillya, son interlocutrice appuyait sa tête sur son poing, assise en face de lui.

« - Oui il n'y a pas cette chère lune. J'avoue que j'ai l'impression que rien ne va ici, une certaine tension règne...

La jeune femme acquiesça :

- Ouais c'est vrai... Tu crois qu'il va vraiment arriver quelque chose à Stella ?

- Je ne sais pas, c'est plus complexe que ça en à l'air cette histoire. Jusqu'à présent elle n'avait eut que des visions du passé d'après Duncan. Mais celle-ci paraissait vraiment différente ! »

Sversson arriva justement à ce moment là, descendant les escaliers de l'étage. Il s'arrêta un instant une fois en bas, interrogeant de la tête :

« - Vous n'êtes pas encore couchés ? Il est minuit passé.

- Non, répondirent en coeur les deux amants.

- Bon je vous offre un verre alors. Barman, trois bières ! »

Le frère de Kaad, Obheer, était au comptoir, ils étaient jumeaux, le seul moyen de les reconnaître était que le videur avait une cicatrice au dessus de l'arcade gauche, trophée d'une violente bagarre. Duncan vint s'asseoir avec ses deux amis, il avait l'air épuisé, ce qui n'était jamais le cas d'habitude.

« - Elle se repose, enfin c'est ce qu'elle m'a dit, mais elle va sûrement boire pour essayer d'oublier. Elle est persuadée qu'on va venir lui voler son sang !

- Et tu penses que c'est possible ? demanda Balder en attrapant sa choppe qui venait d'arriver.

- Je ne suis plus sûr de rien ! Mais voudrais faire ça ? Pour quelle raison ? Un ennemi de son passé tourmenté ? Je n'en sais trop rien... »

Tout le monde fit silence, les regards se perdirent dans le vide. Sörg bu une gorgée de bière et fut rapidement imité par ses camarades. La nuit risquait d'être longue une nouvelle fois, car il n'avait vraiment pas envie de dormir ! Dire que demain il devait se lever tôt pour aller travailler...

Personne ne pouvait l'entendre ou le voir, pourtant il était là. Il les regardait par une fenêtre, patient. Le bar avait fermé pourtant il y'avait des clients, sûrement des amis du propriétaires qui pouvaient rester tant qu'ils voulaient. Ca n'allait pas être eux qui allaient changer la donne, mais il valait mieux rester sur ses gardes. De toute manière le Joker ne comptait pas passer par ici, même avec son talent la pièce restait beaucoup éclairée et la porte devait sûrement être fermée. Il resserra les pans de son manteau sombre, un froid pénétrant régnait sur Harrogath. Faisant un rapide tour de la bâtisse il repéra une façade praticable : Elle était faite à l'ancienne avec de nombreuses pierres aux jointures apparentes et usées. Avec ses doigts long et fins l'assassin n'eut aucun problème pour escalader, combiné avec sa dextérité son ascension ne prit qu'une minute à peine. Il s'accrocha à un rebord de fenêtre, les volets étaient ouverts. Il resta ainsi un moment suspendu, ses muscles tendus. Ses mains protégées par des gants en cuir il brisa la vitre d'un coup de poing et espéra que personne ne l'ait entendu. D'après ses observations il n'y avait personne dans cette pièce... Il se souleva puis roula à l'intérieur avec la souplesse d'un chat. Ses yeux déjà accoutumés à la pénombre lui évitèrent de se cogner plusieurs fois à des meubles. Il était dans une chambre, le lit était vide et les draps parfaitement pliés, signe que personne ne l'avait louée.

Evidemment la porte était verrouillée...

Pliant ses doigts plusieurs fois de suite il s'approcha de la serrure. Il sortit un crochet de sa poche et entama son travail. Il lui fallut quelques minutes avant qu'un cliquetis tant attendu ne retentisse. Un sourire de ravissement étira son visage. Il tourna doucement la poignée, il s'avança lentement, jetant un coup d'oeil de chaque côté du couloir dans lequel il se trouvait. La voie semblait libre. A pas de loup il franchit le corridor. D'après la magie des rebouteux elle était dans la chambre 13. Un chiffre mystique, à juste titre ?

Sans un bruit il se tenait maintenant devant la porte, l'adrénaline pulsait dans son crâne. Néanmoins il restait calme et froid, comme toujours. Il poussa lentement le loquet, cette fois ci c'était ouvert... Il passa sa langue sur lèvres sèches, sa main droite se porta instinctivement à son pistolet silencieux. Avec le pouce il enleva le cran de sécurité, l'ombre de la mort semblait s'accrocher à chacun de ses pas. Il n'y avait pas de lumière, sa victime devait dormir. Dehors l'orage gronda, encore une averse en préparation. Le Joker traversa un tout petit hall qui donnait sur la salle de bain à gauche ou la chambre.

Il prit tout droit...

Au moment au il mit un pied hors du vestibule, un éclair illumina toute la pièce, découpant nettement une silhouette féminine de sa lumière bleue, elle était tournée vers la fenêtre. L'assassin leva son arme, prêt à tirer, mais une voix l'interrompit :

« - Tu viens prendre mon sang pas vrai ? Je savais que ça arriverait ce soir... Ce soir et pas un autre... Oui... »

L'ange rasoir fit volte-face, l'homme hésita, un peu déstabilisé. Elle tenait une bouteille de vodka à moitié vide dans main droite, elle en bu une longue gorgée. Sa voix était un peu altérée par l'alcool mais restait toujours assez sûre d'elle :

« - Je ne compte pas crier ne t'inquiète pas, j'ai mieux à faire... Depuis qu'ils ont détruit ce que j'avais je me moque pas mal de vivre où mourir tu sais ? Mais... »

Le Joker resserra la prise sur arme, à travers la pénombre il fronça les sourcils. Un nouveau coup de tonnerre éclaira la pièce, les vitres tremblèrent tant il fut puissant. Les silhouettes d'ombres se défiaient, l'une face à l'autre, en une scène purement irréelle.

« - ... J'ai luttée pour sauver les projets de mon frère... Je ne veux pas que... Ce qu'il a fait ait été fait pour rien... Comprend moi... Ici... Ce soir... Je ne compte pas mourir... »

Le tueur appuya sur la gâchette, le tir fut étouffé par le silencieux vissé sur le pistolet. La balle fila à plusieurs fois la vitesse du son, en direction de la tête de Stella. Pour finalement venir s'écraser à une vingtaine de centimètre de celle-ci. Le Joker grimaça, que la magie était agaçante ! Il vida son chargeur sur sa victime, chaque coup fit mouche. Il espéra détruire le bouclier de sa cible, mais il tint bon et arrêta chacun de ses projectiles meurtriers !

L'ange se mit à incanter, sous l'effet de l'alcool c'était une sensation de plaisir grisante au possible. Ses mains dessinèrent de complexes arabesques blanches aveuglantes, ses souvenirs de l'académie de magie lui revinrent en tête, malgré des millénaires sans pratique elle se souvenait parfaitement des mots de pouvoir. C'était cette maîtrise qui lui avait coûté un allé simple pour l'enfer avec son frère !

Mais le Joker n'était pas stupide et ne s'était pas contenté de regarder ! Il avait déjà rechargé lorsque Stella arriva au terme de son invocation. L'air crépita d'énergie, une odeur de brûlé plana sur la pièce. L'assassin se douta que ça n'allait pas tarder à chauffer ! Alors qu'un nouvel éclair grondait, mais cette fois-ci il était parfaitement magique, l'homme renversa une armoire entre lui et le trait mortel. Le mana éclata en une gerbe d'étincelles qui fit exploser le bois en mille éclats, le tueur ferma les yeux pour éviter les échardes et les restes du meuble carbonisé tombèrent sur le sol avec fracas.

Il devait faire vite si il ne voulait pas être repéré. Il ne laissant pas l'ange le loisir d'incanter autre chose et tira de nouveau. Sa cible ne prit pas la peine de bouger et son bouclier encaissa de nouveau, c'était vraiment frustrant ! Laissant tomber l'arme à feu le Joker dégaina un long et effilé couteau de combat, avec ça il allait terminer le travail vite fait bien fait. Stella ne perdit pas son calme, de toute façon l'alcool lui faisait oublier toute notion de danger. Ses doigts tracèrent un nouveau sortilège alors que le tueur lui sautait dessus. Le temps lui sembla bien court d'un seul coup... La lame froide et acérée du couteau traversa sans problèmes la protection magique de l'ange, conçue exclusivement pour arrêter les projectiles. L'acier glacial termina sa course dans le ventre de Stella. Elle hoqueta de douleur mais ne s'arrêta pas pour autant d'incanter ! L'homme tourna le couteau dans la plaie, du sang se mit à couler à flot le long de la garde et de sa main. Il croisa un instant le regard haineux de la sorcière, puis fut projeté à plusieurs mètres de là sa vraiment comprendre. Il fut arrêté net contre un mur, le choc fut violent et difficile. Il venait de recevoir une onde de choc magique de plein fouet. Ses côtes lui firent un mal de chien, il glissa et tomba par terre. Mais à la grande surprise de son adversaire il se releva avec souplesse. Stella, elle, avait un trou béant dans l'abdomen, son regard commença à se voiler malgré l'anesthésie partielle de l'alcool ingéré... Elle tituba, tiraillée vers l'inconscience...

« - C'était quoi ça ? demanda Balder en bondissant de son siège.

- Je ne sais pas mais je préfère allait voir, ça venait de la chambre de Stella ! Elle fait peut-être une autre crise ! »

Duncan se leva en manquant de faire tomber sa chaise, Lillya regarda les deux hommes s'en aller en courant vers l'escalier, Kaad sur les talons. Ils montèrent quatre à quatre les marches, les bruits sourds de chocs qu'ils avaient entendus se précisèrent, il s'ajouta à ça des incantation ! Là il n'y avait plus de doute, quelque chose était en train de se passer ! Ils traversèrent le couloir en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la porte de la chambre de Stella était ouverte. Sversson passa en premier, il aperçu le dos d'une silhouette sombre. Elle portait un long manteau sombre et un grand chapeau à larges bords, comme ceux que l'on pouvait voir dans les westerns. Une lame ensanglantée scintilla à travers les ténèbres, Duncan hurla et sa vitesse paru s'accroître d'une façon hallucinante ! Si bien que Balder faillit en trébucher. En une fraction de seconde le guitariste fut sur le mystérieux intrus et lui avait attrapé le poignet, l'empêchant de frapper. Mais le type ne se laissa pas faire comme ça, il se retourna adroitement et frappa dans le plexus de Duncan. Balder grimaça de douleur pour lui, mais Sversson ne flancha pas une seconde. Kaad arriva au pas de course, manquant de bousculer Sörg au passage. Les deux hommes restèrent un instant figé face à l'affrontement violent, vraiment Duncan paraissait inhumainement rapide et fort ! Il frappait avec une précision et une efficacité mortelle, si bien que son adversaire commencer à perdre beaucoup de terrain, épuisé. Un direct particulièrement bien envoyé termina de le sonner. Un craquement sec retentit, même à travers la pénombre Balder pu voir une giclée de sang partir de la bouche de l'intrus. Le type tomba à la renverse et se cogna contre le mur derrière lui, manquant de perdre son chapeau. Mais alors qu'il était au sol, les observateurs de la scène purent voir l'ombre lever son bras droit, une flamme éclaira subitement la pièce, à trois reprises. Duncan venait d'être touché par trois balles...

Sörg hoqueta, il s'en voulait de ne pas avoir intervenu dans tout ça ! Sversson s'écroula lourdement, l'assassin se releva et ramassa son couteau trempé de sang. Il s'élança vers la sortie, mais Kaad s'interposa de toute sa masse et l'accueillit avec un violent coup de poing. L'homme se tordit et réussit à esquiver l'attaque d'une manière inattendue ! Balder essaya de le ceinturer mais une fois de plus il s'échappa comme une anguille ! C'était à peine croyable ! Il fit une roulade et se retrouva dans le couloir... Après tout ce qu'il venait d'encaisser... Mais là où Balder cru délirer c'est lorsque Duncan se remit debout à son tour pour se lancer à la poursuite du tueur ! Secouant la tête le jeune homme n'arrivait pas à s'en remettre, c'était quoi ce moment de folie ? Il ne su quoi faire : le suivre ou aller voir dans quel état était Stella qui ne bougeait plus au fond de la pièce ?

Il savait que son aide en bagarre ne serait pas très utile, mais il ne souhaiter pas vraiment laisser son ami au prise avec un adversaire aussi redoutable ! Il attrapa Kaad par l'épaule alors que celui-ci allait partir à la suite de Sversson.

« - Appel une ambulance ! J'ai une idée pour arrêter l'autre malade... »

Kaad ouvrit la bouche pour protester mais Balder était déjà parti. Sörg traversa le couloir à toute vitesse en direction des escaliers, il voyait encore le manteau de cuir noir de Duncan claquer dans sa course effrénée. Il accéléra le pas, jamais il n'avait couru à pareille allure. En arrivant dans les escaliers il manqua de trébucher et de se rompre le cou plusieurs fois tant il descendait vite !

Il bondit littéralement dans la salle principale, Obheer était debout, un fusil de chasse entre les mains il bloquait la porte d'entrée. Le reste du groupe de Black Out s'était mit sur ses côtés et Lillya était à l'écart vers le comptoir. Le tueur insaisissable roula soudainement sur sa droite, doué de réflexes foudroyants ! Le barman ne pu retenir son geste et tira... Une violente détonation éclata dans la pièce et une décharge de calibre .12 percuta de plein fouet le ventre de Duncan. Balder grimaça lorsque du sang gicla dans tout les sens, il voyait presque à travers le corps de son ami tant il était en piteux état. Obheer était livide face à l'erreur qu'il venait de commettre ! Tout se barrait en couille ce soir ! Sörg se jeta sur la décoration du mur à sa gauche : Deux épées croisées. Il n'était certes pas un as pour jouer des poings mais pour ce qui était de lames il avait fait plusieurs années d'escrime. Il prit le pari d'en empoigner une dans chacune de ses mains.

L'assassin eut à peine le temps de se lever pour voir l'acier fondre sur lui ! Il esquiva un coup de taille en se baissant soudainement. Balder enchaîna avec un ciseau parfaitement mené mais son adversaire réalisa un bond prodigieux par-dessus ses lames croisées ! Face à l'exploit Sörg resta un instant pétrifié. Temps mort dont profita le Joker pour frapper le nez du jeune homme avec la garde de son couteau. Recevant le pommeau en pleine face Balder tomba à la renverse, du sang coulant à flot de son visage brisé.

Obheer avait rechargé de ses mains tremblantes, il leva de nouveau son arme et hésita encore plus à tirer. D'un ton mal assuré il intima :

« - Lâche ton arme ou je t'explose ! »

Le type tourna lentement la tête vers son détracteur, un sourire machiavélique cloué sur ses lèvres. D'un geste d'une rapidité effarante il pointa son pistolet en direction du barman qui n'eut le que temps d'écarquiller les yeux avant de recevoir une balle dans la hanche. Submergé par la douleur il tomba en arrière, tirant dans le plafond. Un peu de plâtre tomba sur le chapeau noir du Joker qui jeta un regard meurtrier vers le reste du groupe, leur ordonnant d'un mouvement de tête de dégager la place. Ne pouvant rien faire d'autre face à l'arme pointée sur eux ils s'écartèrent sans discuter.

Mais au moment ou l'assassin allait s'élancer pour partir, Balder qui était toujours allongé au sol, lui fit un croc en jambe. L'homme s'étala tout du long en jurant ! Dans sa chute il laissa tomber son pistolet et son revolver pour se rattraper, évitant ainsi un coin de table qui aurait pu s'avérer douloureux... L'automatique avait sauté jusqu'aux pieds du batteur de Black Out qui s'empressa de le ramasser. Le visage déformé par la colère il visa sans préambules le Joker, tirant comme un possédé au moindre froncement de sourcil. Le tueur devenu fugitif couru à toute vitesse, les balles sifflant à ses oreilles il slaloma entre les tables massacrées par les projectiles et bondit à travers une fenêtre. Il se réceptionna d'une habile roulade sur le pavé glacé de la rue. Le tonnerre illumina sa fuite mais le déluge intense le fit rapidement disparaître... Mais le plus important, ce que ne savait pas Balder et ses amis, était que le couteau trempé du sang de Stella était resté par terre.

Sörg se releva, le visage tuméfié et couvert d'hémoglobine. Il s'épongea vite fait avec sa manche. Du coin de l'oeil il vit Duncan remuer, ce type était vraiment extraordinaire ! Mais quelle drogue pouvait-il prendre pour ne pas être déjà mort ? Balder s'en voulu de penser une chose pareille, son ami était encore en vie, peut-être pour pas longtemps si l'ambulance ne se dépêchait pas mais c'était un miracle !

Le jeune homme se traîna jusqu'à Sversson, il s'agenouilla à côté de lui et s'aperçu que malgré la douleur il restait parfaitement lucide, pourtant ses tripes et ses intestins à vifs auraient laissés n'importe qui de normalement constitué sur le carreau... Mais Sörg commença à douter que Duncan fasse parti de la catégorie des types normalement constitués. Le guitariste meurtri se mit même à parler de sa voix grave et sombre, d'une manière assurée pour quelqu'un dans un pareil état :

« - Ne t'inquiète pas pour moi, j'ai connu pire que ça.

- Pire que ça ?! s'exclama Balder avant de reprendre plus posément : Tu te fous de moi ? Non vraiment je n'ais jamais vu un steak tartare aussi mal arrangé ! »

Sversson ricana, ce qui déclancha chez lui une quinte de toux douloureuse.

« - J'aime ta sollicitude...

- Ne compte pas sur moi pour te laisser crever ou te plaindre, quand je pense aux infirmières qui vont prendre soin de toi... »

Sörg était très inquiet, il se demandait aussi comment allait Stella. Deux de ses meilleurs amis étaient sur le fil du rasoir, il ne voulait pas que cela se termine comme ça, aussi abruptement. Même si il essayait de garder une façade positive il n'avait jamais était aussi soucieux et paniqué intérieurement... Heureusement le bruit de sirènes d'ambulance le rassurèrent un peu.

« - La cavalerie arrive mon frère... »
La porte de l'hôpital s'ouvrit en grand pour laisser passer les brancards des urgentistes. Ils n'avaient mit que cinq minutes pour traverser toute la ville, et heureusement. Stella fut la première à rentrer, son corps magnifique allongé dans des draps blancs déjà ensanglantés. Une lumière aveuglante pulsait dans le regard embrumé et fiévreux de l'ange, elle gémit, paralysée par la douleur. Au dessus d'elle une dizaine de médecin s'affairaient, elle se fixa sur Balder qui lui tenait la main. La civière passa une porte à doubles battants qui se referma d'elle-même, Sörg fut retenu par une infirmière qui lui signifia d'une voix calme mais ferme :

« - Désolé mais vous devez laisser les chirurgiens faire leur travail, vous pouvez attendre dans le hall, tous ce passera bien ne vous inquiétez pas. »

Le corps de Duncan passa devant lui, dans un autre brancard. Il resta un moment hébété, encore secoué par tout ce qui venait d'arriver. Il fit mécaniquement un pas pour rejoindre l'entrée, il n'avait pas le choix et de toute manière il valait vraiment mieux qu'il reste ici. L'infirmière l'invita d'un geste à la suivre.

« - Vous devriez me montrer un peu votre blessure, dit-elle en désignant le nez en piteux état de Balder.

- Heu... Oui. »

Il alla s'asseoir sur un siège dans le grand hall de l'hôpital. A peine eut-il posé ses fesses qu'on lui attrapa la nuque et qu'on l'embrassa passionnément. Lillya passa sa main sur le visage amoché de Balder, elle avait les larmes au bord des yeux.

« - Oh j'ai eu si peur ! Si peur que tout ça finisse mal pour toi aussi... Quelle sale soirée, serre moi dans tes bras je t'en prie... »

Sörg s'exécuta et étreignit la jeune fille paniquée contre lui. Pendant quelques secondes il fut transporté autre part que sur le monde physique de la douleur, du stress et de l'inquiétude, plongé dans les bras de son amour. Peu de temps après l'infirmière arriva. Elle fit le plus vite possible pour laisser les deux amants tranquilles. En moins de deux elle avait terminée de laver et soigner le nez meurtri, par chance il n'avait pas été cassé, Balder ne garderait pas un profil « boxeur » toute sa vie.

Il soupira et se reposa un peu contre Lillya, regardant d'un oeil morne le passage des médecins et des pompiers qui arrivait de temps à autre en urgence. En une nuit il avait vu plus d'atrocités qu'en une vie. Les images du corps déchiqueté de Duncan qui s'écroulait lentement au sol, le visage tordu par la douleur de Stella et le sourire sadique du mystérieux tueur. Qu'avait voulu cet homme ? Avait-il agit par pur soif de sang ? Non il paraissait trop coordonné pour ça... Alors quoi ? Balder secoua la tête, dans un sens il s'en moquait pas mal tant qu'il ne recroisait plus son chemin !

Il leva les yeux un instant, et fronça les sourcils. En face de lui se tenait droit comme un I un homme, il devait avoir la quarantaine environ, les cheveux grisonnants et courts, l'allure sévère et la carrure encore athlétique. Ses yeux noirs anthracite fixaient intensément Balder. Dans sa main droite il tenait une carte de police : Inspecteur Stone Jodan.

« - Monsieur Sörg ? Pourrais-je vous poser quelques questions ? »

Il cligna des yeux, l'apparition du policier était si soudaine qu'elle paraissait irréelle... Pourtant il était bien là et ne semblait pas vouloir disparaître de si tôt. Lillya s'écarta, les bras croisés, elle était contrariée par l'arrivée inopportune du flic.

« - J'imagine que oui... »

L'inspecteur Stone sortit une photo de sous son manteau et la montra à Balder.

« - Vous reconnaissez cet homme ?

- Oui c'est le taré qui a essayé de tuer tout le monde ici ! »

Jodan marqua une pose, l'air pensif, puis reprit :

- C'est le Joker, un tueur professionnel. Vous pouvez me dire ce qu'il faisait chez vous ?

- Heu... »

Sörg resta bête pendant un moment, pour lui la question qu'on venait de lui poser n'avait vraiment aucun sens car il n'en savait rien. Lillya fronça les sourcils et répondit à sa place d'un ton vindicatif :

« - On en sait rien ! Comment voulez-vous qu'on le sache ?! Vous croyez qu'il est venu boire un café et nous parler de son prochain meurtre ? Mais d'où vous sortez ?! »

Le policier recula d'un pas, surprit face à tant d'agressivité. Il avait sous-estimé l'état nerveux des victimes... Il bégaya quelques mots incompréhensibles mais se reprit rapidement en dardant son index vers le visage de la jeune fille, déclarant d'une voix froide mais polie :

« - Vous calmez vous, je ne fais que mon travail. Je comprends que vous soyez encore choquée par ce qui vient d'arriver mais ne passez pas vos nerfs sur moi, je n'y suis pour rien ! »

Lillya ne se dégonfla pas pour autant, les mains sur les hanches elle s'apprêta à répliquer d'un ton acerbe lorsque Balder intervint :

« - Ho ! On se calme ! Je crois qu'il y'a eut suffisamment de merdier pour ce soir ! Inspecteur, repassez me voir demain, j'en ai plein le cul de toute façon. »

Stone s'inclina, il savait qu'il n'arrivait à rien maintenant, ses témoins étaient encore trop marqués par les évènements, et il y'avait de quoi... Il tombait sur un gros poisson comme le Joker, un des hommes les plus dangereux de ce monde ! Il était presque étonnant qu'il y'est eut des survivants ! Il aurait fallut être plus qu'humain pour réussir à mettre hors jeu le mythique assassin d'élite...

