Découvrez le 1er chapitre de La Lune de l'Araignée

JudgeHype | 22/04/2010 à 17h02 - 6

Comme vous le savez déjà, le roman La Lune de l'araignée est paru le 7 avril dernier chez chez Panini Books. Disponible chez notre partenaire Amazon.fr, il raconte l'histoire d'Aldric Jitan, un seigneur espérant réveiller un être éminement malfaisant qui est demeuré endormi depuis la chute de Tristram. Attiré par les ténèbres grandissantes qui s'emparent de la terre, Zayl, nécromancien énigmatique, découvre le complot de Jitan… Or, il ignore que l'un des siens est à l'origine de ces sinistres événements. Tandis que se lève la céleste Lune de l'Araignée, le sinistre démon Astrogha s'apprête à lâcher ses séides sur Sanctuaire...

En partenariat avec l'éditeur, le réseau JudgeHype.com vous propose de découvrir le 1er chapitre du roman ! C'est-y-pas beau ça ?


Chapitre 1

Le flanc nord des montagnes était en bonne partie noyé dans des nuages gris et épais. Un vent froid cinglait la peau de tous les membres du groupe, à l'exception de leur guide, une silhouette svelte et emmitouflée dans une grande cape de voyage noire et légère. À cette hauteur, on pouvait même voir des traces de neige, et surtout du givre. Le givre envahissant donnait à la forêt de sapins qu'ils traversaient un éclat de mort.
Quelques mètres derrière son guide, le seigneur Aldric Jitan resserra sa cape de fourrure épaisse. Sous la capuche de son luxueux habit marron et blanc, les yeux étroits, l'un brun-vert, l'autre bleu métallique, du noble aux cheveux roux scrutaient le paysage, à la recherche de quelque chose. Se laissant gagner par l'impatience, il serra sa forte mâchoire.
— C'est encore loin, sorcier ? marmonna-t-il.
Ses mots se mêlèrent à un épais nuage de buée.
— Nous sommes tout près, mon seigneur, lui répondit calmement la silhouette vêtue de noir.
Contrairement au noble et aux cinq hommes d'armes solidement charpentés, le guide avançait sur le sentier cahoteux comme s'il s'agissait d'une petite promenade digestive. Sa voix était étonnamment grave pour un homme d'un gabarit aussi fin et au ton si courtois, plus grave encore que celle du seigneur Jitan. Il jeta un oeil derrière lui, en direction de l'aristocrate aux épaules carrées, dont la carrure ressemblait fortement à celle des hommes d'armes qui le servaient, et découvrit un instant un visage anguleux et des cheveux gris coupés ras. Ses yeux de même couleur étaient si étrécis que ceux d'Aldric en paraissaient ronds. Le teint sombre et légèrement jaunâtre de sa peau faisait penser qu'il avait la jaunisse.
— En fait, reprit-il, si je puis me permettre, les premiers signes se manifesteront bientôt d'eux-mêmes.
— Je ne vois rien.
— Vos talents ne sont certes pas aussi affûtés que les miens, mon seigneur, mais cela devrait très bientôt ne plus être un problème, n'est-ce pas ?
Aldric poussa un grognement.
— C'est la raison de notre venue, non, sorcier ?
L'homme qui marchait en tête regarda droit devant lui, ne montrant au noble que l'arrière de sa capuche noire.
— Oui, mon seigneur.
Le silence se fit à nouveau. Derrière Aldric, les cinq serviteurs se débattaient sous de lourds paquetages. Outre la nourriture et les couvertures, ils portaient des pioches, d'énormes marteaux et des pelles. Chaque homme était également ceint d'une épée. Aussi déserte que semblât la forêt, elle recelait des dangers, provenant notamment des wendigowak. Ces énormes hommes-bêtes étaient très difficiles à trouver, non pas qu'il fallait être fou pour vouloir les chasser, mais parce que si l'on se retrouvait nez à nez avec l'un d'eux, il était vital de le tuer sur-le-champ. Les wendigowak se nourrissaient de viande… y compris de chair humaine. D'après la légende, ils n'avaient pas toujours été aussi monstrueux, mais personne dans les royaumes de l'Ouest ne se souciait de ce genre de racontars. Seul le côté sanglant de l'histoire importait. Un bon wendigo était un wendigo mort.
Après tout, le seigneur Alrdic Jitan pouvait l'attester, les dépouilles de wendigo faisaient au moins des capes bien chaudes d'excellente qualité, à l'image de celle qu'il portait.
Quelques minutes passèrent ; le noble ne sentait toujours rien. Il scruta les environs, mais ne remarqua rien d'autre que le vide sans fin de la montagne. Même pour cette partie du sud-est de l'Ouestmarche, la région était désolée. C'était tout à fait différent dans les plaines où, grâce à son sol riche et fertile et ses averses bienfaitrices, cette partie des royaumes de l'Ouest excitait l'envie de toutes les autres régions du monde. En comparaison, même cette forêt de sapins dans laquelle ils se traînaient semblait stérile et morte.


Cliquez ici pour découvrir le 1er chapitre du roman La Lune de l'Araignée !

6 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Diablo II : 40.074.573 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.