Dépité de devoir remettre son affaire à demain l'inspecteur rumina un remerciement et s'éloigna vers la sortie. Sörg soupira une nouvelle fois, s'enfonçant sur son siège. Il se demanda combien de temps aller durer les interventions, il se doutait que vu l'état de ses amis il risquait de rester ici toute la nuit. Les heures passèrent, les deux amants restèrent l'un contre l'autre à attendre. Le monde autour d'eux ne les affectait plus, plongés dans les souvenirs douloureux de cette soirée maudite. Balder cru même tomber un court instant dans le pays des songes lorsqu'il aperçu un homme au chapeau à larges bords entrer par la porte principale de l'hôpital. Il sursauta, espérant chasser cette image cauchemardesque, mais rien ne se passa ! Le type était bel et bien réel !

Sörg secoua Lillya qui s'était endormie sur son épaule, elle émergea lentement, son fiancé l'attrapa par le poignet pour la lever et l'emmener loin d'ici. D'une voix encore pâteuse elle demanda :

« - Mais qu'est-ce qui se passe ? »

Balder répondit simplement :

- Il est revenu. »

Il bondit sur ses jambes, ayant la ferme intention de mettre le plus de distance possible entre lui le psychopathe qui venait d'entrer. Mais il ne pouvait pas laisser ses amis hospitalisés comme ça, car le tueur venait sûrement terminer son travail ! Le jeune homme attrapa au vol un médecin qui passait devant lui, lui glissant à l'oreille :

« - Appelez la police, vite ! Vous voyez le type là bas, c'est un fou dangereux, il a déjà essayé de me tuer ! »

Le docteur ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes, il s'apprêta à répondre quelque chose lorsqu'il vit le Joker sortir deux pistolets de sous son manteau sombre. Ce fut un cri de panique sans fin qui s'échappa de la gorge du praticien, finalement violement stoppé par une détonation ! L'homme reçu une balle en pleine poitrine et fut projeté en arrière, se cognant la tête contre le bureau des secrétaires derrière lui, mort sur le coup. Le tueur resta un instant figé dans son mouvement, son arme pointée vers sa victime, son chapeau cachant son regard malsain, il garda un instant cette posture de prédateur. Sörg replongé dans son cauchemar, prit ses jambes à son cou, entraînant Lillya avec lui, il se dirigea vers les urgences, passant à toute vitesse une lourde porte anti-feu comme poursuivit par le diable en personne ! Ce qui aurait peut-être était préférable... Les battants se refermèrent derrière lui, le sauvant de plusieurs projectiles mortels.

Bientôt l'hôpital entier fut en proie à la panique, le Joker avançait tel un automate, tirant sur tout ce qui bougeait, menaçant ou pas, aucune lueur de pitié dans son regard, il était froid et d'une efficacité redoutable. Ses armes crachaient la mort, sans aucuns remords. Une averse de balle fila vers les pauvres innocents, les têtes et les torses explosaient dans des bruits mats et des gerbes de sang, le fluide vermeil coula à flot sur les carreaux blancs immaculés de l'hôpital, le infirmières courraient dans l'hypothétique espoir de trouver un abris, sans succès car elles étaient fauchées en pleine course par le tueur mécanique. C'était un véritable massacre, un massacre sans âme, les corps s'amoncelaient, les vies humaines moissonnées comme de vulgaires fétus de paille. Aucun tir ne ratait sa cible, personne n'en réchappa, froidement exécuté. Les cris de terreur disparurent, puis les râles d'agonie s'envolèrent, pour laisser place au pas lent du Joker sur le dallage, ses bottes poussant négligemment l'amas de douilles encore fumantes à ses pieds. Il rechargea ses armes en une série de cliquetis métalliques, se dirigeant vers les urgences, un sourire incroyablement mauvais figé sur ses lèvres, comme si le meurtre lui apportait un immense plaisir, pour lui la chasse venait de commencer !

Balder courrait à en perdre haleine, traversant les couloirs devant les regards interloqués des patients et des médecins. Au loin on pouvait entendre une série de détonations sourdes, masquant progressivement les hurlements de panique du hall d'entrée. Elles se rapprochaient de plus en plus, à tout moment Sörg s'imaginait voir le tueur bondir devant lui pour le tuer, mettre fin à cette cavalcade insensée. Lillya le suivait sans rien dire, dépassée par les évènements. Balder savait que son ami Duncan était dans la chambre 202, à l'étage, tout comme Stella. Il voulait trouver un moyen de les faire sortir, mais comment ? Aucun des deux ne pourrait jamais tenir sur ses deux jambes !

Le gothique prit la direction de l'escalier, montant les marches quatre à quatre, si vite qu'il cru que son coeur allait exploser dans sa poitrine. Il finit presque son ascension en rampant, mais sa volonté de sauver ses amis était plus forte que tout, ainsi que son instinct de survie. Il manqua de se prendre un chariot au milieu du couloir, rentrant dans le chirurgien qui le poussait. Avant que le médecin ne conteste, Balder lui contesta de fuir aussi loin qui le pouvait, mais l'homme se contenta de le regarder avec appréhension.

Sörg fit quelques enjambées de plus et poussa la porte de la chambre 202, entrant à la volée dans la pièce. Sur le lit était couchée une infirmière à la nuque et au visage ensanglanté, comment le Joker avait-il pu lui passer devant ? C'était impossible ! Stella et Duncan n'étaient plus là ! Balder eut le tournis, mais quelle était cette folie ? Derrière lui il entendit Lillya sangloter, elle était encore plus désorientée que lui. Il referma la porte ne sachant plus du tout ou aller. Il entendit quelqu'un courir dans l'escalier, s'attendant à voir débouler le tueur professionnel il s'élança dans la pièce d'en face, la choisissant au hasard.

L'endroit avait tout l'air d'une chambre froide, des poches de sang et divers échantillons étaient stockées ici. Au sol gisait un médecin visiblement assommé. Sörg l'enjamba, devait-il se cacher ici ? C'était relativement exigu, mais il y'avait une grille d'aération tout au fond, voilà qui constituait peut-être son unique échappatoire ! Retrouvant un peu de calme il poussa une étagère contre la porte, histoire de ralentir un peu son poursuivant, il s'attaqua ensuite à la conduite.

Mais il eut beau taper, tirer et s'acharner dessus elle ne bougea pas d'un pouce ! Sans tournevis c'était purement impossible. Il se prit la tête à deux mains, au bord de la crise de nerf, lorsqu'une silhouette bondit sur sa gauche ! Il laissa échapper un cri de surprise et s'apprêta à envoyer un direct à cette ombre mystérieuse ! Mais il se figea en reconnaissant le visage de l'homme en face lui, éclairé par la lumière blafarde de la pièce. Il s'agissait de Duncan, et visiblement en parfaite santé ! Balder ouvrit béatement la bouche face à son ami souriant, Lillya hoqueta de surprise, hallucinaient-ils ? Sversson mit un doigt sur sa bouche en signe de silence et murmura :

« - Plus tard les questions. »

Le guitariste de Black Out donna un violent coup de poing qui défonça littéralement la grille d'aération, puis d'un geste agacé il arracha le bout de métal meurtri. Balder en resta d'autant plus coi, comment Duncan pouvait-il avoir une force pareille ? Avait-il un passé secret de champion de boxe professionnel ? Et puis sa récupération éclair ? Comment avait-il fait ? Et où était Stella ? Beaucoup de question pour trop peu de réponses. Mais il n'avait pas le temps pour ça, pour l'instant il devait fuir car il n'était pas de taille à affronter l'autre malade qui écumait l'hôpital à coup de pistolet. Sörg s'engouffra dans la conduite, suivit par Lillya puis Duncan. Il ne savait pas ou ça le mènerait exactement, il espérait à l'extérieur, ce qui était le plus probable. L'avancée fut longue et laborieuse, à ramper entre quatre murs d'acier, heureusement que personne n'était claustrophobe ! Le petit groupe essaya de limiter le bruit, ils ne savaient pas où était le Joker par rapport à eux, peut-être même qu'il était juste en dessous, rien qu'à cette pensée Balder frissonna.

Au bout de plusieurs minutes Sörg arriva face à une nouvelle grille d'aération, il n'osait respirer, de peur d'attirer l'attention de quelqu'un de l'autre côté. Il jeta un rapide coup d'oeil, il ne semblait pas avoir un seul mouvement. Le jeune homme se jeta contre la plaque avec fracas, tombant d'un mètre de haut sur le carrelage, mais il se rattrapa assez souplement. Il aida ensuite Lillya à descendre, Duncan s'extirpant de la conduite sans aucuns problèmes. Le groupe semblait être arrivé dans un bureau, peut-être celui du directeur de l'hôpital. Un cadavre gisait par terre dans une marre de sang, un silence de mort planait dans l'air. Sversson prit la tête de l'équipe, il ouvrit doucement la porte de sortie et passa dans le couloir avec prudence.

Les bottes noires de Duncan crissaient légèrement sur le sol blanc immaculé, cela en devenait presque stressant. Un courant d'air glacial balaya le visage du mystérieux homme, il tourna soudainement la tête sur la droite, apercevant le Joker à une vingtaine de mettre de lui, à l'autre bout du couloir. Le tueur leva ses deux pistolets automatiques, un sourire horrible gravé sur ses lèvres de sadique. Sversson écarquilla les yeux de surprise et se redressa d'un bond, son estomac se noua lorsque qu'une grêle de balle s'abattit sur lui ! Prononçant des paroles de pouvoir il incanta rapidement d'une voix grave :

« - LERNUS ASH DO HYDRA ! »

Le temps sembla ralentir d'une manière effroyable, sa main gauche se leva lentement mais pourtant à une vitesse incroyable, alors que la mort fondait sur lui du mana sombre se détacha soudainement de ses doigts tendus en claquant dans l'air, en une fraction de seconde il s'était solidifié devant Duncan, prenant la forme d'un bouclier flottant formé d'os magiques. Les projectiles technologiques s'écrasèrent lamentablement contre le pavois d'ossement. Balder était resté dans le bureau, bouche bée, son meilleur ami était un sorcier, et visiblement pas un novice...

Le Joker grimaça face à son échec, mais évidemment l'idée de baisser les bras ne lui effleura même pas l'esprit. Sversson s'avança lentement, maintenant sa protection tant qu'il pu. Les balles de l'assassin n'arrivant toujours pas à percer l'enchantement il commença à incanter un autre sort. Le fou au chapeau jeta ses pistolets par terre et dégaina un couteau de combat militaire long d'une cinquantaine de centimètre, il le passa dans sa main droite et se jeta à l'assaut sans un bruit, semblant flotter au dessus du sol tant il se déplaçait avec une souplesse époustouflante. Duncan fit disparaître son bouclier dans une volume de fumée et balança le sortilège qu'il venait de terminer : Une longue lance d'énergie pure fila depuis ses bras tendus. Crépitante d'énergie elle aurait empalée le Joker si celui-ci ne s'était pas jeté par terre avec ses réflexes hors du commun ! Le tueur se releva la seconde d'après pour porter une estocade vicieuse au ventre de Sversson, qui marqua un pas d'esquive parfait. Les coups de couteau s'enchaînèrent, tous plus rapides les uns que les autres, Duncan ne pouvait que reculer face à un adversaire aussi acharné !

Balder ne pouvait pas rester comme ça, les bras ballants, alors que son ami menaçait de se faire écharper par un psychopathe ! Il passa dans le dos du Joker, puis fonça vers les pistolets de l'assassin qui gisaient sur le sol sous le regard inquiet et terrifié de Lillya. Alors que le guitariste de Black Out venait de recevoir une estafilade à la poitrine, Sörg brandit une de ses armes vers le Joker. Sa main tremblait, il n'osait pas tirer, ce n'était pas expert, il avait peur de toucher son ami dans la confusion, ce qui mettrait sûrement fin au combat, mais pas comme il le fallait. De plus il n'était pas un tueur, même si il avait toutes les raisons de descendre le maudit qui lui tournait le dos... Des gouttes de sueur se mirent à perler le long de ses tempes, mais il n'arriva pas à presser la détente.

L'assassin évita un coup de poing de Duncan, ripostant d'un arc de cercle d'acier meurtrier. La chair de Sversson s'ouvrit sous le fil acéré et mortellement précis du couteau, une gerbe de sang gicla depuis l'abdomen du pauvre jeune homme qui tituba en arrière, pour ne pas totalement perdre son équilibre il dû se rattraper à l'un des murs du couloir, offrant une nouvelle ouverture au Joker. Mais doué d'une résistance physique hors du commun, Duncan se redressa au dernier instant pour accueillir le tueur avec une droite mémorable. Un claquement d'os à faire frémir retentit dans les oreilles de Balder. L'assassin chuta sur le dos, la mâchoire sûrement brisée. Sörg baissa son arme en voyant son ami reprendre la situation en main.

Feignant d'être assommé, le Joker balaya soudainement Sversson et se releva dans un même mouvement. Duncan à terre, le fiancé de Lillya leva son pistolet et tira sans avoir le temps de viser. La puissante détonation éclata dans le couloir, l'air se fendit et une balle de calibre 45 fila droit se ficher dans un mur. Le tueur tourna la tête et jeta un regard empreint de mépris à « l'arroseur ». D'un geste dextre il dégaina un revolver caché sous son manteau et le pointa vers Balder, pétrifié par la mort. Un violent coup de poing frappa le Joker dans le dos, une grimace de haine était figée sur le visage de Duncan, lui aussi ne voulait pas abandonner comme ça ! Le choc fit tomber l'arme des doigts du tueur qui fit volte face avec son couteau, si vite que Sversson n'eut pas le temps de le voir, et ne pu faire autrement que de se faire empaler sur la lame glaciale de l'assassin. Il tenta de dire quelque chose mais ses lèvres remuèrent sans laisser un mot s'échapper...

Un Ange passe...

Et Duncan repousse le Joker avec une force inhumaine, il le frappe du droit, puis du gauche. Enchaîne avec un direct dans les côtes, puis il lui fracasse le plexus, lui coupant le souffle, ensuite le tueur reçoit un coup de coude si violent que son nez se tord, du sang éclabousse le visage de Sversson. Le « guitariste » termine son oeuvre avec un uppercut d'une puissance purement et simplement inhumaine, le Joker décolle du sol complètement sonné, son corps se cambre en arrière dans les airs, il flotte au fond d'un océan froid comme la mort : celui de l'inconscience douloureuse. Chacun de ses os semblent se briser, ses nerfs le brûle, ses muscles se raidissent, la chute est rude. Il tombe lourdement sur le sol blanc, l'impact finit de l'achever, même son chapeau se détache de sa tête pour aller rouler à un mètre de là. Duncan retire le couteau de son ventre en expirant difficilement, Balder est une nouvelle fois bouche bée.

« - Qu... Qu'est-ce que tu es ? »

L'inconnu en noir esquissa un sourire faiblard mais suffisant pour révéler une rangée de dents bien blanches, dont les canines étaient bien plus proéminentes que la moyenne. La plupart des gens croyaient que tout les mort-vivants avaient disparus avec la disparition des démons de la surface de Sanctuary, tout comme les anges. En vérité certains clans de vampire autrefois fidèles à Diablo l'ont abandonné et laissé chuter face aux héros mythiques d'il y'a des siècles. Aujourd'hui on peut estimer la population de suceur de sang à une vingtaine tout au plus.

« - Je... »

Duncan inspira profondément, puis cracha un peu de sang par terre.

« - Un vampire... »

Lillya laissa échapper un petit cri, comme si cette révélation lui avait glacée le sang. En un sens il y'avait de quoi, car cette race nocturne n'avait pas vraiment une bonne réputation, si ce n'était plutôt une exécrable réputation. Balder comprit pourquoi son ami se planquait toujours dans son studio toute la journée, prétextant toujours répéter comme un acharné pour ses concerts. Stella était-elle au courant ? Et d'ailleurs ou était-elle passée ? Sversson enjamba le corps du Joker, s'appuyant le long des murs du couloir. Lillya sortie de son bureau pour l'aider à marcher un peu, il lui fit signe que ce n'était pas nécessaire.

« - Non... D'ici trente minutes il n'y aura plus rien... J'ai bu du sang, une infirmière et la chambre froide...

- Tu as buté une infirmière ?! s'exclama Balder avec horreur.

Duncan tendit une main ensanglantée en avant, faisant un geste apaisant.

- Non... Je lui en ais juste pris un peu, pas assez pour la tuer... Elle aura juste un petit coup de barre... »

Sörg eut un étrange sourire, dire qu'il avait ignoré ce secret pendant des années... En un sens il comprenait la réserve de Sversson, en effet ce n'était pas facile à partager, c'était même très difficile, surtout après la seconde guerre de Sanctuary : Etre un mort-vivant c'était risquer une chasse au sorcière. D'un autre côté cela pouvait aussi être interprété comme un manque de confiance... Mais après tout, il ne lui avait jamais demandé. Balder secoua légèrement la tête, tant de tergiversations alors qu'il venait d'échapper de peu à la mort grâce à son ami ! Cela ne valait-il pas toute la confiance du monde ? Se reprenant il demanda d'un ton curieux :

« - Et enfin, où est Stella ?

- A l'Eglise de Saint-Agnès, répondit Duncan sans hésiter une seconde.

- Malgré sa blessure ? interrogea Lillya de sa voix douce.

- Il y'a quelque chose d'autre que vous ignorez et que vous devez savoir...

Sversson marqua une légère pose, son auditoire pendu à ses lèvres.

- Stella n'est pas humaine, c'est une ange et elle à plusieurs millénaires d'existence, ainsi que des pouvoirs largement capables de surpasser une blessure non magique, elle est immortelle, et le seul moyen de la tuer serait d'utiliser une arme ensorcelée... »

Cette fois-ci Sörg et sa fiancée faillirent tomber le cul par terre. Voilà qu'ils traînaient depuis des années avec un vampire guitariste et une ange chanteuse doués de capacités hors du commun ! Balder cligna plusieurs fois des paupières, comme si il espérait sortir d'un étrange rêve. Sans aucun succès bien évidemment... Il mit un moment avec de dire autre chose, restant estomaqué par toutes ces surprises qui venaient de lui tomber sur le coin de la gueule sans prévenir, et cela ne le laissait pas indemne. Finalement il tressaillit et tendit un doigt tremblant vers Duncan, comme si il venait de voir le diable en personne. Le vampire fronça les sourcils et fit volte-face.

Pour voir que le Joker avait disparu durant leur conversation ! Le tueur avait visiblement des ressources incroyables !

« - Ca c'est un problème... marmonna Sversson.

- Un gros problème car il cherche visiblement Stella, sinon il se serait fait un plaisir de nous prendre par surprise, ajouta Balder encore mal remit des évènements.

- Et il sait où elle est, à l'église, termina d'une voix sombre Lillya. »
Il avait fait le mort, écoutant d'une oreille attentive chaque mot prononcé pendant la discussion entre ses adversaires. Alors comme ça il avait fait face à un vampire ? Pas étonnant que le combat se soit soldé par la défaite ! Mais le Joker avait déjà quelques idées pour en venir à bout le moment voulu, les morts-vivants avaient leurs forces mais surtout leurs faiblesses. Sans faire un bruit il s'était discrètement relevé, profitant de l'inattention générale il prit juste le temps de récupérer son chapeau et s'envola. Comme un second manteau les ombres s'accrochèrent à lui, et dès qu'il eut fait deux enjambées dans la direction opposée de Balder il eut complètement disparu. Avec une grâce inhumaine il rendait chacun de ses pas totalement inaudibles, on ne voyait plus qu'une légère ondulation dans les ténèbres. Evidemment il n'était pas idiot, il ne comptait pas sortir par la grande porte, mais plutôt s'échapper par le toit. En moins d'une minute il fut en train de grimper quatre à quatre les escaliers, sans un bruit. Déjà au loin il attendait hurler une multitude de sirène de police, son massacre ne devait pas vraiment être passé inaperçu... Mais comme d'habitude la cavalerie arrivait bien après les évènements. Le Joker arriva à son but, passant une porte pour enfin débouler sur le toit. Il était à la taille de l'hôpital, c'est-à-dire immense. Des grilles de ventilation laissaient échapper de légères fumeroles, crées par la différence de température interne-externe. En effet un froid glacial régnait sur Harrogath, comme souvent. Le tueur s'approcha du bord, posant un pied sur le parapet. En bas c'était une bonne quinzaine de voitures de police qui étaient garées, leurs gyrophares rouges donnant une drôle de couleur à la nuit. Les flics se précipitaient dans le bâtiment, armés jusqu'aux dents, il s'agissait visiblement des Forces Spéciales. A l'arrière des mages semblaient les couvrir avec des sorts de protection, tout ce petit monde était parfaitement organisé.

Le Joker eut un étrange sourire, contemplant cette mobilisation avec un grand détachement. Finalement il s'éloigna, ne préférant pas trop traîner dans le secteur, cela n'aurait pas été très sage. Longeant le bord il chercha un endroit par lequel il pourrait passer, son regard exercé repéra rapidement une série de conduites qui grimpaient le long du mur nord, à l'opposé des policiers. Pour un humain normalement constitué cela aurait relevé purement et simplement du suicide... Mais pour le Joker... Enfonçant son chapeau sur son crâne, il enjamba le parapet sans hésiter, ses bottes se calèrent de chaque côté du tuyau, puis il s'arc bouta pour poser ses mains, avec une souplesse et une agilité hors du commun il commença à descendre lentement mais sûrement la façade. Alors que les forces de l'ordre s'agitaient dans l'hôpital, le meurtrier s'échappait tranquillement, sans faire de vague...

Mais lorsque l'assassin eut mit un pied à terre il entendit des bruits de pas précipités dans sa direction, visiblement on avait tout de même chargé quelques hommes de faire le tour du bâtiment. Le Joker jeta un rapide coup d'oeil autour de lui, il était dans un parking, sûrement celui réservé au personnel de l'hôpital. Son couteau en main il se glissa discrètement sous une voiture. Les bruits se rapprochèrent, les faisceaux de plusieurs lampes torches illuminèrent le sol. Une série de rangers s'arrêtèrent au niveau du Joker, une voix intriguée déclara :

« - C'est fou j'aurais juré avoir vu une ombre bouger le long du mur...

- Lieutenant cela doit être votre imagination qui vous joue des tours ! rétorqua une voix autoritaire.

- Capitaine on dit que c'est un fantôme ce type ! Alors... »

Le tueur eut un sourire amusé, il avait véritablement une réputation qui faisait frémir la plupart des gens de ce monde. Les types finirent enfin par s'éloigner, le Joker n'attendit pas plus d'une minute avant de déserter à son tour. Il aurait pu voler une voiture mais cela n'aurait fait qu'attirer l'attention. De toute manière l'église St-Agnès n'était pas si loin, même à pied. Etant un technologiste convaincu le Joker refusait tout usage de la magie, alors il se mit à courir, heureusement qu'il avait l'habitude de faire ça... Une pluie drue se mit à tomber sur Harrogath, s'ajoutant au froid déjà pénétrant. Même avec toute sa grâce le tueur n'arrivait pas à étouffer complètement sa course dans les flaques d'eau toujours plus nombreuses. Son manteau luisant sous la pluie, fondu dans les ténèbres, on aurait cru voir un homme entièrement liquide. De toute manière à cette heure de la nuit il n'y avait plus un chat pour le regarder ! Il savait que chaque seconde étaient comptée, plus il attendait plus il y'avait de risque pour que son ange s'envole ou que ses amis la rejoigne, heureusement la police ne laisserait pas le vampire et ses camarade partir tout de suite, avec autant de cadavres... Mais les forces de l'ordre n'étaient pas stupides, elles se rendraient tout de même compte que ce n'était pas eux les responsables, et il était même probable que les flics débarquent à l'église à leur tour. Le Joker accéléra son allure, ne glissant même pas sur le pavage humide. Un vent de face plus fort se leva, la pluie arrivait maintenant violemment sur le visage du tueur, qui dû plisser les yeux pour ne pas être totalement aveuglé, il faisait vraiment un temps minable ! Un éclair fendit le ciel, illuminant la ruelle un court instant. La seconde d'après un puissant grondement assourdit les oreilles du Joker, qui se trouvait devant deux portes colossales. La cathédrale Sainte Agnès. Ses formes gothiques s'effilaient jusqu'à crever le ciel sans lune. La pluie battait sur son toit à l'ardoise majestueuse, le parvis de marbre dégoulinait d'eau. L'homme pécheur fit un pas sur la première marche, un nouveau coup de tonnerre éclaira la façade décorée de gargouilles effrayantes, dans des postures menaçantes ou suppliantes. On dit qu'il y'a mille ans c'est ici que les démons ont pour la première fois envahis le monde, mais le Joker se moquait pas mal des légendes. Il fit un pas de plus, croisant le regard d'un ange de pierre, qui le dominait au dessus de sa rosace sombre. La porte de l'église était toujours ouverte, le tueur entra dans la résidence de la Grâce Suprême. Le silence qui y régnait était oppressant, c'était à peine si on entendait la pluie battante de l'extérieur. Des rangées de bancs parcouraient l'immensité de la cathédrale, tout au bout de la nef, l'autel. Des gravures et des statues d'une richesse de détails époustouflants décoraient les murs et les voûtes. Il ne semblait y'avoir personne, pas même un prêtre, ce qui était pour le moins étonnant. En fait si, il y'avait quelqu'un...

L'individu était assit face à l'autel, portant un manteau à capuche. Il ne bougeait pas d'un millimètre, semblait figé dans cette ambiance mystique. Le Joker traversa l'allée principale, d'un pas léger, son couteau toujours en main. Une série de cierges brûlaient lentement au pied de l'autel divin. Une étrange sensation de calme submergea le tueur, si bien qu'il s'arrêta un court instant, comme si il hésitait. Stupide c'était juste parce que c'était la première fois qu'il tuait dans une église, question d'habitude. Se ressaisissant il reprit sa marche, mais à ce moment là la personne se leva tranquillement, elle ne semblait même pas l'avoir remarqué. Elle posa une main sur l'autel, une main aux ongles vernis de noir... Son poignet portait les cicatrices de plusieurs coupures. L'Ange Rasoir se retourna, relevant sa capuche.

Le Joker se tenait droit face à elle, l'eau ruisselant lentement sur les pans de son manteau sombre et de son chapeau. L'immobilité lui donnait un air encore plus inquiétant, seuls les reflets de lumière sur sa lame d'acier lui donnait une étincelle de vie. Le chasseur et la proie se fixèrent ainsi pendant d'interminables secondes. Stella brisa soudainement le silence d'une voix lasse :

« - Tu viens me tuer ? Je sens une tension, aurais-tu peur ? »

Le Joker ne répondit pas, comme souvent il restait parfaitement muet. L'ange eut un sourire, puis continua sur le même rythme :

« - Inutile de te préparer à te défendre, je ne me battrais pas contre toi. Sais-tu pourquoi ? »

Toujours le même mutisme, mais l'expression du tueur changea imperceptiblement, son regard se fit un peu moins dur, plus détendu, mais nul doute que cela ne le rendait pas moins dangereux. La voix de l'immortelle se fit plus forte.

« - Je t'ais vu, je t'ais vu dans mes rêves, ce n'est pas toi qui me tuera, indirectement tu m'aidera. »

Cette fois-ci le Joker sembla agacé, de toute façon il ne devait pas trop traîner ici, la police risquait de débarquer à tout moment ! Serrant son arme il fit un pas en avant, restant plongé dans les yeux bleus de Stella. La femme resta de marbre, ce fut sans sourciller qu'elle lança au tueur :

« - Tu ne me tuera pas.

- Tout le monde peut se tromper. »

La déclaration grave et sombre, teintée de cynisme, du Joker tomba comme un couperet. La seconde d'après et il avait planté son couteau dans l'abdomen de l'ange. Elle ne bougea pas d'un pouce. Sortant son arme de sa gaine de chair il frappa de nouveau, au niveau du sein gauche, l'acier se fraya un passage douloureux jusqu'au coeur. La peau se déchira sans opposer de résistance, du sang vermeil se mit à couler à flot de la plaie, cette fois-ci Stella hoqueta, un large filet rouge se mit à perler à la commissure de ses lèvres. Déstabilisée elle tomba contre l'autel. Etourdie elle manqua de s'allonger sur le marbre. Le Joker frappa de nouveau avec son arme, au niveau du plexus. Les beaux yeux de l'ange se voilèrent complètement, son esprit était écrasé par la souffrance physique, elle s'étala mais fut rattrapée par le tueur. Il sortit un flacon de verre de sous son manteau, le remplissant depuis les nombreuses blessures de l'agonisante. La scène irréaliste de supplice pour la victime sembla atteindre une horrible intensité, l'assassin rangea sa fiole et posa son couteau sur la gorge de l'ange rasoir. Jetant un ultime regard aux si belles courbes de l'immortelle déchue, il lui trancha la carotide d'un geste dextre. Une gerbe de sang gicla dans les airs alors que la victime eut un dernier sursaut avant de s'éteindre. Le fluide vital s'écoulait comme un fleuve depuis le corps meurtri de Stella, devenue une poupée inanimée.

Il avait terminé son travail, maintenant il valait mieux partir. Le Joker nettoya son arme, puis la rangea dans l'étui contre sa cuisse. Il tourna les talons et s'apprêta à partir, mais à cet instant précis tout alla de travers. En face de lui une dizaine de membre des Forces Spéciales venaient de se faufiler par la porte principale. Le cerveau du tueur réagit au quart de tour, ses nerfs contractèrent ses muscles, et la seconde d'après il bondit derrière les bancs de l'église. Ca s'était passé si vite que les militaires perdirent de vue leur cible insaisissable. Couché au sol le Joker passa ses mains dans le dos, puis dégaina deux énormes revolvers chromés avec une grâce mortelle, se remit sur les genoux, et pointa ses armes vers ses ennemis.

Un ange passe...

Un policier écarquille les yeux...

Sa tête explose en milles morceaux sanglants !

Les rafales de balles se mettent soudainement à pleuvoir, fracassant le bois et la pierre, sifflant dans les airs, chacune toutes plus dangereuses les unes que les autres. L'assassin roule sur le côté, les éclats et les échardes volent dans les airs, il exécute un tir incroyable sous les bancs, fauchant un pied qui éclate en horribles gerbes de sang, l'homme s'écroule face contre terre, ses hurlements sont couverts par l'averse meurtrière. Les militaires se dispersent, le Joker entend leurs rangers claquer sur le sol, en même temps ils rechargent en une série de cliquetis métalliques. Le tueur se lève à son tour, son manteau claque dans son mouvement, il courre vers l'autel ou gît le cadavre de Stella, prend de l'élan, son pied se pose sur le rebord de marbre et avec une détente incroyable il bondit dans les airs. Il se retourne dans son saut, ses revolvers pointés vers l'entrée, le temps semble se figer. Il voix les policiers s'écarter, comme au ralenti, un homme essaye de le prendre pour cible, un autre hurle des ordres, tous sont surpris. Les yeux du Joker s'étrécissent, son coeur bat une fois et il appui sur la détente. Le tir est juste, parfait. Une douille s'envole, la balle file et va se ficher dans le crâne de l'un des soldats, il meurt son visage éparpillé comme un puzzle. Le type s'écroule mollement, ses camarades horrifiés lèvent leurs fusils d'assaut, cela semble durer une éternité...

Une seconde de plus...

Le temps paraît reprendre son court...

Une chaotique symphonie de destruction s'abat sur les militaires, les magnums du Joker crachent un véritable déluge de projectiles meurtriers alors qu'il chute toujours plus vite. Les flammes de ses revolvers illuminent son visage sombre et froid, son manteau l'enveloppe comme un linceul de ténèbres, il se tourne d'un quart pour tomber sur son épaule, tend son bras et tire une dernière balle qui va déchirer le torse d'un policier en pleine course. Plusieurs hommes mortellement touchés s'effondrent sur le dallage de marbre, leur visage crispé par la douleur des blessures saignantes, d'autres agonisent, glacés par la mort qui leur tend les bras. Les fusils automatiques des soldats vomissent une véritable averse vengeresse, le bruit des détonations est assourdissant, la résonance de l'église rend la riposte encore plus terrible. Mais le Joker est déjà tombé sur le sol, il roule pour amortir sa chute mais elle reste violente, heureusement l'autel lui offre un couvert relatif. Même au milieu de cacophonie guerrière le tueur entend le craquement que fait son bras, et sent les os de son coude se déboîter. Pour une fois il grimace, ça fait drôlement mal ! Obligé de lâcher une arme il reste allongé, si il lève la tête il est sûr de se la faire arracher par les survivants...

Le feu cesse pendant un instant, il n'y a plus que les douilles fumantes qui tintent sur la pierre, à côté des cadavres ensanglantés. Le Joker repère une porte derrière lui, sur sa droite, au fond de la nef, sûrement un accès réservé pour les prêtres. Il rampe comme un serpent malgré son bras endolori, mais il n'aime pas tourner le dos à ses ennemis. Il y'est presque, l'échappatoire est à quelques mètres, il ne compte pas mourir ici, lui, l'homme le plus craint de Sanctuary. Il se lève sur un genou et dans un même mouvement ouvre la porte et saute de l'autre côté, des balles viennent s'écraser à l'endroit où il se trouvait quelques secondes auparavant. Sur ses deux jambes il barricade l'accès en faisant tomber une armoire au milieu du passage... Cela ne lui laissera qu'une minute de marge, au grand maximum.

Le tueur s'appuya contre un mur, soufflant un peu. Il jeta un coup d'oeil à son bras, il pendait mollement, ce n'était vraiment pas très beau à voir. Ricanant tout seul dans le noir il rangea son arme et passa main valide sous son manteau, avec son sourire mauvais habituel il sortit un explosif compact de son « sac à malices » bien dangereux... Du pouce il arma et configura le détonateur, paramétrant l'explosion sur trente secondes à peine, puis d'un geste désinvolte il le plaça dans l'armoire qui bloquait la porte. Déjà il entendait les voix rauques des policiers, ils feraient mieux de courir loin ceux-là... Le Joker ne perdit pas plus de temps et traversa la petite pièce en quelques enjambées à peine, pour franchir une arche de pierre et descendre un escalier sombre et particulièrement glissant, son agilité lui évita sûrement plusieurs chutes mortelles. Il espérait bien trouver une nouvelle issue, sinon il risquait de mettre fin à sa glorieuse carrière d'assassin.

Heureusement pour le lui le Joker avait pas mal de points communs avec les chats... Certes il n'avait pas neuf vies, enfin peut-être pas autant, mais en tout cas, il retombait toujours sur ses pattes.

Il déboula dans ce qui ressemblait à une sorte de crypte, des statues de vierges courbées face à la Grâce Suprême ornaient les murs de droite et de gauche, l'unique éclairage était l'orage, ses éclairs violents illuminaient la pièce par une grille en fer forgé qui donnait sur l'extérieur. Une chaîne cadenassée la maintenait close. L'assassin dégaina son revolver, mentalement il avait compté qui lui restait dix secondes. Il enleva la sécurité et visa au jugé, mais pourtant avec une précision chirurgicale... La flamme de l'arme donna écho au tonnerre, et le verrou sauta avec un bruit de métal brisé. Le Joker ouvrit le portail d'un fantastique coup de pieds et prit la clé des champs, courant à perdre haleine à travers un cimetière.

Si un sniper de la police s'était placé à la sortie ça aurait été mal barré pour lui, car il y'avait vraiment peu de couvert.

La détonation de l'explosion lui vrilla les oreilles, le souffle manqua de le déstabiliser tant il fut puissant ! Il jeta un petit coup d'oeil par-dessus son épaule : Des flammes brûlaient hautes dans le ciel malgré la pluie, des morceaux de pierre et de bois retombaient sur plusieurs mètres à la ronde, comme autant de braises dans le ciel noir. La destruction était presque totale, le tueur n'eut pas de pensée pour les morts qu'il avait causé, il n'avait vraiment pas le temps pour ça. Il avait le sang c'était le principal. La pluie tombait toujours aussi drue, et lui il s'éloignait tranquillement, son bras meurtri se balançant d'avant en arrière.

_______________


L'inspecteur Jodan Stone fixait les ruines fumantes de l'église sainte Agnès. Dire qu'il s'agissait des méfaits d'un seul et unique homme. Tant de morts pour au final rien du tout, il s'était enfuit, emportant avec lui la vie de seize de ses agents. D'après le récit des jeunes survivants trouvés à l'hôpital central d'Harrogath le tueur était venu chercher le sang d'une de leur amie, qui s'était réfugiée dans la maison de la Grâce, maintenant en cendre. Cette affaire menait la vie dure au cerveau du policier, qui était à la limite de la crise de nerf aiguë.

Un autre fait le perturbait d'autant plus, c'était la guérison miraculeuse d'un homme du nom de Sversson Duncan, qu'il avait vu dans la liste des blessés graves dans l'affaire du massacre du Blakkäärd... Certes la médecine avait progressée mais à moins de recourir à autre chose que de la magie c'était impossible de récupérer aussi vite, et aucun sorcier n'acceptait d'exercer dans un centre hospitalier, généralement symbole de la technologie grandissante. De ce fait l'inspecteur le gardait particulièrement à l'oeil... Même si pour l'instant le mystérieux type semblait complètement paumé, errant autour des restes de l'église, venant de perdre sa petite amie, sûrement carbonisée dans l'explosion voir aussi préalablement tuée par le Joker.

Perdu dans ses pensées l'inspecteur ne remarqua pas tout de suite l'agitation grandissante autour de lui, mais lorsqu'il réalisa ce qu'il se passait, il ouvrit grand la bouche, laissant tomber sa cigarette sur le sol humide, la fraise crépitante s'éteignit presque immédiatement. Les yeux grands ouverts il cru halluciner, la fatigue devait lui jouer de vilains tours. En face de lui une femme parfaitement nue sortait des ruines de Sainte Agnès, par la porte du grand parvis. Elle était magnifique, mais si son corps portait la marque de nombreuses cicatrices passées, elle ressemblait à une ange malgré son air sombre. Mais le plus étonnant était que d'après la description qu'on avait faire à Stone, il s'agissait de la dite victime du Joker, théoriquement vaporisée dans l'explosion...

Cette scène n'avait plus rien de logique pour le policier.

Duncan s'était jeté à la rencontre de la jeune femme, lui passant son manteau noir sur le dos. Il l'étreignit contre lui pendant de longues secondes, son visage à quelques centimètres de celui de Stella. Même l'inspecteur n'osa les déranger, alors qu'il brûlait d'impatience d'éclaircir cette situation complètement délirante ! La nuit promettait d'être longue, une nouvelle fois...
Il devait être près de quatre heure du matin, mais personne ne dormait, personne n'avait l'envie ni le temps pour ça. Balder se doutait que demain il n'irait pas travailler de toute façon, cette histoire folle semblait l'emmener bien loin du quotidien. Là il était assis dans le bureau de l'inspecteur général Stone, le type qui l'avait déjà questionné à l'hôpital. Il y'avait aussi son assistant, le lieutenant Frederic Saster. Les deux policiers formaient un contraste étonnant, l'un étant grand et bien bâti, l'autre plutôt petit et maigre. Lillya était à côté de Sörg, assise elle aussi. Derrière les deux amants se trouvaient Duncan et Stella, qui avait de nouveaux habits, debout. Une lumière blafarde tentait difficilement d'illuminer la pièce, son grésillement incessant paraissait agacer tout le monde. L'inspecteur avait les bras croisés, des cernes de fatigue noircissaient son regard déjà pas très avenant. D'une voix lasse il annonça :

« - Alors on va résumer un peu tout ça, parce que j'avoue que je me perd un peu dans votre histoire si... particulière. »

Il marqua une pose, se pinçant l'arrête du nez, puis reprit sur le même ton :

« - Donc vous là, Stella Kadaran êtes une ange c'est ça ? Une ange déchue parce qu'il y'a un peu plus de deux milles ans vous avez « désertée » l'armée du paradis après la mort de votre frère et de tout vos compagnons d'arme... Vous dites avoir des difficultés à vous souvenir de cette période là parce que le traumatisme que vous avez endurée était trop fort. »

Stone s'arrêta et pointa son index vers Duncan :

« - Et vous vous êtes... ? Un autre ange ? Superman ? Vous êtes quoi au juste ?

- Je suis... un autre ange déchu aussi...

- Un autre ange déchu ? Ca en fait beaucoup dans le même quartier ! s'exclama le policier visiblement sceptique.

- Mais soit, imaginons. Et si j'ai bien compris la suite de votre histoire, le Joker vous poursuivait parce qu'il voulait le sang de votre amie, qu'il aurait d'ailleurs réussit à prendre, et qui pourrait servir à l'invocation des démons sur Sanctuary ? »

Les interrogés hochèrent la tête en même temps.

« - Et comment vous savez ça ? Vous êtes tous de grands magiciens ?

Ce fut l'Ange rasoir qui répondit :

« - Je l'ai vu, dans une vision. Comme j'ai vu tout ce qui vient de se passer aujourd'hui et que je savais que cela ne servait à rien que je fuis car le Joker nous aidera dans notre quête.

- Une vision ? Une quête ...? »

L'inspecteur baissa la tête un instant, partagé entre deux avis : avait-il en face de lui des grands mythomanes ou y'avait-il une once de vérité la dedans ? Les deux guérisons miraculeuses tendaient vers la théorie de vrais anges mais Jodan Stone avait du mal à avaler ça. Il revint dans la conversation, lançant d'un air dépassé :

« - Bon d'accord admettons ! C'est vrai qu'il y'a une coïncidence étrange qui corrobore avec votre histoire, c'est que l'on a volé un bouquin de mage : Le Diablonomicon. Je ne croyais pas à ce genre de trucs de sorcier, mais visiblement il y'a des fous qui semblent totalement convaincus... Mais même si j'imagine que tout ça est vrai, je ne sais même pas par ou commencer ! Par où partir avant... « L'apocalypse »... »

La phrase aurait fait rire pas mal de technologiste si l'heure n'avait pas été aussi grave, en effet on parlait du retour de la Terreur : Diablo. Si jamais cela se produisait l'humanité entrerait sûrement dans une guerre meurtrière, et il n'y aurait plus d'anges pour venir les sauver ! Dans ce genre de situation il fallait appeler le préfet, qui appellera le ministre, qui mettra au courant le président qui pourra dire à tout le monde de rester calme et d'attendre. Stella brisa le silence de sa voix si douce et pourtant si forte :

« - Moi je sais ou aller, je l'ais vu. Je connais le chemin à prendre pour les retrouver, je dois refermer le portail qui sera ouvert entre Sanctuary et l'Enfer, c'est ce que j'ai vu, personne ne pourra empêcher mon destin ni le changer. »

Stone se prit la tête entre les mains, il n'avait jamais cru à la voyance, même lorsqu'il s'agissait de magie pure il restait très sceptique. Avec un ton énervé il riposta :

« - Oui mais vos visions... Vos visions là c'est... Ce n'est pas de la science, il n'y a rien d'exact là dedans ! Vous pouvez... Enfin...

- Délirer ? coupa brutalement Stella.

- Oui voilà, mais ne le prenez pas mal.

- Je ne le prends pas mal, mais quoique vous faites ça finira comme je l'ais vu, car le cour du destin ne peut pas être changé aussi facilement. Qu'allez vous faire ? Enquêter pendant des semaines et prendre le risque de ne rien trouver, ou prendre l'unique piste que vous avez ? »

L'inspecteur resta silencieux un moment, conscient qu'il n'avait pas vraiment le choix... L'histoire paraissait folle et grossière, mais des évènements délirants s'enchaînaient ! Qui plus est le Joker était de la partie, et ce type là ne se déplaçait pas pour rien. Il n'avait rien à perdre à tenter de suivre le chemin que lui indiquerait « l'ange ». Stone, contrarié, concéda :

« - Bon d'accord, vous n'avez pas tord. Comment pouvons-nous procéder ?

- Ils sont nombreux à nous attendre dans l'ombre, celui que vous appelez le Joker ne sera pas là, il a été trahit. Envoyez tout vos hommes, tous ceux dans cette pièce doivent venir, et qu'un seul d'entre nous mourra. »

La fin de la phrase de Stella tomba comme un lourd couperet, tout le monde resta muet. Un mort ? Mais qui ? Les regards se croisèrent et les visages se blanchirent, seul Duncan semblait rester assez calme, comme d'habitude. L'inspecteur se pencha en avant, un sourcil haussé.

« - Qui va mourir ?

L'ange rasoir articula lentement :

- Je ne peux le dire.

- Vous ne pouvez ou vous ne voulez ?

- Je ne le peux. »

Le policier se redressa, la tension sembla légèrement redescendre. Il croisa les bras, puis se racla la gorge, cassant le silence.

« - La direction à prendre ? demanda Jodan en se grattant l'arcade.

- Nous avons peu de temps, je vous montrerez le chemin, préparez vos hommes, sinon l'enfer reviendra sur Sanctuary...

- Vous me feriez presque peur, soupira Stone.

- Je préviens le préfet ? demanda Frederic, l'assistant.

L'inspecteur répliqua avec un ton à la fois agacé et gêné :

- Non... Qu'il aille... Se faire... Voir. Si on le prévient il mettra trop de temps à réagir, surtout à cette heure de la nuit. Allez plutôt dire aux hommes que nous repartons dès maintenant ! »

Le lieutenant hocha la tête et quitta la pièce d'un pas rapide. Tout le monde se leva, la nuit ne faisait que commencer. Balder avait l'estomac tordu, la prédiction de Stella l'avait assez retourné, il craignait que cela soit Lillya qui meurt... Devait-elle vraiment venir ? L'ange avait bien précisée tous, mais cela ennuyait beaucoup Sörg. Après tout il n'avait rien d'un guerrier, ne possédait pas les capacités physiques hors du commun de Duncan ou encore la puissante magie de la céleste déchue. Inquiet, il suivit les autres jusqu'à l'armurerie, ou les policiers de la section spéciale étaient en train de s'équiper.

Les gilets pare-balles étaient enfilés en silence, seuls les cliquetis métalliques des armes rechargées ponctuaient cette préparation pesante de stress. Balder regardait autour de lui, l'air un peu absent, tout ça lui paraissait complètement absurde ! Il se retrouvait dans un conflit ou des forces nettement supérieures s'affrontaient, vraiment que faisait-il ici ? Le destin lui avait-il réservé quelque chose de particulier ? Peut-être allait-il simplement mourir ce soir. Il grimaça à cette pensée, il avait encore quelques trucs à faire avant de quitter les mortels. Il jeta un coup d'oeil à Stella et à Duncan, qui craignaient-ils, eux ? Les immortels ne pouvaient êtres tués qu'avec de la magie, la technologie ne faisait que les blesser, parfois mortellement mais il se relevait quelques minutes après. Sörg fut soudainement tiré de ses pensées par l'inspecteur Stone qui lui tendait un pare-balle.

« - Mettez ça.

- D'après la destiné si je dois mourir cela ne changera rien...

- Je ne pense pas que le destin arrête les balles, rétorqua le policer avec une voix dédaigneuse. »

Le jeune homme ne répondit rien, lui aussi avait une croyance toute relative dans les visions de Stella, mais c'était tellement troublant...

Quelques minutes plus tard et toute la troupe fut prête. Elle s'ébranla à toute allure vers les fourgons noirs et bleus des forces spéciales. Ce fut avec une coordination parfaite qu'ils montèrent tous à bord, sans se gêner. Au total il devait bien avoir une trentaine d'agents, armés jusqu'aux dents. Balder était avec ses amis, l'inspecteur et six autres policiers. Le moteur vrombit, le conducteur passa la première vitesse, relâcha l'embrayage et démarra.

Stone mit son casque sur la tête, c'était le dernier cri de la technologie moderne, ce qui faisait la fierté des non magiciens. Il y'avait un émetteur récepteur intégré, et la matière de l'équipement faisait qu'il absorbait en partie l'énergie magique, cet alliage s'appelait le « Styroxyde de carbone ». L'officier régla sa fréquence sur le canal général, et tout le monde pu l'entendre, même dans les autres fourgons. Il eut un sourire triomphal, celui de la victoire de la technologie sur la sorcellerie.

« - Ici Leader, vous me recevez tous ? Parfait. Ce soir nous allons avoir à faire à forte partie, des types qui veulent ramener la Terreur sur Sanctuary... Oui vous avez tous bien comprit. Ce sont sûrement des fanatiques, ils doivent êtres dangereux et armés, vous avez autorisation de tirer en cas de gestes menaçants de leur part. Il y'aura probablement des mages, méfiez vous d'eux car ce ne seront pas des novices. Le temps est contre nous et nous ne connaissons pas le terrain, nous avons une guide qu'il faut absolument protéger. Vous avez tous bien comprit ? »

La conversation se termina une seconde plus tard, tout le monde était prêt à en découdre. Stella indiquait la route à suivre au conducteur, seules quelques minutes séparaient le commando de leur objectif. Les fourgons avaient quittés la ville, maintenant ils serpentaient dans la froide campagne d'Harrogath. L'endroit était désert, il ne semblait même pas y'avoir d'autre voiture. Balder était nerveux, l'idée de pouvoir y passer dès qu'il aurait mit un pied à terre l'empêchait de se concentrer...

Les véhicules ralentirent sur ordre de l'inspecteur, les phares furent éteints et les moteurs coupés. Les portières coulissèrent et les policiers débarquèrent deux par deux, arme en main. Il restait encore un petit peu de route à faire à pied, c'était plus discret que d'arriver en camion. Les hommes avancèrent en formation dispersée, chacun couvrant un autre. Balder et Lillya étaient à l'arrière de la formation, on leur avait donné un simple pistolet automatique. Duncan était resté avec Stella, au centre, étant immortels ils ne craignaient que la magie. Le groupe avançait avec prudence, lentement mais sûrement. Mais bientôt la silhouette d'une grande maison se découpa sous la pâleur d'une lune en partie masquée par les nuages. Elle semblait typique des vieilles bâtisses d'Harrogath : Murs en pierres taillées, poutres en bois apparentes et toiture en ardoise. La baraque était en forme de C, encadrant une grande cour visiblement déserte. Aucune lumière ne filtrait depuis les fenêtres fermées, étrangement la porte était ouverte. C'était une lourde double porte décorée aux battants de fer forgés, le tout était extrêmement calme.

Les policiers s'approchèrent, une partie s'éloigna contourner la maison, pour passer par l'arrière. Le reste prit tout droit, commandés par Stone. La tension était à son comble, et le silence oppressant n'arrangeait en rien les choses. Seule Stella semblait autre part, elle avançait comme guidée par une autre force, marchant mécaniquement, tel un automate.

A un mètre de la porte l'enfer commença. Le gazon sembla se mettre soudainement à rougir, des runes orangées se tracèrent à une vitesse effroyable sur le sol en un crépitement d'énergie inquiétant. L'escouade comprit tout de suite qu'il s'agissait de magie, assez puissante pour ne pas avoir été détectée. La sombre nuit fut illuminée par une lueur à la fois enchanteresse et inquiétante, le silence pesant fut soudainement brisé par une série d'explosions dévastatrices. La terre et l'herbe s'envolèrent, un brasier sans nom s'abattit sur la section spéciale, le souffle fut destructeur, balayant les hommes comme des fétus de paille ! La poussière et les graviers envahirent les casques, brûlants les yeux même fermés, la détonation sonna complètement les survivants et fit trembler les os des morts. Balder n'eut qu'un instant de vide total, un noir violent qui l'assaillit, il n'entendait plus que des cris et les flammes alors qu'il se sentait projeté contre un mur ou une porte, et passer littéralement à travers. Des éclats de verre lui lacérèrent la chair, sa jambe droite se cogna contre quelque chose de très dur et il atterrit salement contre un sol de pierre froid.

Pendant un instant il ne perçu plus qu'un sifflement dans ses oreilles, sa poitrine se soulevait doucement, du sang coulait sur son visage, gouttant par terre. Son coeur cognait douloureusement au rythme d'un battement affolé. Il ne sentait plus rien. Difficilement il ouvrit les yeux, il ne vit qu'un plafond.

« - OooOoo... Beuh... »

Il déplaça son regard, tombant sur une fenêtre éventrée, il venait visiblement de la traverser malgré lui. Son ouïe revenait petit à petit, dehors il entendait les fracas d'une terrible bataille, magie contre technologie. L'endroit avait été soigneusement protégé contre les intrusions... Balder se demanda si il pourrait de nouveau bouger, l'équipement qu'on lui avait donné semblait l'avoir en partie sauvé. Il essaya de remuer, d'abord sans succès car sa cheville droite le lançait atrocement. Ou bout d'un effort surhumain il réussit à se retourner, puis à se mettre à genoux. Sa tête tournait, il se sentait terriblement vulnérable. La prémonition de Stella lui revint en mémoire, allait-il mourir ici même ? Il n'en avait pas envie. S'appuyant sur le mur en face de lui il se mit debout, mettant tout son poids sur sa jambe gauche. Il était dans un couloir faiblement éclairé. Derrière lui, dans le « jardin » de la maison, c'était une véritable guerre qui faisait rage. Il s'adossa contre la cloison, observant l'affrontement. Stella était au centre, entourée d'un puissant bouclier, elle enchaînait les incantations, surpassant largement ses assaillants ! Les policiers s'étaient retranchés derrière plusieurs murets qui encerclaient la villa, mitraillant à tout va les sorciers embusqués aux fenêtres. Balder reprit son souffle et fit quelques pas en boitillant, il marchait encore. Dans l'herbe reposaient les corps carbonisés de plusieurs militaires, tous n'avaient pas eu sa chance. Il se détourna de la fenêtre, craignant une balle perdue. Ne sachant pas vraiment pourquoi il s'éloigna dans le couloir, avançant tant bien que mal. Il traversa une succession de corridors, se reposant uniquement sur le hasard. Plus il avançait moins il entendait le fracas assourdissant des combats.

Le jeune homme arriva à une intersection lorsque soudainement un type déboula sur sa droite, brandissant une épée. Il fut à peu près aussi surprit que Balder et se stoppa net. Sörg porta inconsciemment sa main à son pistolet, dégainant d'un geste aussi fluide qu'il aurait fait avec une lame pendant ses années d'escrime, mais il s'arrêta au moment de tirer, hésitant. L'homme en face de lui en profita pour se reprendre, et balança son arme en un coup de taille impressionnant par son amplitude. L'acier décrivit une courbe mortelle, mangeant et tranchant un bon demi centimètre du mur comme du beurre ! Balder se jeta en arrière, se réceptionnant d'une roulade précipitée et maladroite. L'épaule meurtrie par sa chute il se releva et pointa de nouveau son adversaire, mais cette fois-ci il appuya sur la détente. La balle fila et explosa la poitrine de l'épéiste, envoyant une gerbe de sang dans les airs, le type chancela puis s'écroula lourdement par terre, suivit par son arme qui roula avec un tintement métallique. Sörg resta un instant hébété, il venait de tuer quelqu'un ! En cas de légitime défense certes, mais un meurtre restait un meurtre, même si il se doutait qu'il ne sera jamais jugé pour ça car quelles autorités allaient se pencher sur les criminels qui menaçaient de refaire venir l'enfer sur Sanctuary ?

Ce fut presque mécanique qu'il s'approcha du cadavre pour ramasser l'épée sûrement magique pour avoir tranchée de la pierre. Il l'examina pendant un instant, elle était incroyablement bien équilibrée, extrêmement légère et son fil paraissait plus affûté qu'un scalpel de chirurgien. C'était une arme capable de tuer un immortel, un démon, un ange ou un vampire. C'était un pouvoir à ne pas sous-estimer...

_______________


« - Maintenez la pression à gauche ! Ne laissez pas cette bande de tarés prendre l'avantage ! »

Stone ponctua son ordre par une rafale de fusil automatique C-14. Les balles s'écrasèrent contre le cadre d'une fenêtre, faisant voltiger des éclats dans les airs et manquant de peu la tête d'un mage qui avait interrompu son incantation pour sauver sa vie et se jeter au sol. Les policiers avaient subit de lourdes pertes, mais ils restaient acharnés. A présent c'était une sorte de guerre de position, aucun camp ne voulait lâcher un pouce de terrain, et le conserver se montrait de plus en plus lourd et difficile. Mais les choses allaient tourner, trois militaires venaient de s'amener en renfort, avec un lance-roquette. Un éclair magique crépitant d'énergie destructrice fendit les airs pour finir par s'écraser contre le muret ou était embusqués la section spéciale. Stone baissa la tête et reçu des cailloux et des brindilles enflammées sur son casque. Il avait évité le plus gros mais à ce rythme là... Heureusement que l'ange maintenait une sorte de bouclier de sorcier, qui arrêtait la majorité des tirs, sinon cela aurait été impossible de tenir jusque là.

*On va leur montrer de quel bois on se chauffe ici !*

« - Préparez vous à tirer ! »

_______________


« - Seigneur Obarskyr, nous avons le contrôle de la situation pour le moment, mais je ne sais pour combien de temps. »

Le mage aux cheveux grisonnants se retourna, un sourire de satisfaction aux lèvres. Il était dans la salle prévue pour l'invocation, qui avait déjà bien débutée. Jamais les autres fous n'arriveraient à temps pour changer la tendance ! Et cela était la meilleure nouvelle qu'il n'avait jamais eut depuis le début de sa vie. Se frottant les mains Kendrak jeta un coup d'oeil à ses sorciers, en pleine incantation. Ils étaient en cercle, disposés autour d'un pentacle tracé avec le sang de l'ange. Progressivement s'agrandissait une boule rougeoyante crépitante d'énergie, centre de l'objet des arcanistes, il s'agissait du futur portail vers l'enfer. Obarskyr eut un petit ricanement sec et demanda à son interlocuteur :

« - Tu t'es débarrassé du « Joker », Arlock ?

L'homme tout de rouge vêtu eut l'air gêné, puis répondit :

- Il est très fort... J'ai perdu sa trace...

- Imbécile ! Il sait trop de chose sur nous, il représente une menace !

- Je le sais bien seigneur mais -...

Kendrak coupa court aux protestations de son serviteur d'un ton froid :

- N'essaye pas de te justifier, tu as échoué. Tu as intérêt à parfaitement mener notre défense si tu ne veux pas être remplacé.

- Oui seigneur. »

Le type fit un pas en arrière et incanta, puis disparu en un halo de lumière noire. Quelques volutes de fumée ponctuèrent la téléportation et il ne resta plus rien.

_______________


Parade puis feinte à droite, un retour d'acier meurtrier suivit et la pointe de l'épée de Sörg ouvrit la chair de son adversaire, tranchant vêtement, peau et organes sans aucune distinction. L'homme eut un râle d'agonie et s'écroula comme une masse, sur le dos. Ca faisait le quatrième, Balder avait presque peur de s'habituer à la mort, cela devenait machinal, voir même défoulant. S'effrayant de penser une chose pareille il s'éloigna de sa victime, passant devant une fenêtre. Il tourna la tête et aperçu à cet instant précis une partie de la façade Est frappée par une roquette ! Le missile avait réduit à l'état de poussière tout un pan de mur ! Au milieu des flammes Sörg pu distinguer des silhouettes en train de brûler, gesticulant lamentablement alors que d'autres étaient écrasés par les débris. Le tout se déroulant dans un silence morbide car le jeune homme était maintenant à l'opposé de l'affrontement, seul l'onde de choc avait fait trembler les vitres sûrement insonorisées... Il se rendit compte à se moment là à quel point l'endroit était immense ! Il avait dû parcourir plus de cent mètre en ligne droite ! Secouant la tête il reprit son chemin, arme à la main.

_______________


Les pièges magiques avaient divisé l'escouade, l'une était restée organisée sous le commandement de l'inspecteur Stone, l'autre était constituée de deux hommes et une femme : Lillya et deux policiers, dont un blessé au bras. Ils s'étaient retrouvés prit entre deux feu, n'ayant pas eut le temps de se replier. Avec prudence ils avaient rejoints l'intérieur du bâtiment, enjambant les cadavres carbonisés de leurs anciens camarades. La jeune femme avait suivit les professionnels, une boule au ventre et son pistolet dégainé, elle ne se sentait véritablement pas à sa place. Ils franchirent la porte, une vitre était éclatée en morceau, comme si quelqu'un était passé au travers. Intérieurement Lillya espéra que son fiancé était resté en bonne santé... L'un des deux militaires demandait les ordres à son supérieur via son intercom, visiblement cela ne l'emplissait pas de joie.

« - On doit jouer les éclaireurs... Ca ira Gabe ? »

L'homme interpellé était le blessé, il répondit par un simple hochement de tête. Le lieutenant Flinter se tourna vers la dame et demanda :

« - Restez derrière, et jetez quelques coup d'oeil autour de vous. »

Il prit la tête, fusil d'assaut en avant.

_______________


Cela descendait, encore et encore, les marches ne semblaient jamais prendre fin, défilant les unes après les autres. Balder les dévalait, plus que méfiant quand à ce qu'il allait trouver au bout. Il faisait sombre, trop sombre, il était obligé de ralentir de temps à autre pour ne pas prendre le risque de glisser et de se rompre les os. Sa seule source de lumière était son épée, qui scintillait légèrement dans les ténèbres d'une manière purement surnaturelle. Plus il avançait plus il faisait chaud et étouffant, comme si les ombres elles mêmes se resserraient autour de Sörg, cela en devenait oppressant. Le silence fut soudainement brisé par de sourdes voix. Balder cru d'abord que son imagination lui jouait des tours mais rapidement il se rendit compte que ce n'était pas du tout un quelconque fantasme, et qu'en plus le phénomène s'amplifiait... Tendant l'oreille Balder reconnu des incantations, lugubres et graves. Son coeur se serra, cela n'était pas du tout rassurant...

Il s'arrêta net, manquant de rentrer dans une porte. Dans le noir il ne l'avait pas vu tout de suite. De la lumière filtrait depuis la grosse serrure en fer forgée magnifiquement décorée par une tête de démon. Sörg resta un instant figé, hésitant à aller plus loin, de la sueur perlait sur son visage. La tension semblait bloquer tous ses muscles, ça en était presque douloureux. Les tempes bourdonnantes il posa sa main libre sur la poignée. Il avala sa salive et la tourna lentement, de peur de faire du bruit. Il poussa doucement la porte, elle ne grinça pas, parfaitement huilée. Les mélopées maléfiques s'intensifièrent, un cri long et guttural fit frissonner Balder. Il fit un pas. Puis deux. Trois, et enfin se présenta dans la salle. Une vingtaine de mages étaient en train d'incanter autour d'un grand pentacle tracé avec ce qui ressemblait à du sang. Aucun ne fit attention au jeune homme, tous presque en transe. Un cercle d'énergie s'étirait au centre de la pièce, crépitant et tremblotant. Il faisait maintenant un peu plus que la taille d'un homme. Sörg resta à observer le phénomène, comme pétrifié, il ne pouvait faire autre chose.

Les sorciers semblaient souffrir de leur sort, leurs visage étaient déformés et leurs traits tirés. Ils se mirent à trembler, la lumière rouge qui émanait du portail éclata d'un coup, devenant presque aveuglante. Les mots de pouvoirs cessèrent, un silence horrible tomba violemment. Les mages se mirent à hurler comme des damnés ! Ils prirent la tête, titubants. Leurs corps se distordirent, tiraillés par une force invisible. Une main griffue à la peau rouge écailleuse émergea du passage...

_______________


« - On diraient qu'ils se replient ! Haha ! On a bien calmé ces enfants de salauds ! Groupe 1 et 2 sur la droite, 3 et 4 avec moi ! »

L'escouade se sépara pour emprunter chacune un chemin différent, histoire d'obliger les ennemis à diviser leurs tirs, si ennemis survivants il y'avait après le massacre de la roquette envoyée par les hommes de Stone. Coordonnés ils passèrent par la porte principale sous le couvert de la gauche. La fumée et la poussière flottaient sur le champ de bataille, ainsi que l'odeur horrible de chair brûlée. Les militaires pénétrèrent dans le premier corridor, à présent creusé par les impacts de balles. Ils regardèrent à droite et à gauche, mais il n'y avait que des cadavres et des débris pour l'instant. Jodan se tourna vers Stella et Duncan, d'un ton pressé il demanda :

« - Où allons-nous maintenant ? »

L'ange rasoir tendit une main vers le chemin le plus court : Une porte à double battant juste en face de l'inspecteur. Stone fit signe à ses hommes d'aller par là, deux policiers passèrent devant et donnèrent un grand coup de pied pour défoncer le tout. Le bois claqua contre les murs de l'autre côté, les fusils pointèrent un grand hall de plusieurs dizaines de mètres de long. A gauche et à droite il y'avait de haut balcons intérieurs, un endroit parfait pour une embuscade... Les militaires semblèrent hésiter un instant, Stella ne perdit pas une seconde et passa la première, à peine eut-elle fait un pas dans la pièce qu'un éclair d'énergie fila de nulle part, venant s'écraser sur les boucliers magiques de l'ange. Il s'éclata lamentable en une gerbe d'étincelles... L'immortelle tourna un regard courroucé vers l'importun : un sorcier qui s'était positionné à la balustrade. Elle tendit une main lasse et prononça un mot de pouvoir fracassant :

« - ZAK'SHAMSHIR ! »

Le mana bleu roi de l'ange se condensa autour de son bras, puis se contracta sur lui-même, comme si il prenait de l'élan, et se métamorphosa en une énorme boule de feu crépitante ! D'une flexion de poignet elle l'envoya sur le mage médusé face à une telle puissance, il n'eut même pas le de crier, les flammes divines étaient déjà sur lui ! Un brasier sans nom l'avala, il fut littéralement carbonisé et pulvérisé, il ne resta rien d'autre qu'un tas de cendre et quelques flammèches. Le marbre alentour quant à lui était en parfait état, le feu magique n'avait brûlé que la chair et les os.

Ce fut le signal d'un déluge apocalyptique...

Des vingtaines de magiciens accoururent sur les balcons, leurs incantations rauques emplissaient la salle, les manas de toutes les couleurs dansaient dans les airs comme autant de serpents dangereux. Stone n'hurla qu'un ordre :

« - Dispersion ! »

Les militaires partirent en avant au pas de course, leurs armes pointées vers les mages concentrés. Les premières détonations se firent entendre, suivies par le tintement métallique des douilles. Un sorcier fut touché en pleine tête et se retrouva éparpillé en morceaux sanglants, un autre reçu une rafale dans la poitrine et son incantation se transforma en un gargouillis incompréhensible. Pour l'instant ils étaient vulnérables, mais la riposte n'allait pas tarder à arriver... Des orbes de feu, des éclairs aveuglants et des pluies de grêlons tranchants se mirent à pleuvoir ! En moins d'une seconde tout n'était plus que chaos, les dalles de pierre volaient en éclats avec les hommes qui étaient dessus, le sang se mêlait au marbre, les corps désarticulés des policiers retombaient mollement après s'être fait projeter dans les airs par les explosions dévastatrices.

Au milieu du vacarme Stone essaya de réorganiser ses hommes, mais même en hurlant il avait du mal à se faire entendre. A couvert derrière un mur transformé en gravas il faisait face à l'enfer, dans toute sa carrière il n'avait pas vu pareille bataille ! Un mur de flamme s'éleva entre ses hommes, semant encore plus la panique, cela devenait une véritable débandade. De rage l'inspecteur balança une rafale dans la masse, arrivant à dégommer un mage par pur hasard, qui tomba de sa balustrade pour aller lamentablement s'écraser en bas. Il jeta un coup d'oeil derrière lui, et vit que Stella était restée imperturbable, la magie ennemie n'arrivant même pas à effriter la sienne. Tranquillement elle incantait un sort, une quantité incroyable était en train de s'accumuler en elle, l'air lui-même paraissait s'épaissir autour de l'ange, comme saturé par le mana. Stone haussa un sourcil surprit, puis regarda ses hommes tenter de se mettre à l'abris face au déluge, toute chance d'en réchapper semblait perdu...

L'inspecteur s'énerva de s'être fait prendre au dépourvu comme ça, normalement ils auraient pu réussir, si ils y étaient allés un peu plus précautionneusement... Maintenant il était trop tard...

Soudainement un silence total tomba. Instinctivement le policier regarda Stella. Les bras levés vers le ciel et le corps parfaitement droit l'ange semblait former la plénitude absolue. Si il n'y avait plus un bruit c'est parce que la magie qu'elle dégageait l'inhibait. Un sourd bourdonnement vrilla les oreilles de tout le monde, il s'amplifia alors qu'une aura blanche aveuglante commença à se dégager autour de l'immortelle. Stone se boucha les oreilles et se recroquevilla sur lui-même, il commençait à sentir comme un puissant vent contre son visage, des nuages entiers de poussières s'envolèrent et les murs se mirent à trembler. La dernière vision de l'inspecteur avant de fermer les yeux fut l'ange d'une blancheur immaculée, à plusieurs mètres du sol, de l'énergie magique explosant de son corps.

La seconde d'après une onde de choc ravageuse partit en diagonale depuis Stella, allant du sol au plafond, fracassant sur son passage les trois-quarts des balustrades. Le mana fendit littéralement la pierre en deux, rien ne pu freiner sa course meurtrière ! Les balcons explosèrent en mille morceaux, du plâtre et des briques volèrent pour aller s'écraser dans le hall avec fracas, alors que les corps désintégrés et vaporisé en giclées sanglantes des mages s'éparpillaient aux quatre coins de la salle ! C'était au tour des assaillants de se retrouver dispersés et désorganisés...

L'ouïe normale de l'inspecteur revint petit à petit, il ré ouvrit les yeux et vit que l'ange et son acolyte, Duncan, avaient disparus. Par contre l'endroit n'était plus qu'une ruine. Le toit était ouvert en deux, et le hall n'avait plus rien de majestueux : Des tas de pierres et de gravats sur lesquels étaient entassés des cadavres en plus ou moins bon état. Au milieu, quelques survivants qui continuaient à se battre, sorts contre balles. Mais cette fois-ci la technologie prenait l'avantage !

_______________


Lillya l'avait flingué, sa tête n'était plus qu'un bout de chair sanguinolent. La fumée de son arme se dissipait lentement, encore toute tremblante la jeune femme était prête à fondre en larme. Les deux policiers qui l'accompagnaient étaient morts, un groupe de mages les avaient prit par surprise, une boule de feu avait carbonisé un soldat et l'autre avait succombé d'un éclair, mais avait emporté deux ennemis dans la tombe. La petite demoiselle avait eut la peur de sa vie, le dernier sorcier s'était approché d'elle, les mains crépitantes d'énergie, et surtout, trop confiant. Comme une bête traquée Lillya s'était défendue, et d'une balle dans la tête à bout portant avait éparpillée la tronche du magicien. Reprenant sa respiration elle se calma, et continua sa route, tremblotante, l'estomac noué... Au bout du couloir il y'avait un escalier, c'était sombre mais elle n'avait guère le choix...

_______________


L'incantation continuait, gagnant en intensité. Deux mages étaient déjà morts, comme carbonisés par l'énergie qu'ils avaient eux-mêmes dégagés... Un terrible contrecoup. Une odeur de chair cramée planait dans la salle, Balder en avait mal au coeur. Le portail était à présent immense, il faisait près trois mètres de diamètres, Sörg regardait son centre rouge sombre, il pouvait voir des flammes danser de l'autre côté. Une silhouette imposante semblait se tenir prête à le traverser, l'enfer était aux portes de Sanctuary. Dans une minute tout au plus une armée de créatures cauchemardesques sera vomit par le passage infernal. Machinalement Balder leva son épée, il fallait qu'il fasse quelque chose, il ne pouvait pas laisser faire ça, sinon il mettait en danger le destin du monde entier.

Mais alors qu'il avançait, une étrange lueur animant ses yeux noirs, une main se posa soudainement sur son épaule droite. Le jeune homme fit volte face, lame brandit, prêt à frapper. En face de lui se tenait un type habillé de rouge de pied en cap, un sourire cruel figé sur son visage fin et taillé au rasoir.

« - Alors on s'est perdu petit ? »

Plus rapide que l'éclair le mage crachait une incantation ténébreuse et une terrible décharge électrique parcourue le corps de Sörg. Il se tordit dans les airs, une douleur affreuse secouant ses nerfs et ses muscles, son coeur se stoppa sous la puissante impulsion, pendant un court instant le monde entier paru virer complètement psychédélique, il vit d'étranges formes danser devant ses yeux et des voix inconnues lui hurler dans les oreilles jusqu'à déchirer ses tympans ! Il retomba comme une masse sur le sol noir, brisé. Ca faisait la seconde fois en une journée, c'était une fois de trop. Etonnamment il était encore en vie, l'odeur de sa propre chair planait dans l'air, lui vrillant les narines. Faisant appel à toute sa force il serra de nouveau son épée, et tenta tant bien que mal de se remettre debout, le regard noir.

« - J'ai de bonnes pompes... »

Le sorcier toisa Balder d'un supérieur. Ouvrant les bras il incanta un nouveau sort, cette fois-ci il paraissait bien plus puissant, et mettrait terme à la vie de Balder si celui-ci n'agissait pas assez vite. Il essaya de faire un pas en avant, mais ses jambes étaient lourdes et encore engourdies... Il manqua de tomber, le regard désespéré. Arlock le serviteur d'Obarskyr allait terminer son invocation, triomphant, lorsque qu'une giclée de sang ouvrit son torse. Le fluide rouge sur les habits du magicien ne se vit pas tout de suite, mais rapidement un véritable flot ininterrompu se mit à couler. Une légère volute de fumée s'envola dans le dos du sorcier, qui lentement, tomba à genou. Ses yeux étaient vitreux, écarquillés par la surprise et la douleur. Jamais il n'aurait cru mourir aussi tôt...

Derrière lui se tenait Lillya, son arme à moitié baissée. Sörg voulu se jeter sur elle pour l'embrasser, mais les choses étaient allés bien vite pendant ce temps... Arlock venait à peine de s'écrouler face contre terre qu'une chaleur incroyable commença à envahir la salle. Balder regarda le pentacle d'invocation, le portail était en train d'être franchit. Une jambe musclée, puis un bras couverts d'un gantelet noir, et enfin le corps entier d'un diable à l'allure impériale ! La peau rouge sang, de longues cornes sur le crâne, une armure à plaques sombre et un visage respirant la haine du monde entier, il était là, fier et droit. Celui qui semblait être le chef de la congrégation de mage déclara :

« - Puissant Archidiable Korn, grand envoyé et tout puissant serviteur du magnifique Diablo, bienvenu sur Sanctuary. »

L'impressionnant démon d'environ deux mètres, rétorqua d'une voix tonitruante :

« - PAR LE SANG DES ABYSSES, ME REVOILA ! Tremblez misérable MORTELS !

Balder cru fondre lorsqu'il sentit le regard du monstre se poser sur lui, si mauvais qu'il aurait suffit à faire fuir le plus courageux des guerriers... Qui aurait encore eut de quoi fuir... Joraël Korn pointa un index griffu vers le jeune homme, lançant d'un ton agacé :

« - Qui est ce MISERABLE ?!

- Je m'occupe moi-même de lui mon Maître ! répondit Obarskyr l'air mielleux.

Le diable l'interrompit en levant une main :

- Je sens quelque chose de très familier et très puissant... Hmmm... Divin... Un immortel ? »

Avant même que quelqu'un ne réponde un pan de mur vola en morceaux, éclaté par la puissance d'un sort ! Les humains se baissèrent pour tenter d'éviter les dangereux débris, mais Korn resta au milieu du fracas sans broncher, d'un geste il dissipa la poussière qui s'était installée dans la salle, comme si de rien n'était. A travers les éboulis une forme lumineuse, supérieure. Elle ne marchait plus, elle flottait, deux grandes ailes éclatantes battant dans son dos. Presque nue, l'énergie crépitante au bout de ses doigts, le regard scintillant et inhumain, Stella Kadaran s'avançait lentement. A côté d'elle, tout de noir vêtu, les mains dans les poches, la tête baissée et masquée en partie par ses longs cheveux noirs, Duncan. Il avait l'air parfaitement serein malgré l'agitation ambiante. Un court silence s'installa, mais il fut rapidement brisé par Korn :

« - Une KADARAN ? ICI ?! Comme c'est intéressant... Je me souviens encore de la mort lamentable de ton frère... Tu es déchue, jamais tu ne pourras m'empêcher de faire quoique ce soit... Tu n'as plus les pouvoirs nécessaires.

- Démon stupide, ce n'est pas moi qui te tuerais, mais je sais comment se terminera cette histoire, je sais ce que je dois faire et ce que je ferais, et même toi tu ne peux changer le destin. »

La voix de Stella était grave et altérée, comme si mille courants d'eau chantaient en même temps dans sa gorge, jamais elle n'avait était si « inquiétante », tout le monde était tourné vers elle et son imposante puissance qu'elle s'apprêtait à déchaîner. Korn sembla vouloir protester, mais déjà l'ange avait tendue ses bras vers le portail infernal, un rayon lumineux fila depuis le bout de ses doigts pour aller frapper la déchirure béante vers l'enfer. Les énergies contraires éclatèrent, projetant du mana dans toutes les directions. Sous les regards effarés des démonologistes le passage était en train de se réduire à vue d'oeil ! Obarskyr hurla à ses lieutenants :

« - Empêchez-la de faire ça, VITE ! »

Une salve de sorts s'envola presque instantanément depuis la bande de mages surexcités. Ils fusèrent à toute vitesse, il y'avait assez d'énergie pour réduire en poussière à peu près n'importe quoi. Sauf peut-être le bouclier supérieur d'une immortelle archimagicienne... Les mortels sortilèges s'écrasèrent lamentablement contre un mur invisible à un mètre de Stella. Korn enragea et manqua de châtier ses subordonnés incompétents plutôt que de ce concentrer sur l'ange... Le démon avança tout en incantant, du mana noir comme la nuit commença à l'entourer, tel un serpent ténébreux.

Balder ne fit ni une ni deux et se lança à l'attaque, complètement inconscient du danger qu'il courrait. Boitillant il brandit son épée magique, un mage lui tournait le dos à quelques enjambées à peine... L'acier enchanté siffla dans les airs et termina sa course dans la moelle épinière du sorcier, à moitié sectionné en deux le type s'écroula dans une marre de sang, ce n'était pas très joli à voir, mais Sörg était emporté par le combat et n'y prêta guère attention, s'habituant presque à tuer ! Il tourna la tête et vit une ombre noir bondir à travers le barrage de sorts qui s'abattait sur Stella, il s'agissait de Duncan. Dans main droite il tenait une épée d'os entourée d'un halo sombre, sans nul doute une arme ensorcelée ! Sa garde était un crâne à la mâchoire hurlante et déformée, alors que sa lame une succession de vertèbres pointues. Sversson esquiva un éclair perdu d'une roulade, puis se releva et se retrouva quasiment en face de Korn. Le démon le remarqua mais n'arrêta pas pour autant son incantation. Il pointa un index vers le vampire et une spirale d'énergie fusa droit vers la poitrine de Duncan, ricanant d'un air méprisant. Mais il ne s'attendait sûrement pas à ce que celui qu'il croyait humain évite aussi vite et bien le trait maléfique... Et contre-attaque la seconde d'après d'un revers puissant et précis ! Le monstre avait tellement sous-estimé son adversaire qu'il fut prit au dépourvu et ne pu rien faire d'autre qu'encaisser l'estafilade ! L'épée d'os traça une longue traînée sanglante de l'épaule gauche à la hanche droite de Korn, un coup de maître. Le diable grimaça, mais il se laisserait pas avoir deux fois !

« - Stupide créature je vais t'exterminer ! »

Le démon prononça un unique mot de pouvoir et une lame de flammes dansantes se forma dans sa main levée en une fraction de seconde. Duncan était déjà revenu à l'assaut, mais cette fois-ci son attaque fut stoppée nette, il eut l'impression de frapper contre un mur ! Un sourire malsain s'étira sur le visage de Joraëll, qui, d'un arc de cercle violent repoussa sans problèmes le vampire, le combat risquait d'être très difficile !

Stella leva une de ses paumes vers le ciel, ce qu'il restait de l'énergie du portail venait de s'envoler dans un ultime crépitement de mana. Le passage démoniaque était refermé, pour l'instant... Obarskyr cru faire une crise d'apoplexie en voyant le fruit de son labeur s'envoler ainsi ! Il hurla de colère et invoqua une puissante boule de feu, l'orbe infernale bondit depuis ses doigts tendus, puis retomba rapidement sur l'ange lumineuse, laissant une traînée enflammée dans son sillage. Mais d'un geste Stella détourna l'attaque qui rebondit contre un bouclier transparent bleuté, le projectile fit quasiment un angle de 180° degré et retourna à l'envoyeur... Kendrak écarquilla les yeux et vit son sort passer non loin de lui pour aller carboniser plusieurs de ses serviteurs ! Complètement engloutis par les flammes il ne resta rien d'autre d'eux que des cris et des cendres...

Balder venait de décapiter un autre sorcier, ça faisait le troisième. Le tronc sans tête tomba lourdement en avant, du sang coulant par flot sur le sol. Sörg voulu se jeter sur une autre victime, mais il remarqua Duncan en difficulté face au terrible démon. Oubliant qu'il n'était pas immortel il enjamba le cadavre, sa chaussure manquant de glisser sur le sang frais et poisseux. Il arrivait dans le dos de l'infernal, tenant son épée à deux mains. D'un pas décidé il la leva derrière son épaule, ses muscles se contractèrent puis il asséna un coup d'une force inouïe pour sa carrure...

...mais inutile car Korn l'avait vu depuis le début, et avait fait volte-face en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, parant l'attaque sans trembler. A cet instant là Balder se demanda si il ne venait pas de faire une énorme erreur... Le visage déformé par la haine et les muscles deux fois plus gros que ceux du plus costaud des humains, le diable était véritablement terrifiant ! Il ouvrit la bouche, révélant une série de dents pointues, et ricana en voyant le visage décomposé de Sörg... De sa main libre il envoya un coup de poing d'une force extrême en plein dans la mâchoire du jeune homme. Il fit une vrille et décolla littéralement du sol, ça faisait la troisième fois de la journée qu'il flottait dans les airs ! Ses os claquèrent les uns contres les autres, ayant l'impression qu'au moins la moitié venait de se briser, ce qui n'était pas impossible... Il retomba, sa tête se cogna contre la pierre, et cette fois-ci ce fut trop, une douleur affreuse se mit à pulser dans son crâne meurtri, un goût métallique et amer imprégna sa bouche, il cracha un peu de sang puis ses yeux se voilèrent, tombant dans une inconscience salvatrice. Ce qu'il ne savait pas c'est que son attaque suicide avait donné une ouverture à Duncan, qui en avait profité pour taillader le dos de Korn ! Le diable avait grogné de douleur en sentant sa chair s'ouvrir petit à petit sous le fil acéré de l'épée d'os... Deuxième lacération, encore plus profonde que la première. Les yeux du démons lançaient des éclairs tant il était énervé de s'être fait avoir une seconde fois ! Le vampire esquissa un sourire moqueur, mais il savait que sans aide il ne s'en sortirait sûrement pas...

Stella, elle, avait exterminée tous les mages, les uns après les autres, déchaînant des sortilèges antiques d'une puissance inégalable. Pour elle les sorciers humains faisaient office de débutants. Seul Obarskyr avait réussit à survivre, mais ses forces avaient bien diminuées, et il sentait qu'il ne survivrait pas plus longtemps... Il avait mésestimé les pouvoirs de l'ange, comment le simple Joker avait pu prendre le dessus sur elle ? Lui, Kendrak Obarskyr était bien plus puissant que ce minable technologiste ! Et pourtant les faits étaient là : Dans peu de temps il ne serait plus qu'un tas de cendres ! Grimaçant il éleva un nouveau bouclier magique, sachant pertinemment qu'il allait être balayé la seconde d'après...

Korn avait renversé Duncan suite à un enchaînement de coups tous plus forts les uns que les autres. La garde du vampire avait cédée sous les assauts acharnés du démon... Les muscles douloureux il chuta, il essaya de se rattraper mais rien n'y fit ! Tombant sur une épaule pour ne pas s'assommer il garda son épée pointée vers le diable menaçant. Le monstre s'en moqua pas mal et pressa son avantage, il dévia la pointe d'acier avec un sourire supérieur, puis frappa de haut en bas, prenant un maximum d'amplitude. Son arme enflammée décrivit une traînée très esthétique et mortelle... Qui termina sa course dans l'abdomen de Duncan... Le feu magique brûla les entrailles du mort-vivant, il hurla sentant son corps se consumer petit à petit ! C'était atroce, son sang rouge sombre coula le long de sa chair carbonisée, jamais depuis ses millénaires d'existence il n'avait ressentit ça... L'épée cruelle s'extirpa du corps meurtri de Sversson, qui se replia sur lui-même, comme pour empêcher ses fluides de s'échapper. Cette fois-ci il sera difficile pour lui d'en réchapper... Son cerveau s'affola face à l'influx nerveux de douleur, son coeur se mit à battre n'importe comment, il essaya de se calmer mais ce n'était pas facile. Encore à moitié conscient il vit Korn lever de nouveau sa lame, la fin était très proche, l'affaire d'une seconde à peine. Mais un cri se répercuta dans sa tête, même si il ne l'identifia pas vraiment il était sûr que c'était celui de sa céleste.

« - NON ! Ce n'est pas lui qui mourra aujourd'hui, archidiable ! »

La seconde d'après un éclair d'énergie divine se décrocha du bras tendu de Stella, il siffla et s'envola à une vitesse purement hallucinante. Même Joraëll eut du mal à le suivre du regard, il cligna des yeux et il était déjà touché ! Le trait le frappa en pleine poitrine. Il cracha une série d'imprécations, ça ne lui avait pas fait si mal que ça, il était plus enragé qu'autre chose...

« - Cette fois-ci s'en ai trop, je vais en finir, maintenant ! »

D'un mot de pouvoir il érigea une barrière magique autour de lui, le champ de force ressemblait à une bulle de verre légèrement opaque. Il se concentra, écartant les bras il entama une incantation complexe. En face l'ange faisait de même, Obarskyr observait la scène médusé par le déchaînement de puissance en préparation, tout comme Lillya qui s'était approchée du corps de son fiancé, voyant que Korn était bien trop occupé. La lumière dégagée par Stella contrastait avec le mana sombre du démon, l'air était en train de se saturer, l'énergie accumulée par les deux immortels étaient en train devenir vraiment impressionnante. Joraëll dessinait une succession d'arabesques compliquées, ses mains griffues fendant et accrochant ses filets de mana, en transe il arrivait au bout de son sortilège. Son construct était clair : une colonne de flamme d'une puissance inégalable. Il ne savait pas ce que l'ange avait en tête, mais de toute manière elle avait déjà utilisée pas mal de ses ressources... Un sourire cruel étira le visage du diable alors qu'il terminait enfin son évocation.

Stella Kadaran acheva elle aussi son incantation, levant ses bras au ciel.

Un ange passe...

Un halo blanc entoura soudainement la coquille magique de Korn, le démon sentit immédiatement la pression énorme qui s'exerçait sur celui-ci, il essaya quand même de maintenir sa protection. Mais ce fut totalement inutile... La toile complexe de mana qu'il avait bâti s'effrita en quelques secondes, il eut un bruit de verre cassé et le bouclier éclata en mille morceaux ! La sorcellerie divine se resserra autour de Joraëll, il ne savait absolument pas ce qui allait se passer... La lueur lui frôla la peau, ce simple contact le tétanisa, ce fut comme si un milliard d'aiguilles se plantaient dans sa chair et se tortillaient les unes contre les autres, il n'arrivait même pas à crier, comme étouffé ou plongé dans de l'eau glacée. Il ferma les yeux, n'osant même plus respirer...

La douleur atteignit son paroxysme, les genoux du terrible démon se mirent à fléchir, il tomba, se prenant la tête de ses deux mains. Il serra les dents, maudissant au moins mille fois l'ange, il cru qu'il allait simplement mourir. Ses os paraissaient ployer sous la pression, cela accentua encore la souffrance. Korn se concentra pour essayer de repousser l'assaut magique, c'était très difficile... Il visualisa le construct de mana qui l'entourait, d'une perfection et d'une mortelle complexité... Le nez et les yeux du diable se mirent à saigner, il fallait à tout prix qu'il fasse quelque chose ! Mentalement il essaya de détruire le sort, mais toutes ses tentatives précipitées semblaient totalement vaines !

Soudainement tout s'arrêta.

Le monstre était à genou, brisé, le souffle court. Ses paupières se levèrent, en face de lui les flammes se dissipaient, la lumière de l'ange s'était dissipée. Il n'y avait plus qu'un tas de gravats et de cendres, Stella Kadaran était probablement morte ou alors suffisamment blessée pour ne plus pouvoir maintenant son sortilège inouï ! Joraël eut un rire à la fois victorieux mais somme toute amer, car tout s'était joué à quelques secondes à peine... Sa colonne de flamme avait eut raison des protections de la céleste, la carbonisant ensuite. Il essaya de se lever, mais il était bien trop affaiblit pour tenter quoique ce soit... Dans la salle il ne restait plus qu'Obarskyr, encore soufflé par l'affrontement des deux immortels, et une fille qui pleurait sur le corps du jeune et inconscient Sörg. Le démon soupira. Mais il releva subitement la tête en entendant une série de pas précipités ! Des humains à n'en pas douter. Il ne valait mieux pas qu'on le trouve dans un état pareil... Korn fit signe à Kendrak d'un geste de la main toujours aussi gracieux malgré sa santé lamentable.

« - Serviteur, téléporte nous dans un endroit sûr... Et vite ! »

Obarskyr hocha vivement et docilement la tête, trempé de sueur à l'idée de décevoir son maître. Il concentra ce qui lui restait de réserves magique pour former un portail, le schéma n'était pas trop compliqué, surtout pour un sorcier de son expérience. En moins de quelques arabesques un cercle bleu sombre se dessina pas trop loin d'eux, de l'autre côté on pouvait voir une salle similaire à celle ou ils étaient. Le diable et l'humain se traînèrent jusqu'au passage, ils le franchirent et il se referma derrière eux. Une seconde après et les survivants de la section spéciale de Stone arrivaient au pas de course, découvrant un véritable champ de bataille jonché de cadavres.
Pas encore mort...

Pas encore... A peine croyable mais il vivait toujours, s'accrochant désespérément à l'once de vie qu'il lui restait. Tenace il s'était remit à genou, son abdomen éventré. Si seulement il pouvait trouver du sang... Son regard fatigué s'attarda sur les silhouettes floues des policiers qui s'activaient dans tout les sens. Il entendait des pleurs, ceux d'une femme. Où était son ange ? Il ne la voyait pas ! Il allait se relever lorsqu'un homme se dressa devant lui. Il eut beaucoup de mal à l'identifier, mais plissant les yeux, il reconnu l'inspecteur Stone. Le vampire manqua de retomber dans les pommes, il inspira profondément et se force à articuler :

« - Votre sang... monsieur... »

Jodan se pencha en avant, ne comprenant absolument pas ce que venait de dire Duncan.

« - Quoi ? »

Sversson attrapa la nuque du policier d'un geste vif pour son état, puis l'attira vers lui avec une force largement supérieure à celle de l'humain et mordit à pleine dent dans la gorge exposée. C'était peut-être grâce à la fumée ou à l'agitation ambiante, mais personne ne réagit tout de suite, et heureusement car sinon il se serait probablement fait criblé de balle... Il relâcha Stone qui tituba en arrière, complètement sonné. L'inspecteur essaya de porter la main à son pistolet, mais Duncan était déjà relevé, ses blessures déjà à moitié refermées.

« - Inutile, vous vous en remettrez, asseyez vous plutôt, vous venez de me sauver la vie. »

L'homme essaya d'articuler quelque chose mais tomba sur les fesses, les autres agents s'étaient tous tournés vers les deux protagonistes, essayant de comprendre ce qu'il se passait. Le plus gradé d'en eux demanda, l'arme à la main et une once de méfiance dans la voix :

« - Que se passe t-il ? !

L'inspecteur manqua d'ordonner à ses hommes de tirer mais se ravisa au dernier instant, crachant d'une voix énervée :

- Rien ! Absolument rien ! Occupez vous plutôt des blessés ! »

- Oui comme notre jeune héro là bas... »

Répondit le vampire en désignant Balder toujours étalé, Lillya en pleurs à côté de lui. Le policier fit signe aux autres de le suivre pour l'aider à le porter. Sversson s'était approché de Stone, d'un pas encore un peu mou.

« - Qu'est-ce que vous m'avez fait ?! siffla l'humain entre ses dents, une main plaquée sur sa gorge.

« - Je vous ais pris un peu de votre sang, mais votre organisme se régénérera. C'était ça ou je crevais dans quelques secondes...

Jodan se remit debout, les jambes tremblantes. Il darda un index vers le mort-vivant, le regard furibond :

« - Ne recommencez plus jamais ça ! Je ne sais pas ce que vous êtes et je ne veux pas le savoir, si vous nous aviez pas aidé pendant l'affrontement je vous aurais flingué sur place ! ! »

_______________


Le soleil se couchait, ses rayons orangés caressant les nuages rendus multicolores. Le ciel était purement magnifique, ses nuées s'étendaient à perte de vue, oscillant du rose au rouge, avec toutes ses teintes dégradées. Une légère brise soufflait sur le cimetière d'Harrogath, un calme reposant régnait sur les lieux. Face à une tombe sobrement décorée se tenait un homme vêtu de noir. Sur la pierre était gravée une petite épitaphe :

« Stella Kadaran, une Ange tombée des Cieux. »

Duncan posa lentement une belle rose rouge sur la sépulture. Il releva la tête, inspirant profondément, une larme roulant sur sa joue. L'enterrement venait juste d'avoir lieu, tout le monde était repartit triste, lui il était resté. Dans sa tête se mélangeait les émotions, à la fois un désespoir infini, car il venait de perdre son bel amour, un amour immortel brisé à jamais, mais aussi une haine incommensurable à l'égard du démon qui avait fait ça. Il s'agenouilla, son visage était sombre et fermé, ses yeux bordés de larmes, ses mains crispés en deux poings. Il avait envie de hurler, mais son abattement prit le dessus. Il expira douloureusement, puis siffla à voix basse :

« - Je tuerais celui qui a fait ça ! »

« - Belle promesse mais il faudrait encore pouvoir la tenir ! »

Duncan se releva d'un bon, pivotant dans un même mouvement, ses bottes soulevant les graviers de l'allée du cimetière. En face de lui se tenait un homme en manteau bordeaux foncé, un large chapeau sur la tête, les mains dans les poches. Le Joker. Une grimace de rage et de dégoût déforma le visage du vampire, il cracha d'un ton haineux :

« - Vous ? ! Espèce de pourriture ! Je vais vous crever ! »

Sversson repoussa les pans de son imper en cuir noir, révélant le fourreau d'une épée à sa hanche. D'un geste rapide et fluide il dégaina sa lame d'os, qui siffla comme un serpent. Mais l'assassin avait déjà sortit un de ses énormes magnums chromés.

« - Je ne suis pas là pour me battre, mais pour vous parler.

- Crève ! »

L'arme magique du mort-vivant avait filé si vite qu'elle avait manquée de trancher le tueur en deux, mais celui-ci s'y était attendu et s'était jeté en arrière. Il esquiva l'estoc qui suivit tout aussi habilement. Il reprit de la distance, gardant toujours son pistolet pointé vers Duncan.

« - Vous voulez tuer Korn ? Je sais ou il se trouve, écoutez moi. »

A ces mot le vampire sembla hésiter, il s'avança, mais ralentit légèrement, comme si il attendait que le Joker ajoute quelque chose.

« - Les serviteurs de Diablo ont une base arrière, c'est là bas qu'ils comptent réinvoquer le portail, et je sais ou c'est. »

Le ton du mystérieux homme était parfaitement neutre, même pas entaché par la tension de la scène. Sversson regarda son adversaire d'un air sceptique, il le désigna du menton et jeta :

« - Et pourquoi je devrais vous croire ? Vous avez essayé de me tuer je ne sais combien de fois !

- Pourquoi serais-je venu alors ? Je me serais contenté de vous mettre une balle. Réfléchissez, si je suis là c'est parce que moi aussi je veux me venger de cette « secte ». »

Duncan s'arrêta, son épée se figea, il baissa sa lame mais ne la rangea pas pour autant, restant sur le qui-vive. Son regard se fit acéré alors que le tueur baissa son arme à son tour, il demanda d'une voix empreinte de méfiance :

« - Donnez moi une bonne raison de vous croire...

- Ceux qui m'ont engagés ont essayés de me tuer pour ne pas régler la dette qu'ils me devaient, c'est une énorme erreur de leur part. Je veux récupérer mon argent et leur faire payer par le sang. Vous, vous voulez vous venger. Aucun de nous deux seul n'y arrivera, le démon est trop puissant, mais à deux nous pouvons réussir. »

Le vampire plissa les paupières, il sentait comme un coup fourré. Pourquoi le Joker s'ennuierai avec une poignée de billets ? Dans une affaire aussi risquée ? Alors qu'il n'avait qu'à trouver un autre contrat et il serait bien plus tranquille. Pas honneur ? Par principe de ne pas se faire arnaquer ? C'était plus probable mais néanmoins Sversson doutait qu'il n'y avait que ça...

« - Admettons que je vous crois, qu'est-ce qui me prouve qu'une fois que votre affaire sera réglée vous n'allez pas me trahir ?

L'homme au magnum répondit sur le même ton :

- La même chose qui me prouve que VOUS n'allez pas me trahir une fois cette histoire terminée. »

Un court silence s'installa, Duncan devait admettre que le tueur n'avait pas tout à fait tord, mais comment avoir confiance en ce type ? C'était presque de la folie ! Mais cela ne pouvait pas être un piège pour la bonne est simple raison que si le Joker voulait le tuer, il ne se serait jamais embarrassé de toute cette comédie. Et les fidèles de Diablo avaient peut-être bel et bien essayés de le doubler, car on ne l'avait pas vu lors de l'assaut de leur premier repaire... En tout cas le vampire lui avait plus que tout envie de tuer Korn, et il était prêt à former une alliance, aussi temporaire que dangereuse, avec l'assassin de renommée.

« - J'ai du mal à gober votre histoire de fric, mais en fait je m'en moque pas mal de ce que vous voulez faire là bas, tant que vous me laissez l'Archidiable.

- Marché conclu. Evidemment évitez d'en parler à vos amis de la police, je doute qu'ils cautionnent vraiment notre action, même si en un sens elle sauvera leur monde mortel.

Sversson leva les yeux en l'air et lança d'un air léger :

- Disons que de toute façon... Que je me suis fâché avec eux. »

Le Joker eut un de ses fameux sourire mauvais...

_______________


Il avait gardé son épée magique, mais lui, à la différence de son ami vampire, il était encore couvert de bleus. Il avait eut plusieurs côté cassées et de multiples hémorragies, mais la magie curative de Duncan avait soigné le plus gros. Il devait être près de minuit et Balder tournait comme un lion en cage dans son appartement. Lillya le suivait du regard, l'air agacée.

« - Arrête de bouger comme ça ! C'est stressant à la fin ! »

Sörg ne répondit même pas, bien trop perdu dans ses pensées. Sversson lui avait téléphoné quelques heures avant, pour lui dire qu'il venait le rejoindre avec le Joker chez lui pour une affaire de la plus haute importance. Il y'avait de quoi se poser des questions... Que venez faire le tueur professionnel ici ? En allié ? C'était incroyable ! Par sécurité Balder avait laissé son épée enchantée à proximité, d'ailleurs depuis son court affrontement avec Korn il la gardait toujours non loin de lui.

On sonna à la porte. Sur les nerfs le jeune homme sursauta. Il empoigna son arme posée sur la table en face de lui et se dirigea vers l'entrée. Lillya affalée sur un sofa secoua la tête, son fiancé était presque devenu paranoïaque. Sörg entrouvrit sa porte, et regarda dans l'embrasure. Immédiatement il reconnu le visage de Duncan, derrière lui il y'avait une autre silhouette encore plus sombre (si c'était possible) à moitié fondue dans les ténèbres. Balder soupira et laissa entrer les deux visiteurs, ne pouvant s'empêcher de fixer l'homme au chapeau, ses phalanges blanchies tant il serrait la garde de son épée. D'un ton méfiant il siffla entre ses dents :

« - Il va falloir que tu me donne de TRES bonnes explications ! »

Si Sörg n'avait pas attaqué le Joker à vue c'est qu'il se doutait que l'assassin aurait largement le dessus sur lui... Ce qui n'aidait pas à calmer le pauvre humain. Il ferma la marche et les mena jusqu'au salon, ou Lillya ne pu s'empêcher de pâlir en voyant le mythique tueur débarquer.

« - J'ai un moyen d'arrêter Korn avant qu'il ne réduise ce monde à l'état de cendre en faisant venir la Terreur, déclara solennellement Sversson.

- Rien que ça ? rétorqua ironiquement Balder.

Le Joker conclu d'une voix qui ne permettait pas la réplique :

- Rien que ça. »

Duncan prit un siège et s'installa à côté de l'unique table du séjour, jetant un rapide coup d'oeil à l'épée de Sörg. Il lança en désignant l'arme :

« - Je vois que tu deviens « prudent »...

- Vu ce que tu ramènes chez moi je prends mes précautions... D'ailleurs il va falloir que tu m'expliques ton histoire, avec beaucoup de détails !

- Sers nous un peu de vodka et je te raconte ça. »

Arborant toujours une mine partagée entre la perplexité et la méfiance poussée à l'extrême le jeune homme s'exécuta. Il se dirigea vers la cuisine, en surveillant toujours le Joker, et s'empara d'une bouteille dans son bar. Il enleva le bouchon et en bu une bonne rasade, puis s'avança pour donner le liquide à son ami. L'alcool retourna le ventre déjà noué par la situation, mais il n'y fit même pas attention... Sversson se servit à son tour puis commença à s'expliquer :

« - Bien. Notre... hmmm... « Camarade » ici présent, Duncan montra le tueur du pouce puis reprit : sait ou se sont repliés les tarés de la secte à Diablo. Tu vas me demander comment il le sait je suppose mais en fait je ne sais pas si tu veux vraiment le savoir... J'ai eu les détails et... Enfin disons que les sectateurs l'ont trahit et qu'il en a capturé un, tu imagines la suite...

- Oui j'imagine la suite, souffla Balder d'un ton sombre.

- Et l'autre bonne nouvelle c'est que notre « ami » le Joker veut nous aider à tuer Korn. »

Sörg manqua de s'étouffer. Il toussa puis éclata littéralement de rire, ne lâchant pas pour autant son épée. Pour lui la pilule était un peu difficile à avaler... Et il y'avait de quoi, en ayant vu l'assassin en action. Il secoua la tête et jeta d'un ton peu convaincu :

« - C'est une blague ? Nous « aider » ? Il ne veut pas prendre le thé avec nous aussi ?

Duncan répondit d'un air imperturbable :

- On en est plus très loin au cas tu n'aurais pas remarqué...

- Es-tu aveuglé par ton envie de vengeance à ce point là ? répondit Balder avec une pointe d'énervement dans la voix.

- Je ne suis pas AVEUGLE ! Je sais encore ce que je dois faire ! Ils m'ont enlevés Stella, et ça ils vont le payer !

Sörg eut un mouvement de recul et calma le jeu :

- Bien, bien calme toi ! Moi aussi je regrette sa mort, c'était mon amie aussi ! Mais il ne faut pas foncer dans la gueule du loup... Ton nouveau « pote » je n'ai pas vraiment confiance en lui, je sais que ta colère est grande, mais tout de même...

Sversson baissa la tête, il soupira, puis déclara, déçu :

- Je pensais que je pouvais compter sur toi, mais tant pis. Je ferais ça sans toi, reste ici pendant que le monde entier est menacé par Korn, pendant que ce démon reste impuni ! Allez, repose toi, tu en as encore besoin je pense. »

Balder resta sans voix, Duncan se leva, suivit de son « compagnon » qui jeta un regard méprisant au jeune homme. Ils s'éloignèrent tranquillement, sans faire de bruit. L'humain ne savait plus trop quoi penser, le vampire avait beaucoup changé depuis la mort de Stella. Avant, jamais il ne se serait lancé tête la première dans une pareille mission ! Encore moins avec un pareil allié... Seule sa vengeance comptait plus que tout, et une telle obsession risquait de lui coûter très cher...

A l'instant où Sversson allait sortir, Sörg brandit son épée d'un geste vif, le mort vivant sentit un souffle d'air glacé sur sa nuque et fit volte-face, en même temps que le Joker.

« - Je viens avec toi, sinon je sens que tu vas faire des bêtises !

Pour la première fois depuis quelques temps Duncan eut un vrai sourire.

- Enfin je te retrouve l'ami ! Courageux pour un humain ! »

Le tueur n'avait pas l'air aussi ravi mais ne dit mot, de toute façon il n'avait guère le choix. Lillya s'était levée, la détermination se lisait dans son regard, à cet instant précis Balder craignit ce qu'elle allait dire.

« - Je viens avec vous, je ne peux pas laisser ce pauvre garçon avec deux fous ! Et ce n'est pas la peine de discuter, c'est sans appels !

- Tu prends des risques pour rien, reste ici !

Mais la protestation de Sörg n'était pas très convaincante, et la fille riposta immédiatement :

- De toute manière si je reste ici dans quelques jours au maximum l'enfer détruira tout ce que je connais, alors je préfère mourir tout de suite et essayer de sauver ce qui doit l'être ! »

Aucune autre négociation ne pu retenir Lillya, les hommes laissèrent tomber l'affaire et partirent avec cette femme bien téméraire... Le destin tissait doucement sa toile, décidant ce qu'il allait advenir de cette étrange association entre un vampire, un tueur professionnel et deux pauvres humains...
Il faisait nuit noire, une nuit sans lune.

Les eaux étaient calmes, il y'avait juste un léger clapotis dans la crique ou se trouvait le Joker. Il avait mené ses « compagnons » aux portes du repère supposé de la secte de Diablo. Duncan avait demandé la position exacte de la nouvelle demeure des enfers, et la seconde d'après il avait incanté un puissant sortilège de téléportation. Balder s'était sentit absorbé par la puissante magie nécromantique du vampire, la sensation qu'il avait ressentit fut vraiment étrange, pas douloureuse, presque grisante... C'était purement et simplement indescriptible, la seule chose qu'il en retint fut une perte totale de l'équilibre pendant le voyage. Maintenant ses pieds étaient posés sur la terre ferme et sûre, son épée enchantée tirée au clair. Il regarda lentement tout autour de lui, reprenant ses esprits. A travers l'obscurité il remarqua des rochers se découper à l'horizon dans une petite plaine non loin d'ici, il étaient placés en cercle, d'une manière quasi-mystique. A part ça il n'y avait rien d'autre...

En effet, le petit groupe se trouvait sur île pas plus grande qu'une cinquantaine e de mètres de long, sans aucun arbre, sans aucun buisson, sans aucune habitation visible. Seules, quelques herbes hautes ondulaient au souffle d'une légère brise. Lillya se tourna vers Sversson, qui se tourna vers le Joker, lançant d'une voix froide :

« - J'espère que ce n'est pas une blague ? Il n'y a rien ici ! »

Le tueur resta un instant silencieux, la tension monta d'un cran. Finalement il se décida et sortit de son mutisme pesant :

« - L'homme que j'ai torturé n'a pu me mentir, il m'a précisément décrit la position de cette île, à des milliers de kilomètres d'Harrogath, dans les océan de l'Ouest. Il m'a aussi parlé de c'est cailloux... Là.

L'assassin désigna de l'index les pierres arrangées en cercle, puis reprit :

- C'est maintenant que vous intervenez, c'est un portail magique. »

Duncan haussa un sourcil, puis s'approcha rapidement des roches taillées en pics. Du bout des doigts il effleura leur surface rugueuse, et ferma les yeux. Des images se mirent à défiler dans sa tête, un afflux magique traversa son corps, c'était très puissant. Se contrôlant il réussit à le freiner sans trop de peine, des symboles magiques s'alignèrent précisément dans son crâne. Un message avait été enregistré dans la pierre avec un sortilège :

« Ainsi va la Lame »

D'un coup Sversson fut repoussé en arrière, sans possibilité de pouvoir résister ! Il tituba sur un mètre et se rétablit avec souplesse.

« - Que s'est-il passé ? demanda Balder d'un air interloqué.

- Je ne sais pas... Ce n'est pas normal... Quand j'ai touché la roche ça m'a envoyé une phrase étrange...

La petite voix de Lillya intervint :

- Quelle phrase ?

- Ainsi va la Lame, répondit sobrement Duncan.

- Ca veut dire quoi ?

- Aucune idée ! »

Le regard de Sörg se fixa sur le supposé portail. C'était quoi ? Une sorte d'énigme ? Quelle veine ! Cette stupide histoire allait sûrement les ralentir... Face à la perplexité ambiante le jeune homme osa troubler les réflexions du vampire :

« - Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?

- On cherche la solution... Je ne vois pas d'autres possibilités. »

Un nouveau silence tomba. Ce fut le Joker qui le brisa de sa voix sans âme :

« - Mon prisonnier m'a parlé de cette devinette... Mais il m'avait dit que nous aurions à faire à un gardien, et pas à ce... néant.

- Merci de nous l'avoir dit ! s'énerva Sversson.

- J'attendais de voir la réaction du « cailloux ». »

Duncan secoua la tête, visiblement sur le point de craquer. Il jeta un regard meurtrier au cercle mystique, il allait dire quelque chose lorsque Lillya eut un cri effroi ! Quasi-instantanément il fit volte-face, apercevant au bout de l'île une silhouette lugubre se diriger vers eux, à l'allure d'un pas mécanique. Il plissa les yeux, la chose qui s'avançait était humanoïde, semblait porter une armure de plate complète et tenait une épée d'acier scintillante d'une lueur bleu glace. Le plus inquiétant c'est qu'elle ne faisait pas le moindre bruit. Le vampire entendit les cliquetis des revolvers du Joker, lui-même avait déjà dégainé sa lame d'os nécromentique.

« - Ca ressemble à un gardien », déclara tranquillement le tueur au manteau rouge.

Sans attendre il ouvrit le feu, une vingtaine de mètre séparait encore le groupe de la créature cuirassée. Même à travers les ténèbres tous les tirs de l'assassin firent mouche, mais chaque balle allait lamentablement s'écraser contre l'armure en un « clang » sonore... L'inquiétant combattant prit son épée à deux mains, c'est à cet instant précis que toute l'équipe pu remarquer qu'il n'avait pas de substance ! En effet le plastron flottait dans l'air sans qu'il n'y ait personne dedans, et nulle tête ne portait le sombre heaume en forme de crâne ! Immédiatement Duncan comprit qu'il s'agissait d'un esprit ou d'un spectre, un adversaire redoutable puisque aucune arme matérielle ne pouvait le toucher !

Mais il n'eut pas le temps de lancer un avertissement que Balder s'était déjà jeté dans la mêlée, levant son arme au dessus de lui. L'humain prit de l'élan et bondit dans les airs, criant pour se donner du courage, puis abattit sa lame en direction du casque de l'assaillant. Doué de réflexe à peine croyable le gardien para net l'assaut, cassant Sörg sans aucune difficulté ! D'un revers violent il repoussa l'homme qui manqua de tomber à la renverse.

« - Ne t'approche pas de lui, c'est un spectre ! Tu ne peux pas le blesser ! »

Balder écarquilla les yeux en entendant Duncan, il ne su trop quoi faire face à un adversaire logiquement invincible ! Soudainement prit au dépourvu, il évita de justesse un coup d'estoc en se jetant sur la droite, il se réceptionna tant bien que mal mais sauva sa vie. L'air crépita d'énergie, le vampire était en train d'incanter un sortilège. L'esprit comprit immédiatement qu'il n'y avait qu'une seule menace pour lui : Sversson ; car il était le seul à maîtriser les arcannes et à avoir une chance de le battre. Abandonnant Sörg il se tourna vers le mort-vivant et s'élança lame au clair. Au moment ou il allait frapper le Joker s'interposa soudainement, deux longs couteaux croisés devant lui pour arrêter l'épée du gardien. L'acier crissa, et le tueur avait réussit à surprendre la créature, laissant quelques secondes de répit à Duncan qui s'empressa de terminer son sort. Crachant l'ultime mot de pouvoir pour achever son invocation, le vampire tendit sa main libre vers le spectre, des langues d'énergie pure s'étaient enroulées autour de son poignet pour filer vers l'implacable adversaire qui avait réussit à se décoller du Joker.

Heureusement il n'eut pas le temps de parvenir jusqu'à Sversson que l'attaque magique l'avait frappé. Les traits blancs aveuglants atteignirent l'armure et passèrent à travers, éclatant en une magnifique et destructrice gerbe d'étincelle ! L'esprit s'arrêta un instant, comme si il trébuchait, mais étrangement il ne paru même pas ressentir la moindre douleur ! Il devait être d'une ancienneté incroyable pour aussi bien résister à la magie...

Balder avait profité de cet instant pour transpercer le gardien de part en part, ce qui fut inutile. Ce fut pareil lorsque le Joker planta ses deux lames dans le heaume de la créature... Cela ne paru même pas l'incommoder. Sans un bruit elle repoussa ses ennemis en faisant tournoyer son épée autour d'elle en un large arc de cercle. Visiblement rien ne semblait pouvoir l'arrêter...

« - On fait quoi maintenant ? demanda Sörg en jaugeant la maudite armure.

Duncan avisa rapidement la situation, une seule solution lui vint en tête :

- Je vais essayer de briser les liens qui gardent ce spectre dans notre plan matériel... Protégez moi ! »

Sans perdre plus de temps le groupe s'organisa. L'esprit était déjà revenu à la charge, doté d'une telle rapidité qu'il était difficile de le suivre à l'oeil nu. Il balança son arme de droite à gauche pour repousser ses adversaires qui tentaient vaguement de l'encercler. Le choc de l'acier contre l'acier était d'une violence extrême à chaque fois, et le gardien semblait simplement infatigable, nul doute qu'il gagnerait d'ici peu de temps si le vampire ne terminait pas son sort très vite !

Balder se plaça devant Sversson alors que le spectre n'était plus qu'à un mètre du nécromencien, stoppant tant bien que mal un coup de taille avec sa lame. Les vibrations de l'impact lui remontèrent jusqu'à l'épaule, meurtrissant ses muscles. C'était si douloureux qu'il faillit en lâcher la garde de son épée. L'armure enchaîna avec dextérité, frappant en diagonale au niveau de la clavicule de l'humain qui eut encore plus de difficultés à parer l'assaut. Les armes enchantées des deux protagonistes crissèrent en un bruit strident. D'une pression le gardien repoussa Sörg sur le côté, comme un fétu de paille, obtenant ainsi le champ libre.

Mais c'était sans compter le Joker qui s'était placé dans le dos de la créature. Agile, il fit un grand pas sur le côté et pivota sur lui-même, se retrouvant immédiatement sur le flanc du spectre. L'épée de l'esprit était en train de dévorer l'espace qui la séparait du crâne de Duncan, à toute vitesse. Croisant ses deux lames le tueur au manteau rouge s'interposa, encaissant le coup avec souplesse. Le combat devenait tendu...

Le vampire était l'incarnation de la concentration. Les yeux fermés il n'avait plus aucune conscience du monde qui l'entourait. Néanmoins il sentait qu'un danger extrême n'était plus très loin de lui, et que ça ferraillait beaucoup... Sversson tentait de discerner le mana contenu dans toute chose magique. Il voyait danser celui de l'épée de Balder, bleu sombre, profondément encré dans l'acier runique de sa lame. Etrangement le Joker lui-même irradiait d'un mana rouge vif, était-il donc une créature magique ? Mais laquelle ? Duncan n'avait guère le temps de se poser la question ! Il cibla l'esprit qui apparaissait en gris clair, un enchantement complexe le maintenait prisonnier de cette armure. Si le spectre avait possédé un corps vivant il aurait été impossible de l'expulser, ou pas si facilement, mais là il était juste lié à un objet matériel. D'ailleurs il semblait être là contre son gré, car même si le sort qui le tenait était puissant son essence tentait de fuir ! Cela rendait l'opération d'autant plus évidente... Concentré, Sversson commença à délier la toile de l'enchantement, brisant le construct morceaux après morceaux, rapidement il s'effilocha, comme un boute de tissu usé. Des filaments de mana se désagrégèrent, le sortilège, aussi parfait soit-il, n'était plus que l'ombre de lui-même... L'envie de s'échapper de l'esprit fit le reste.

L'armure s'arrêta dans son geste, alors qu'elle était prête à couper la tête de Balder. Elle resta un instant figée, puis les plaques d'acier s'écroulèrent avec fracas sur le sol humide. Duncan rouvrit les yeux, admirant son travail.

« - Ca c'était bien joué, lança Sörg essoufflé.

- C'était surtout juste ! ajouta Lillya.

- Je te rappelle que c'est toi qui as voulu venir... »

L'affrontement avait été d'assez courte durée, mais vraiment intense. Un vent quasi-surnaturel s'était levé, il était glacial. Sversson sentit que quelque chose d'anormal se tramait, les pierres du portail se mirent à irradier de magie, il semblait juste manquer un élément déclencheur pour que le passage s'active. Soudainement une voix s'éleva dans le crâne du vampire, elle était lointaine et traînante, un peu comme un écho.

« - Merci de m'avoir libéré... C'est l'Archidiable qui m'avait emprisonné dans cette armure... »

Duncan était figé, les yeux fixant le vague. Tout le monde le regardait avec inquiétude, ne comprenant pas vraiment ce qui était en train de se passer. Balder osa demander :

« - Ca va ? »

Evidemment il n'obtenu aucune réponse. Le nécromencien était focalisé sur cette voix, il entendit de nouveau, mais cette fois-ci elle paraissait plus proche et plus murmurante :

« - Tu as brisé mes chaînes... Tu es animé par la vengeance, une terrible vengeance... Cela fait... mille ans que je sers le démon... Je veux... t'aider... »

Sversson répondit à voix haute, faisant sursauter tous ses compagnons, à l'exception du Joker qui ne paraissait pas vraiment se troubler de la situation :

« - Comment ? »

La voix souffla dans l'oreille du vampire :

« - Je suis... Fangorn, ancien guerrier céleste de la Grâce Suprême... J'ai aimé Stella... Si tu me laisses le corps d'un tes compagnons, j'aiderais à faire payer... sa mort... »

- Tu es l'âme d'un ange ? Tu as connu Stella avant que je ne la rencontre ? Est-ce que tu peux lui parler ? »

Sörg fronça les sourcils, il commençait à comprendre la situation, son ami était « autre part ». Encore un truc magique pensa t-il. Il secoua la tête et décida de se taire, de toute manière il n'avait pas vraiment le choix.

« - Je peux... lui parler... Mais nous n'avons pas le temps... D'ici quelques minutes Korn réussira sa quête... Ton monde sera condamné...

- Prend mon corps alors.

- C'est impossible... Tu es... mort, vampire... Il me faut un être qui possède encore son âme... Pas d'inquiétude, je repartirais dans mon domaine une fois cette histoire... achevée... »

Duncan analysa les paroles du spectre à toute vitesse. Au vu de ses talents martiaux il ferait un précieux allié, et des plus loyal car Sversson pouvait sentir l'origine divine de cette essence, une pureté absolue. Il n'imaginait pas ce qu'elle avait dû endurer à servir les desseins des enfers contre son gré, il osait encore moins penser aux conditions de sa capture... Le nécromencien ne voulait pas que le Joker bénéficie de la force de l'esprit, il était déjà suffisamment dangereux pour ça. Alors il se tourna vers deux amis mortels, déclarant d'une voix solennelle :

« - L'un de vous deux doit laisser son corps au spectre que nous avons vaincu. Il nous aidera le temps que l'on combatte Korn, je n'ais pas le temps de vous expliquer, mais faites moi confiance.

Balder eut un mouvement de recul :

- Me faire posséder ? Même temporairement je ne veux pas ! Remercie le mais on se débrouillera sans lui...

- Mon dieu que les hommes sont orgueilleux ! Dis lui que moi j'accepte, au moins je pourrais me rendre utile ! lança Lillya d'un ton déterminé.

- Quoi ? Non ne te mets pas plus en danger ! répliqua sèchement Sörg.

Duncan intervint, coupant court à la protestation :

- Réfléchit, elle sera moins en danger avec les talents de guerrier d'un ange !

- C'est un ange ? Hmmm... De toute façon je suppose qu'on n'a pas le temps de tergiverser... »

L'humain marmonna à dans sa barbe, sachant pertinemment qu'il aurait tord dans cette affaire. Néanmoins l'idée de voir sa fiancée possédée par un autre ne lui plaisait pas outre mesure.

« - Que dois-je faire ? demanda Lillya.

- Abandonne-toi à lui. »

La jeune femme sentit soudainement comme une pression dans son esprit, c'était très fort. D'abord elle résista, par pur réflexe de défense, mais rapidement elle se reprit et s'ouvrit à cette nouvelle présence. C'était extrêmement troublant, jamais dans sa vie elle n'avait éprouvée ça ! C'était comme si un liquide glacé s'était mit à couler dans ses veines, son coeur s'emballa, cognant dans sa poitrine, s'en était douloureux. Mais elle ne pu crier, n'ayant plus le contrôle de rien. Pendant un instant elle cru tomber par terre, mais son corps se durcit, se tendit, ses muscles se contractèrent, un étrange frisson parcouru son échine, ses mains s'ouvrirent. Elle se sentait plus forte que jamais, capable d'affronter le monde entier. Son mental était devenu inébranlable, l'idée de combattre des démons ne lui faisait plus peur, mais elle savait qu'elle n'était plus tout à fait elle-même. L'esprit qui avait prit possession de son corps s'appelait Fangorn, il lui expliqua rapidement qu'il s'occupera de tout, et qu'elle n'avait pas à avoir peur. Lillya fit un pas en avant, puis deux. Ramassa l'épée du spectre, elle ne pesait plus rien entre ses doigts, puis d'un geste ample et puissant, frappa une des pierres du portail !

Une gerbe d'étincelle vola dans les airs, un arc électrique passa de roche en roche, crépitant et grondant. Il convergea ensuite vers le centre du cercle, frappant le sol. L'herbe fut brûlée, quelques petites flammèches s'accrochaient encore à la terre, là ou un portail magique venait de s'ouvrit, d'une couleur bleue sombre.

« - Le chemin vers la gloire ou la mort, déclara sombrement Balder. »

Le groupe s'élança sans hésiter. Le voyage fut de courte durée, moins d'une fraction de seconde. Sörg commençait presque à s'habituer aux téléportations, mais cela restait tout même déstabilisant. En fait il s'inquiétait surtout pour ce qui allait lui tomber dessus de l'autre côté ! Et il n'avait pas tort... Il sentit de nouveau le sol sous ses pieds, un sol grisâtre, formé d'une unique et immense dalle de pierre. Il se trouvait à présent au centre d'une grande salle cubique. Le portail se dissipa derrière lui, sans un bruit, en une pluie de flammes bleues.

« - Alors c'est cette bande de larve qui a battue le gardien ? Je m'attendais à mieux... »

Balder leva les yeux, au bout de la pièce, ou il y'avait l'unique sortie possible, se tenait une vingtaine d'hommes en toges rouges. Celui qui avait prononcé cette phrase était particulièrement grand et arborait un visage méprisant et hautain. Aucun ne semblait disposé à la négociation, surtout lorsqu'ils dégainèrent tous une épée à l'acier bien astiqué.

« - Lâchez vos armes, mortels, et on vous offrira une mort plus douce. »

Duncan ne pu s'empêcher de rire, la menace ne lui fit aucun effet.

« - Commence par ne pas m'appeler mortel... »

La seconde d'après le nécromencien avait incanté un sort d'une voix rauque, des ténèbres l'entourèrent, le rendant presque invisible. Faisant appel à sa rapidité vampirique Sversson avait dévoré la vitesse qui le séparait des fanatiques de Diablo. Avec l'élan de sa charge il avait littéralement tranché en deux un homme de sa lame d'os. Une mare de sang cascada par terre, suivit d'un monceau d'entrailles qui chuta en un immonde bruit mat, le haut du tronc roula devant les camarades de la victime. Un moment d'hésitation s'empara des membres de la secte, mais rapidement ils se reprirent pour contre attaquer...

Le Joker avait sortit ses magnums, son manteau tournoya dans les airs, il pointa ses armes vers l'ennemi, sans même prendre le temps de viser, il se mit à arroser. Un déluge de balles perfora les torses et les crânes, des bouts d'os et de cervelle giclèrent sur les visages des survivants, aucun n'en réchapperait... Lillya courrait avec une grâce incroyable, semblant ne même pas toucher le sol. Derrière elle Balder la talonnait avec beaucoup moins de classe, mais son visage menaçant et déformé par la colère faisait presque peur à voir ! Hurlant de rage il balança sa lame sur le premier fidèle venu, qui para trop haut et reçu l'acier tranchant sur les doigts. Il eut juste le temps de voir ses phalanges tomber qu'il était embroché sur le fil acéré de Lillya.

Duncan contrait à gauche, à droite, encerclé par une dizaine d'adversaires, au coeur d'une furieuse mêlée. Il laissait des traînées d'ombre à chaque mouvement, il en devenait difficile à discerner et les coups ennemis se perdaient souvent dans le vide. Se déplaçant à une vitesse aveuglante il percuta une mâchoire de son poing, enchaînant dans la foulée avec un estoc qui termina sa course dans l'abdomen de sa victime, laissant une plaie pas très jolie à voir... L'homme s'effondra en gémissant. Le vampire exécuta une roulade en avant pour esquiver une pluie d'attaque venant dans son dos, se retrouvant hors du dangereux encerclement. D'un bond il fut de nouveau debout, faisant volte-face tout en réalisant un arc de cercle meurtrier avec son épée, sectionnant la colonne vertébrale de deux fanatiques trop lents à se retourner. Ils tombèrent lamentablement par terre, rejoignant leurs frères dans la tombe...

Balder était halluciné par les prouesses de Lillya. Elle tailladait à tout va, virevoltante, intouchable. La pointe de sa lame égorgeait, étouffant les cris des mourants dans d'immondes gargouillis. Le fil de sa lame éventrait, laissant ses proies sans voix lorsqu'ils voyaient leurs tripes à l'air, et la garde de sa lame fracassait les crânes des imprudents qui s'approchaient d'un peu trop près. Sörg s'était même un peu écarté, de peur de gêner !

Le Joker, lui, avait gardé ses distances, se contentant de faire du tir au pigeon. Il ne ratait jamais sa cible, aucune balle n'était perdue, même au milieu de l'agitation. Il gardait toujours son sourire mauvais, qui paraissait s'accentuer dans le feu de l'action... Un léger tintement métallique, celui d'une douille rebondissant sur le sol de pierre, marqua la fin du combat. Les fanatiques n'avaient vraiment pas fait de vieux os !

« - Personne n'est blessé ? demanda Duncan alors que les ténèbres qui l'entouraient se dissipaient.

Balder regarda autour de lui, puis répondit :

- Non.

- Parfait, avançons, je sens une très forte magie non loin d'ici, conclu Sversson. »

Le groupe enjamba les cadavres sanguinolents, Sörg ne pu s'empêcher de grimacer en voyant les corps mutilés et décapités étalés par terre. Ces images resteraient gravées dans sa mémoire si il survivait à cette folie...

Ils traversèrent un long couloir, de chaque côté il y'avait des portes qui donnaient sur des chambres spartiates, à présent vide. L'endroit paraissait presque abandonné. Mais au bout du passage se dressait une double porte de bois magnifiquement sculptée de runes. De l'autre côté on entendait des incantations étouffées, Korn n'était plus très loin. Rien qu'à cette pensée Duncan avait accéléré le pas, l'épée à la main. Sans hésiter il avait donné un grand coup de pied dans la porte, les battants claquèrent contre les murs avec fracas.

La salle qui s'étendait face au vampire était large et circulaire, le plafond semblait invisible tant il était haut et voûté, il n'y avait aucune fenêtre, aucune source de lumière, mais pourtant tout était baigné d'une lueur rouge sombre. Au centre s'élevait une arche faite d'os humain imbriqués les uns avec les autres par une magie maléfique et antique. Korn tournait le dos aux arrivant, les bras en l'air, en train d'invoquer un puissant sortilège pour activer le macabre portail qu'il avait sûrement lui-même conçu. A côté de lui, le regard luisant et supérieur, se tenait un humain d'une quarantaine d'année : Kendrak Obarskyr. Le mage au visage cruel s'était avancé vers Sversson.

« - Allons vous arrivez trop tard... Juste à temps pour mourir de ma main. »

Il leva une main, une arabesque noire suivit son geste, il allait prononcer un mot de pouvoir lorsque la voix tonitruante de Joraëll l'interrompit :

« - Suffit Kendrak ! J'ai besoin d'une âme de valeur pour achever l'ouverture du portail.

- J'allais justement en prendre quelques unes...

Duncan cracha d'un ton haineux :

- Tu n'auras rien, pauvre minable. Korn vient là, et affronte moi ! »

Ponctuant sa déclaration le vampire avait brandit son épée, prêt à trancher tout se qui pourrait s'opposer à lui. Obarskyr se mit à incanter à toute vitesse, mais fut soudainement interrompu, ses mots de pouvoir s'étranglant dans sa gorge. Le ricanement sourd de l'archidiable fit hésiter le mort-vivant, quelque chose n'allait pas... Un sifflement métallique retentit dans la salle, et le sorcier fut soudainement emporté en arrière, ses bras cherchant lamentablement à se raccrocher à quelque chose. Qu'est-ce que c'était que ça ? Korn se tourna enfin vers le groupe hétéroclite, un sourire ourlant ses lèvres.

« - Merci, Kryviska. »

Une femme à la peau rouge sang était apparue dans un coin de la pièce, à croire qu'elle venait de se téléporter ! Ce qui en fait n'était pas improbable... Outre sa beauté à couper le souffle elle était entièrement nue, sauf qu'une chaîne enserrait certaines parties de son corps, son extrémité étant en se moment même enroulée autour de la gorge de Kendrak. De petites cornes et une paire d'ailes noires trahissaient son appartenance démoniaque. Duncan reconnu immédiatement une succube.

« - Maintenant je vais pouvoir terminer ce que j'ai commencé...

- N'y compte même pas. »

Sversson bondit comme un tigre, mais fut stoppé en plein vol par Kryviska, d'un coup de chaîne qui avait filé si vite qu'aucun oeil n'aurait pu le suivre ! Les maillons claquèrent contre les côtes du vampire qui se retrouva violemment projeté au sol, surprit par la démone. Mais ce n'était pas ça qui allait suffire à entamer sa détermination... Dès qu'il se retrouva par terre ses compagnons réagirent comme un seul homme, et se jetèrent tous sur Korn, avec la ferme intention de le tuer avant qu'il n'ouvre le portail.

Mais l'archidiable n'eut qu'à lever une de ses mains griffues pour arracher l'âme du cadavre d'Obarskyr, et la projeter sur sa construction infernale. Les ossements se mirent à vibrer, si bien que pendant un instant on aurait pu croire que tout aller s'effondrer tout seul. Hélas ce ne fut bien évidemment pas le cas. Un halo noir s'étira depuis le centre de l'arche jusqu'à ses bords, pour finalement former un demi cercle d'environ quatre mètres de diamètre. Un passage direct vers les plans inférieurs venait d'être ouvert...

Duncan fut horrifié à la vue du portail, mais rapidement ce fut la rage qui prit le dessus, il n'avait pas fait tout ce chemin pour rien ! Il ne laisserait pas Korn s'en sortir aussi facilement, aucun autre monstre ne pourrait l'empêcher d'assouvir sa vengeance, ils allaient tous mourir, tous ! Inspirant profondément, le vampire bondit de nouveau, et cette fois-ci trop vite pour la chaîne de Kryviska qui claqua dans le vide ! D'un revers d'épée il visa la gorge de Joraëll, qui croisa ses griffes aussi tranchantes que l'obsidienne, et stoppa net l'attaque.

« - Enfer venez à moi ! »

A l'appel de Korn le sol se mit à trembler, à gronder. Le monde était proche de sa fin. Des piaillements suraigus percèrent les tympans des héros, suivit des horribles plaintes des damnés. L'armée de Diablo était en marche. Une nuée de démon mineur émergea du portail, ils arrivaient en flot continu, armés d'épée, de hache ou de masse, leur visage grimaçant, déformé et moche hurlait le mal qui les habitait. Ils étaient prêts à mourir pour leur maître, à déverser leur immonde bile sur Sanctuary. Balder resta un instant figé face à ce déluge, puis saisissant son épée de ses deux mains, il s'élança à la rencontre d'un ennemi bien supérieur. Derrière lui venait Lillya et le Joker. Quatre personnes face à des centaines de monstres effroyables. Ce n'était pas un combat très équilibré...

Le temps sembla ralentir, d'un côté la marée noire, de l'autre les ultimes défenseurs de Sanctuary. Les deux camps courraient à la mort, mais sur aucun des visages on ne pouvait lire la peur, juste une haine millénaire qui pouvait enfin se libérer, prenant libre court à la folie destructrice. Le choc fut d'une violence extrême.

En un cri continu Sörg venait de planter son épée dans le crâne d'un déchu, le traversant de part en part. Lillya s'était littéralement jetée dans la masse, sa lame décrivant une succession d'arcs mortels qui brisaient les rangs démoniaques. Le Joker ne se laissait jamais approcher, ses adversaires perforés par une grêle de balles tueuses de démon, on pouvait juste entendre leurs couinements lorsqu'ils s'écroulaient pitoyablement dans les jambes de leurs congénères. Tranchant une tête, Balder prit le sabre de sa nouvelle victime dans sa main libre, ne faisant même plus attention à sa garde, il se lança dans un enchaînement de coups meurtriers, guidé par sa pure inconscience, sa témérité et sa folie. Il entra dans une sorte de transe, il ne se sentait plus lui-même, il se contentait d'avancer et de frapper comme une brute, les fils acérés de ses épées taillaient les membres et ouvraient les torses. La chair, le sang et les os giclaient dans les airs. Il criait comme un dément, couvert des fluides vitaux de ses victimes, abattant plus d'ennemi qu'il s'en saurait cru capable !

Lillya avait fait de même, plongée à corps perdu dans la furie, mais avec beaucoup plus de finesse de grâce, préférant l'esquive à la parade pour lancer des contre-attaques encore plus terribles. Elle dardait la pointe de son épée et tranchait les carotides sans sourciller, dans un silence effrayant. Les démons hésitaient presque à s'y frotter, tant elle était rapide et précise, aucun ne survivait plus d'une fraction de seconde à un affrontement direct avec elle. Aucun de ses gestes n'étaient réalisé au hasard, réalisant un ballet mortel ou ses cavaliers s'écroulaient les uns après les autres.

Le Joker, resté en retrait, comme à son habitude, avait attiré l'attention de Kryviska, qui n'avait pas essayée de frapper les mortels au coeur de la mêlée, il y'avait trop de larbins pour qu'elle soit vraiment efficace. Lentement elle s'était approchée de lui, mais elle avait bien trop sous-estimée le tueur. Rompu aux exercices de discrétion il l'avait immédiatement repéré, et s'était tourné vers elle avec un sourire si froid que la succube avait tout de suite doutée qu'il soit vraiment humain ! Ne se laissant pas pour autant impressionnée elle envoya sa chaîne en un coup direct et rapide. Qui fut proprement esquivé par le Joker, d'une roulade sur la gauche. L'assassin s'était relevé, ses magnums crachant une avalanche de projectiles mortels. La diablesse écarquilla les yeux et se courba soudainement en arrière. Posant ses mains au sol elle profita de l'impulsion pour réaliser un saut d'une souplesse incroyable et se réceptionna sur ses deux pieds, elle recommença autant de fois qu'il fallu, suivie par les tirs du tueur, surprit de ne pas réussir à toucher sa cible ! Chaque balle perdue éclatait le sol de pierre en une myriade d'éclats coupants, manquant de peu la succube. Agacé, le Joker arrêta le feu, la démone stoppa son enchaînement de saut. Cruelle erreur.

Le tueur avait anticipé la réaction de la diablesse et avait appuyé sur la gâchette. Ce coup-ci elle ne pu l'éviter, et elle sentit quelque chose de très froid dans son abdomen, un mince filet de sang se mit couler le long de sa hanche droite. Ca faisait très mal... De rage elle avait balancée sa chaîne sur le revolver gauche de l'assassin, qui ne pu se sauver du désarmement éclair. Le magnum sauta dans les airs et retomba à quelques mètres de là, dans la mêlée générale. Ne paraissant pas vraiment perturbé par l'évènement, le Joker rangea son autre flingue et dégaina ses deux longs couteaux, puis se mit à courir vers la démone blessée. Elle n'avait pas encore tout vu celle-là...

Ducan se demandait comme il allait pouvoir triompher de Korn, l'archidiable était la puissance personnifiée... Il avait invoqué sa fameuse épée de flamme, et chacun de ses coups se faisait de plus en plus forts et rapides ! A ce rythme là le vampire ne tiendrait plus très longtemps... Sa garde était précipitée, ses esquives toujours un peu trop juste, et il n'avait plus le temps d'en placer une. C'était d'autant plus frustrant que Joraëll ne cessait d'afficher un air supérieur particulièrement énervant ! Sversson évita une frappe de haut en bas d'un bond sur la droite, l'arme du démon fendit l'air jusqu'à la pierre, enfonçant sa lame dans plusieurs centimètres de roche. Duncan profita de l'ouverture pour enfin passer à l'offensive, sa lame squelettique fila dans les côtes de Korn, protégées par un plastron d'acier noir. Les vertèbres de l'étrange épée du vampire défoncèrent l'armure et entamèrent la chair du monstre, puis l'estoc ripa contre les os du diable, emportant avec lui une giclée de sang anthracite. Grognant de colère, Joraëll retira son arme du sol et réalisa un revers dévastateur, qui couru en direction du flanc droit de Duncan. Sversson n'arriva pas à ramener sa lame à temps pour bien stopper l'assaut, il ne pu que serrer les dents. Il sentit les flammes du démon lécher son corps, la force du coup repoussant sa garde maladroite et le projetant par terre. Il roula au sol, se cognant la tête sur la pierre, un atroce goût de sang dans la bouche. Korn s'approcha, l'air victorieux, puis leva son épée :

« - Adieu, insecte. »

Balder n'en pouvait plus, ses bras étaient tétanisés par l'effort, ses muscles semblaient prêts à lâcher. Sa tête tournait à cause de l'épuisement, ses doigts se faisaient gourds, il avait envie de laisser tomber ses armes et de s'écrouler. Mais il ne pouvait se le permettre... L'ennemi, innombrable, arrivait toujours. Il y'avait du sang partout, sur le sol, sur les corps, sur les armes et surtout, sur lui. Il en était couvert des pieds à la tête, ses cheveux étaient collés par ce liquide vermeil, ses pas glissaient sur les dalles devenues poisseuses. A bout de force et nerf il fracassa le crâne d'un démon de plus, la cervelle du monstre s'écoula mollement par terre. Balder ne faisait même plus attention à ces visions d'horreurs, il s'accoutumait à la mort sous toutes ses coutures, et il n'arrivait même plus à se poser des questions de toute manière. Mais combien de temps tiendrait-il encore ?

Lillya surpassait bien ses adversaires pour vraiment leur prêter attention, les compétences martiales de l'ange qui était en elle la rendait presque invincible. Mais il ne fallait pas non plus qu'elle se fasse à cette fausse impression, car ce n'était pas vrai. Du coin de l'oeil elle remarqua que Duncan était en grosse difficulté face à Korn. L'esprit de Fangorn ne perdit pas une seconde, il avait enfin l'occasion de se venger de l'archidiable, après un millier d'années de servitude ! Un petit groupe de minions tenta de lui barrer le passage, avec autant d'efficacité qu'un rang d'infanterie face à une charge de cavalerie lourde. L'épée tenue par Lillya trancha d'un beau geste la tête d'un démon, qui sauta comme un bouchon. Les monstres s'écartèrent, impressionnée par l'allure de la guerrière. Sans s'attarder plus longtemps elle profita du temps mort pour réaliser un bond hallucinant au dessus de leurs têtes.

Joraëll avait remarqué la manoeuvre de Lillya au moment ou il allait frapper Duncan. Mais il était bien trop tard, la femme téméraire était déjà en position, son arme fila à une vitesse aveuglante, guidée par la force et la précision mortelle de Fangorn. L'acier enchanté brilla dans le regard dur de l'archidiable, durant une fraction de seconde le temps sembla se figer, et le coup tomba comme le tonnerre. Le fil acéré de la lame mordit la chair, tranchant les muscles de l'épaule armée de Korn. Elle éclata le plastron du démon sans peine, puis fendit sa clavicule, il ne manqua pas grand-chose pour que l'attaque coupe net le bras du monstre ! Le sang maléfique se mit à couler à flot, un cri venu des entrailles du diable fit trembler les murs, les flammes d'une colère sans nom se mirent à danser au fond de ses yeux.

La vengeance de Joraëll fut d'une efficacité redoutable, il leva son bras indemne en l'air et incanta un puissant mot de pouvoir qui fracassa les oreilles de tout les combattants. Ce fut comme si une explosion titanesque venait d'éclater, les victimes étaient complètement sonnées par l'impact sonore, titubantes, elles manquaient de s'écrouler toutes seules par terre. L'archidiable enchaîna avec une unique arabesque noire, son poing se recouvrit soudainement d'acier liquide, qui durcit rapidement et qui termina dans le visage de Duncan, déjà à moitié assommé par le sort précédent. Les os du vampire craquèrent les uns après les autres, en une macabre symphonie. Son corps se tordit, il ne sentit plus le sol sous ses pieds, et paru flotter pendant quelques instants... La seconde d'après et il retombait violement sur la pierre, brisant une dalle entière en éclat ! Le choc fut extrême. Se déplaçant à une vitesse inouïe le démon s'était retourné face à Lillya, qui tentait de tenir une garde après l'explosion sonore. Korn chargea bien trop vite, et se retrouva sur la jeune femme en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, son poing de fer fila dans les côtes de l'humaine, qui cru mourir sur le coup. Elle ne tomba pas, l'esprit de Fangorn imposant une discipline supérieure à l'organisme submergé par la douleur, mais cracha beaucoup trop de sang. Le monstre balança un revers d'une force destructrice et les yeux de la guerrière se voilèrent de blanc. Une douleur aigue ravagea son cerveau, ça faisait si mal ! C'était horrible, sa nuque vibra, ses muscles se déchirèrent, son corps si frêle s'écroula par terre... Elle ne sentait plus qu'un liquide chaud couler le long de son visage, son propre sang, le sien, qui coulant par vague, se mêlait à celui de toutes ses victimes. L'épée de Lillya rebondit une fois sur le sol et ne bougea plus.

En voyant ça Balder hurla encore plus fort, vidant le peut d'air qui lui restait dans les poumons. Jamais il ne s'était sentit aussi énervé, ce n'était même pas de la tristesse qu'il avait ressentit en voyant sa fiancée mourir, mais de la haine pure. Il était épuisé, mais sa rage l'avait mit dans un état second, il ne se sentait plus lui-même, il était le fléau des démons qui l'entouraient. Jamais de se vie il n'aurait cru pouvoir se battre aussi bien, et résister autant à la douleur. Mais sa chance ne pouvait durer éternellement... Il tua un déchu de plus, fendant la moitié de son torse en deux, son autre main ouvrit la gorge d'un démon qui essayait de le prendre à revers. Il enchaîna sans coup férir, tranchant les membres et les têtes, tentant de se frayer un passage jusqu'à Korn, une rage indicible s'accrochant à chacun de ses mouvements. Il récoltait des blessures, mais s'en moquait pas mal. De toute manière il n'arrivait plus à savoir si le sang qui était sur lui était le sien ou pas.

« - Bande d'ENFOIRES, laissez moi PASSER ! »

Avec la force qu'il lui restait il renversa un déchu d'un coup de plat de lame, puis l'acheva au sol avec son autre arme. Deux autres voulurent s'interposer mais un ciseau mit fin à leurs belligérances, les laissant avec un large sillon au milieu de la poitrine. Cette fois-ci il y était, Korn l'avait observé d'un regard supérieur, ne prenant même pas la peine de lever un petit doigt. Les démons mineurs lui courrant après, Balder se jeta sur l'archidiable, toute sa colère concentrée dans une puissante frappe verticale.

Le coup tomba avec plus de violence que ne l'avait estimé Joraëll, et lorsque la lame se fracassa contre la main en métallique de l'infernal, celui-ci ressenti une vive douleur dans tout le bras, encore tremblant du choc. Il grimaça, son enchantement avait été brisé par l'attaque rageuse ! C'était tout bonnement... Enervant. Encouragé par son succès le mortel continua son offensive, visant le torse du monstre. Mais cette fois-ci le diable ne se laissa pas prendre... Il esquiva rapidement, laissant l'acier de l'humain fouetter le vent. Sa contre-attaque ne se fit pas attendre, il profita que Sörg soit emporté par son élan pour lui balancer un uppercut qui le renvoya au milieu des déchus ! Mais lentement, Duncan s'était relevé...



Les passes d'armes entre Kryviska et le Joker atteignaient une vitesse impressionnante, c'était si fluide et si parfaitement exécuté que l'on aurait cru à une sorte de ballet mortellement dangereux... La chaîne de la démone sifflait, le tueur s'échappait et contre-attaquait avec ses couteaux, toujours trompés par la souplesse de l'adversaire. L'assassin commençait à s'exaspérer de la situation, et décida finalement de forcer sa chance. Il fit mine de charger, garde haute, laissant son abdomen exposé. Kryviska ne rata pas cette occasion et balança sa chaîne dans un terrible mouvement circulaire qui fracassa les côtes du Joker. L'homme tomba à la renverse et roula sur le dos, faisant semblant de s'assommer à moitié sur la pierre. Evidemment il avait terriblement mal à la poitrine, à chaque fois qu'il respirait il avait l'impression que son torse allait exploser ! Mais il comptait sur l'arrogance de la diablesse pour assurer sa victoire...

« - Pauvre imbécile... Tu t'es pris dans ma toile ? Ne t'inquiète pas je vais m'occuper de toi...»

Comme prévu la démone était tombée dans le piège. Elle s'approcha de son pas léger, ne pouvant résister à de la chair fraîche, pour régénérer ses blessures. Elle s'accroupit à côté du Joker, attrapant son menton d'une main à la peau trop douce pour être innocente. Son regard de braise croisa les yeux haineux du tueur, c'est à cet instant précis qu'elle comprit que quelque chose n'allait pas.

Le bruit d'un cran de sécurité que l'on retire atteignit les oreilles de la diablesse. Elle eut un moment d'hésitation puis cracha d'une voix méprisante :

« - Tu crois vraiment pouvoir me tuer avec ça ?

- Ces balles on été enchantées contre ceux de ta race... »

Le Joker eut un sourire terrifiant, un rire fou s'échappa de sa gorge, et son doigt appuya sur la gâchette. Une détonation sourde éclata entre les deux ennemis, Kryviska sentit sa vie s'envoler lorsque que ses organes vitaux se déchirèrent sur le passage meurtrier du tir. Cette fois-ci ça en était finit pour elle, il ne restait plus qu'une légère étincelle de vie dans ses beaux yeux. Malgré tout elle réussit à murmurer d'un ton amer :

« - On se reverra... En enfer... »


Le vampire ne s'était pas arrêté de frapper Korn, mais le démon avait invoqué une sphère brillante et indestructible autour de lui. Chaque coup se voyait repoussé sans que le démon n'ait à lever le petit doigt. Joraëll s'amusait de l'acharnement de Duncan, il avait envie de le laisser se fatiguer contre lui, mais ce jeu avait assez duré... Ricanant il commença une autre incantation, du mana se concentra entre les doigts de sa main libre, formant une boule d'énergie bleutée. Sversson comprit à cet instant précis que sa vie ne tenait plus à grand-chose. Il frappa une dernière fois sur le manteau magique du démon et essaya d'invoquer une protection à son tour. Hélas les pouvoirs de sorcier de l'archidiable surpassaient largement ceux du vampire... Et lorsque Korn projeta un éclair scintillant sur Duncan le bouclier mineur du nécromancien vola en mille éclats ! La décharge électrique continua sa course, touchant de plein fouet le mort-vivant, brûlé à vif par l'énergie crépitante. Sversson fut de nouveau projeté au sol, mais cette fois-ci ce fut encore plus douloureux... Et il savait que dans quelques secondes la mort le faucherait sous la forme d'une épée enflammée.

Balder n'était pas resté K.O plus d'une seconde, encore heureux pour lui, car des déchus s'étaient penchés sur lui, prêts à l'égorger. Une rafale de balla faucha les petits démons qui poussèrent des couinements pitoyables au milieu d'une pluie d'éclaboussures de sang. Le Joker s'amusait de nouveau à faire du tir au pigeon, jouant l'as du revolver, rôle qu'il tenait très bien. D'un revers de lame Sörg chassa un survivant en lui ouvrant le crâne, puis se releva difficilement. Il avait perdu une épée, il ne lui restait plus que sa lame enchantée. Il avisa rapidement la situation : Duncan allait se faire découper par Korn. Se traînant comme il pu, Balder leva son arme, tout son corps était douloureux, poussé à bout... Mécaniquement il avança vers le diable, le Joker lui ouvrait la marche à coup de pistolet. D'ailleurs il y'avait de moins en moins de déchu qui franchissait le portail, le flot s'était presque arrêté ! Les monstres en avaient-ils assez de se faire décimer ?

Sörg boitait, il en avait marre de ce combat, il en avait marre des démons et il en avait marre de se faire fracasser ! Et en plus sa fiancée était morte, et cela s'ajoutait à sa colère. D'un pas lourd il s'avança dans le dos de Joraëll, cet enfoiré ne payait rien pour attendre ! Nerveusement l'humain prit son épée à deux mains, visa la tête du monstre, et s'apprêta à la fendre. Balder du se tendre au maximum pour toucher le somment du crâne du démon de plus de deux mètres... Mais ainsi sa frappe prit encore plus d'amplitude... Et lorsqu'il tomba se fut avec une force incroyable pour un mortel !

Korn ne vit rien venir, il pensait avoir tué Sörg sur le coup tout à l'heure... C'était un mauvais calcul... L'acier enchanté explosa le bouclier magique de l'archidiable, une pluie d'étincelles colorées vola dans les airs, c'était magnifique. Mais le choc retour fut terrible pour Balder, son épée lui échappa des mains et il tomba sur le cul, complètement sonné ! Ses muscles étaient complètements ankylosés, c'était à peine si il arrivait à bouger ses orteils. Le diable fit volte-face, affichant un sourire vraiment horrible. Sörg ne réussit qu'à ouvrir bêtement la bouche, pétrifié, désarmé, épuisé, désemparé.

Sversson avait fait un serment : Venger la mort de son amour. Cet amour à présent enterré pour l'éternité pendant que son meurtrier se tenait victorieux à un mètre à peine. Une vue insupportable. L'esprit du vampire était ravagé par une haine noire et destructrice, jamais il ne pourrait trouver le repos avant d'avoir tué Korn, puis tout les démons des enfers ! La folie l'animait, son regard d'ordinaire calme et sombre brillait d'une tempête dévastatrice. Il voulait exterminer Joraëll, voir le masque de la défaite gravé sur sa face arrogante alors qu'il enfoncerait sa lame bien profondément dans ses entrailles puantes ! C'était la dernière chose qui pourrait lui apporter un quelconque plaisir, la vue du cadavre de sa Némésis. Il se mit à genou, puis debout. Korn avait du pressentir quelque chose, parce qu'au lieu d'achever Balder il s'était tourné. Tourné pour parer de justesse un estoc désespéré du vampire. Mais le bras blessé du démon eut du mal à contenir toute la haine accumulée de Sverssson... Les deux adversaires croisèrent le regard et le fer.

Mais même affaibli Joraëll était en train de prendre progressivement l'avantage, sa force était colossale. Alors que Duncan sentait sa vengeance lui filer en les doigts, lorsqu'une détonation de revolver se répercuta dans toute la salle... Le Joker venait justement de tirer une balle dans l'épaule armée de l'archidiable. Le monstre frémit et il relâcha ses muscles pendant un instant, une vive douleur lui remontant jusqu'à l'échine. Ce fut sa dernière sensation car Sversson en avait profité pour presser son avantage et avait proprement entaillé la carotide du démon. Le regard de Korn se fit bien moins fier, on pouvait y lire un orgueil battu et la colère de la défaite, alors que le vampire avait une mine arrogante de triomphe !

« - Pour Stella... »

Cette fois-ci l'épée du nécromant traversa la gorge du diable de part en part, lui arrachant un gros bout de chair sanguinolent. Joraëll ne cria pas, au déplaisir de son adversaire... Lorsque le corps du monstre tomba enfin par terre, vaincu, Duncan le décapita d'un geste rageur, s'assurant de sa mort.

« - Enfin... »

Il ne ressentit pas de joie, même pas un soulagement, juste une sensation de calme intérieur. Le feu de sa haine était calmé, pour l'instant... Il regarda les amoncellements de cadavres autour de lui, le sol rougit par le sang, Balder de la même couleur, qui tenait à peine debout. Le Joker semblait le seul à s'en sortir sans trop de casse, comme d'habitude. Il restait Lillya, morte, sur la pierre froide. Sörg sentit des larmes lui monter aux yeux, tout ça pour ça ? Et le portail n'était toujours pas fermé... Quoiqu'il semblait perdre en puissance.

L'humain marcha lentement vers sa bien-aimée, son corps meurtri, brisé par la puissance du démon. Il se pencha vers elle pour la serrer dans ses bras, mais à cet instant précis une secousse ébranla le sol et il manqua de s'écrouler à son tour ! Le monde se mit à trembler, d'abord doucement puis de plus en plus violement ! Le marbre se fendait dans un fracas incroyable, Duncan cherchait à comprendre ce qu'il se passait, et rapidement il trouva une réponse :

« - Ce lieu a dû être conçu par la magie d'un sorcier ou de Korn, maintenant qu'ils sont morts il s'autodétruit !

Le Joker qui ne comptait pas rester ici demanda à travers le chaos :

- Et comment faisons nous pour sortir de là ?

- Il faudrait emprunter le portail par lequel nous sommes venus, le problème c'est qu'il devait aussi fonctionner avec la magie de son créateur !

- QUOI ?! Tu veux dire que nous sommes COINCES ICI ?! hurla Sörg à bout de nerf.

- Il reste ce portail là... Sversson désigna le passage menant en enfer.

Balder cru s'étouffer :

- C'est une BLAGUE !? Il mène directement à notre mort !

- Tu vois une autre solution ? C'est ça où on crève tous écrasés ! On pourra toujours trouver un moyen de quitter l'enfer, ce n'est qu'un plan comme un autre... Moi en tout cas j'y vais. »

Avant que l'humain n'est le temps d'ajouter quelque chose Duncan s'était déjà engagé dans le passage, disparaissant sans laisser de trace. Il était fou ou bien ? Sörg ne savait que trop faire, des blocs de pierre se décrochaient du plafond à présent, et d'ici une minute grand maximum l'endroit ne serait plus qu'une ruine. Il jeta un regard à Lillya, elle avait les yeux ouverts ! Il cru halluciner mais elle remua les lèvres :

« - Me laisse pas ici... Je t'en supplie... »

De chaudes larmes lui coulant sur les joues il attrapa la main de la jeune fille, puis l'embrassa sur la bouche, avant de la prendre à bras le corps pour la soulever. A travers ses sanglots, il articula :

« - Non je ne te laisses pas là... »

Son coeur était gonflé d'un immense bonheur parce que sa fiancée était en vie, il avait vraiment cru que c'était fini. Mais d'un autre côté il n'avait pas le temps de s'attarder car c'était risquer de tout perdre à nouveau. Il remarqua par ailleurs que toutes les blessures de Lillya avait purement et simplement disparues ! Mais quel était ce miracle ? L'esprit qui la possédait en était-il l'auteur ? Probable. Finalement il n'y avait plus que Balder qui était à la limite de mourir, ses émotions faisaient qu'il tenait encore debout, mais une fois la folie de l'action passée il se rendrait compte que son organisme avait prit un sacré coup, le prix à payer lorsque l'on est qu'un simple mortel !

N'ayant pas le choix que ça, Sörg traversa le portail allant aux enfers avec Lillya dans les bras. Il ne restait plus que le Joker dans la salle... Il analysa la situation, retourner en enfer ? Un endroit qu'il avait déjà eut le malheur de fréquenter ? Ca ne l'enchantait pas vraiment... Mais en restant ici il mourrait et s'y retrouverait de toute manière ! Alors autant y aller de son propre chef, et en vie, plutôt que comme une âme damnée.

Il jeta un regard étrange au cadavre de Kryviska, puis il se s'apprêta à franchir lui aussi le portail. Il repensa aux paroles de la diablesse :

« - On se reverra en enfer... »

Quelle garce.
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
DISCORD JUDGEHYPE
Discord
BOUTIQUE
1 2 3
Tout l'Art de Diablo
Plus de 500 illustrations de la franchise Diablo.
Diablo III: Tempête de Lumière
Comment Tyraël a volé la Pierre d'âme en compagnie des Horadrims ? La réponse dans ce roman se situant juste avant l'histoire de Diablo III: Reaper of Souls.
Bestiaire Diablo III : Le Livre d'Adria
Un excellent livre rédigé par Adria, avec plein d'infos sur les créatures et l'univers de Sanctuaire.
L'ANTRE DES PRÉDICTIONS
APPLICATIONS MOBILES
Application Android  Application iOS
SOUTENIR JUDGEHYPE
Logo Voici les moyens de soutenir JudgeHype :  Abonnez-vous au réseau JudgeHype  Désactivez adblock pour le réseau  Achetez via ce lien sur Materiel.net  Achetez via ce lien sur Amazon.fr  Achetez via ce lien sur Gamesplanet Nous vous remercions pour votre soutien sans qui le réseau JudgeHype ne pourrait continuer son travail !
GÉNÉRAL : PatchsArchivesArchives 1999-2001
PRÉSENTATION : DiabloDiablo IILord of DestructionLigne du tempsGénéralitésLe levelingL'expérienceLa mortInterface de jeuCitations des actes 1 à 5AmazoneAssassinBarbareDruideNécromancienPaladinSorcièreDescriptionListe des PNJParoles des cinématiquesSécurité des comptesPersos V1.10 et plusModes de jeuInterfaceInteractionUn problème ?Guildes et hallsConfiguration requise
OBJETS : GénéralitésObjets normauxObjets magiquesSets d'objetsObjets raresObjets uniquesCube HoradrimMots runiquesObjets craftésComment bien parier ?À savoirObjets normauxObjets magiquesSets d'objetsObjets raresObjets uniquesCube Horadrim & affixes
GUIDES : Torche des flammes infernalesWorld EventMode HardcoreCow LevelChoisir son mercenaireBoss et super-uniquesGuide des zonesChecklist Waypoints et quêtesGuide des quêtesListe des ShrinesArticles multi-classesAmazoneAssassinBarbareDruideNécromancienPaladinSorcière
IMAGES : AléatoiresCartes des zonesCinematic screenshot of the weekFan artsFonds d'écranFigurines Diablo IIHumourPublicitésNoël, classes et en vracDéveloppement de Diablo IIDéveloppement de Lord of Destruction
DIVERS : Fan fictionRumeursModsTéléchargementsObjets de collectionQuestions fréquentesErreurs de la version françaiseMP3 des musiques Diablo IIIntroductionDates-clés de l'histoire du jeuPreviews 1998-2000Previews en vidéoPreviews 2000-2003Beta testRapports de jeu sur la betaPreview du patch 1.10
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Diablo II : 39.863.901 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.